Marine Le Pen a réagi sur France Info à la décision de l’Autriche de confiner les non-vaccinés. La candidate du Rassemblement national supprimera, quoi qu’il arrive, le passe sanitaire si elle est élue à la présidence de la République en mai prochain. Elle a pris cet engagement sur France Info, ce lundi 15 novembre.

« Il faut revenir à la raison, dit-elle. Il en va de nos libertés individuelles. Ce n’est pas quelque chose d’anodin, quand même », en ajoutant, à propos de la décision de l’Autriche de confiner les non-vaccinés, que « l’on s’aperçoit que le vaccin est une protection individuelle et pas collective. Il n’empêche pas la transmission du virus. Il n’y a aucune raison aujourd’hui d’envisager quelque confinement que ce soit. »

Assignation à résidence

Pour Marine Le Pen, la décision de l’Autriche de confiner les non-vaccinés ne serait pas acceptable en France. « C’est résolument, foncièrement non », martèle-t-elle, comparant cette mesure à « presque l’équivalent d’une assignation à domicile ». Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal avait affirmé, ce samedi, que « rien n’est à exclure », même si, « pour le moment, il est absolument hors de question de parler de reconfinement ». Des propos qui ne semblent pas rassurer Marine Le Pen, peu encline à faire confiance au gouvernement. « On nous a tellement menti, la parole du gouvernement est tellement démonétisée… Donc, permettez-moi à l’avance de dire mon opposition », tranche-t-elle.

15 novembre 2021

Les commentaires sont fermés sur cette publication.