Ne nous menez pas en bateau, Monsieur le Président !

Mais, mon bon monsieur, c’est du kwassa-kwassa, vous savez, ces petits bateaux en bois à moteur qui tiennent mal la mer et y dansent comme un Congolais, d’où leur nom.

Ils ne pêchent ni du loucoudana, de l’ostracion voire du gourami, non, mais ils ramassent « du » Comorien, nous dit notre Président, qui s’y connaît en matière de « sans-dents », de pêche au gros et menu fretin. En les ferrant…

Des milliers de bancs de Comoriens, entre Anjouan et Mayotte, vous savez, ce petit bout de terre qui a demandé à rester français et qui accueille toute la pauvreté d’Anjouan, et ses femmes enceintes qui viennent y chercher un berceau pour accoucher. Beaucoup accouchent, d’ailleurs, en mer…

Je vous précise, Monsieur le Président, qu’Anjouan est bien une île, pas comme la Guyane… et c’est bien pour cela qu’il y a des kwassa-kwassa, affrétés par des écumeurs qui font fortune avec cette pêche miraculeuse, exactement comme ceux de Libye. Ils « recasent ». Et les « recasés » peuplent les bidonvilles de Mayotte en extension permanente, où ils deviennent des proies. Pas des lamproies…

D’ailleurs, les ONG et apparentées se sont aussi souciées de cette pêche qui risque de vider l’océan de la ressource « du » Comorien. Comme en Libye avec les Africains. C’est ce qu’on appelle le charity business. L’or y coule à flots, au propre comme au figuré, s’agissant du « coke en stock ». Ils sont comme ceux qui transportent de la drogue. Des mulets…

Monsieur le Président, dans ces parages de l’océan Indien, il y a aussi des Tridacna gigas. Vous savez, ça aussi, nécessairement, ces « bénitiers géants » qui ressemblent à des bateaux ivres…

Ne nous menez pas en bateau, Monsieur le Président, et concentrez-vous plutôt sur l’essentiel. Transportez « du » terroriste, « du » délinquant » et « du » barbu… mais, surtout, ne vous prêtez pas à l’humour, on pourrait vous prendre pour un congre… et ne nous transportez pas non plus de joie, surtout si vous attrapez du poisson-coffre…

Allez-y mollusque !

À lire aussi

La France en deuil : l’Alsace est perdue

Le vote favorable de l’Assemblée à la création de la Collectivité européenne d’Alsace (CEA…