Je suis quasiment certaine que vous n’en savez rien. Et peut-être est-ce mieux ainsi. Mais je me lance : en Suède, une bande d’hurluberlus veut imposer un nouveau pronom « neutre »« hen » en dialecte local – qui vise à remplacer les très sexistes « il » et « elle » !

Cette idée leur vient des années 60, de quelques « linguistes politiquement irréprochables », nous raconte une consœur du site Atlantico. Tombée en désuétude, elle a repris du poil de la bête « grâce » au dévouement, au combat, à la lutte acharnée de partisans de l’ « transgenre », du type LGBT (« Lesbienne, gay, bisexuel, transgenre » pour ceux qui l’ignoreraient encore). Et qui œuvre pour la promotion de cette « langue sexuellement neutre » ? Je vous le donne en mille : les Verts, bien sûr ! J’en profite pour souffler l’idée à notre national, toujours à la pointe de la modernité… premier mariage gay, majorité à 16 ans et que sais-je encore.

Il paraît que le « hen » est ultra tendance chez les féministes scandinaves. Des féministes qui rêvent, explique avec justesse l’auteur (ou l’auteure, je ne sais plus comment l’écrire) de cet article, « d’une société lissée, asexuée, aseptisée » où les « hommes ne doivent pas être trop virils et les femmes (…) pas trop féminines ». Bref, l’horreur !

Quand je pense que le modèle suédois fait rêver un bon paquet de nos intellos de , je frémis (lesquels Suédois avaient déjà instauré le tutoiement systématique dans les années 70…). A Paris, nos « Chiennes de garde » ont déjà obtenu qu’on supprime « Mademoiselle » sur les documents administratifs (avec la bénédiction de Roselyne Bachelot, terrorisée à l’idée d’être excommuniée par ces grandes prêtresses de la modernité). Les mêmes et leurs copains du Marais entendent maintenant en finir avec « père » et « mère » pour les remplacer par de très poétiques et charnels « parent 1 » et « parent 2 » (Je vois d’ici les bagarres à la maison pour savoir qui sera le 1 et qui ne sera que le n°2…). Il ne manque plus qu’ils nous inventent une version française de ce syntaxique…

Pauvres , pauvres féministes, pauvre Suédois. Et dire que ces grandes blondes bien roulées faisaient rêver mes copains de fac !

14 octobre 2012

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.