Critiquée, fracturée, entachée par diverses broutilles et autres incartades politiciennes, la relation qui lie la présidente du Rassemblement national et le maire de Béziers n’en est pas moins solide. Ce vendredi 7 janvier, la candidate à la présidentielle 2022 Marine Le Pen entamait une tournée de campagne dans le sud-ouest du pays, allant à la rencontre de ses amis Robert et Emmanuelle Ménard mais aussi de son ancien compagnon Louis Aliot, maire de Perpignan. La raison de sa visite en Occitanie est évidente : officialiser le parrainage que lui donne Ménard et conforter la solide base électorale languedocienne qui lui est acquise et lui reste fidèle depuis plusieurs années déjà…

Il est vrai que la visite de Marine à Béziers se faisait attendre ! Alors que Robert Ménard virevolte entre les candidats de la droite depuis des mois, Éric Zemmour, Marine Le Pen et même Valérie Pécresse, l’emblématique maire occitan, ancien ténor de la gauche radicale reconverti en figure centrale du mouvement patriote, a finalement fait son choix. Son soutien et son parrainage officiels iront à la fille de Jean-Marie Le Pen, candidate RN qui, par deux fois depuis 2012, a échoué dans sa conquête de l’Élysée.

Commençant la visite de la ville par un tour des travaux entrepris sur la splendide cathédrale Saint-Nazaire, bijou d’architecture gothique surplombant l’Hérault et offrant un panorama unique sur la Montagne noire, Marine le Pen s’est affichée aux côtés de Robert Ménard, confiante et sûre d’elle. Noyés sous une vague de journaliste, les deux amis ont discuté Histoire, politique et gestion communale avant de se laisser aller à un petit shooting photo, juste en face des contreforts de l’ancienne muraille biterroise.

Puis vint l’heure de prendre la direction de la mairie, véritable QG de Robert Ménard, ardemment défendu et maintenu lors des dernières élections municipales de 2020. L’occasion, pour le maire, de présenter à Marine Le Pen son bébé : sa fameuse crèche de Noël. Avec ses jolis santons des XIXe et XXe siècles, la crèche de l’hôtel de ville de Béziers a suscité bien des polémiques mais Ménard n’a jamais vacillé et cette dernière tient toujours bon. Posée juste aux portes de la mairie, elle a fait succomber les touristes, vrombir de plaisir les chrétiens et verdir de rage les plus laïcards. Sous les flashs et les cliquetis des appareils photo, Marine Le Pen et Robert Ménard se sont ainsi félicités de cette petite victoire politique (mais surtout symbolique) et ont profité de l'occasion pour réaffirmer une conviction qu’ils partagent tous deux : les racines de la France sont chrétiennes.

Pourtant, lorsqu’un journaliste, profitant d’un court moment d’accalmie, demande à Marine si, élue Présidente, elle installera une crèche à l’Élysée, la candidate ne répond que par un éclat de rire…

Enfin, dans un hôtel moderne et aseptisé, Marine Le Pen et Robert Ménard ont répondu pendant une petite heure aux questions des journalistes. Furent notamment abordés la question de Zemmour, la politique vaccinale et le « Kärcher™ » de Valérie Pécresse. Sur le premier sujet, Marine Le Pen s'est refusée à attaquer celui qui lui grignote son électorat depuis des mois. Robert Ménard, quant à lui, a réaffirmé sa position - « que le moins bien placé s’efface au profit de l’autre » - sans toutefois préciser qui était le mieux placé. Le sujet sanitaire fut plus sportif et les divergences reconnues entre l’un et l’autre purent se faire ressentir. Alors que Robert Ménard, adepte du « tout vaccin », a fustigé les « irresponsables » et « moyenâgeux » antivax, citant notamment M. Nicolas Dupont-Aignan, Marine Le Pen a rappelé que le vaccin ne résolvait pas tout et que le jeu de Macron ne consistait qu’à fracturer la population autour de ce sujet clivant. Opposée au passe vaccinal, la candidate RN a toutefois concédé que la « capacité du vaccin à réduire les risques de forme grave est quand même quelque chose d’énorme ». Quant à Valérie Pécresse, Marine Le Pen a pris de haut une candidate qui se contente « reprendre [son] champ lexical » et dont la formation politique « n’a fait qu’échouer sur la question sécuritaire ».

Un début de campagne dynamique, donc, pour une candidate qui se voit disputée sur son aile droite par Éric Zemmour et dont les thématiques habituelles sont reprises par des concurrents. Valérie Pécresse cherche ainsi à se positionner sur les questions identitaires, sécuritaires et d’immigration. Reste la difficulté à obtenir les 500 parrainages car celui de Ménard, aussi symbolique soit-il, sera loin d’être suffisant. Quoi qu’il en soit, Marine Le Pen sort renforcée de son escapade biterroise et réaffirme sa volonté de mener à bien un gouvernement d’union nationale. Une ambition qui passe par la conquête de tous les électorats de droite.

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 09/01/2022 à 17:03.

6087 vues

07 janvier 2022 à 23:19

Pas encore abonné à La Quotidienne de BV ?

Abonnez-vous en quelques secondes ! Vous recevrez chaque matin par email les articles d'actualité de Boulevard Voltaire.

Vous pourrez vous désabonner à tout moment. C'est parti !

Je m'inscris gratuitement

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

121 commentaires

  1. J’habite une petite ville, la mairie a des vitrines sur la place publique, où une très belle crèche a été installée, et personne n’y a apparemment trouvé à redire.

  2. Je ne sais pas quel deal MENARD a passé avec Macron, mais à l’évidence son choix de MLP n’est pas innocent. MLP était à 25 % sans EZ. Depuis EZ, ils sont ensemble à + 30 %.
    Je vote FN depuis plus de 20 ans mais je ne voterai pas pour MLP qui a démontré sa nullité crasse au fameux débat. J’irai à la pêche.
    Désolé mais elle n’est pas à la hauteur de la tâche.

  3. Et si Eric Zemmour et Marine Le Pen n’obtenaient pas les parrainages , seule Pecresse serait en face de Macron possible Non !!

    1. Non, je pense que Marine Le Pen aura ses signatures et je parie que le pouvoir en place va tout faire pour qu’Eric Zemmour ait les siennes (tactique politicienne) voix de droite divisées en deux parts plus ou moins égales, pas de deuxième tour pour la droite donc face à face Macron/ Pécresse que l’on ne peut pas vraiment ranger à droite.

  4. On ne peut que constater l’échec politique d’Éric Zemmour qui est sur la moyenne des sondages de janvier autour de 12% d’intentions de vote. Les électeurs ont tellement été impressionnés qu’ils sont partis ailleurs. Le seul à profiter de la guerre zemmourienne contre Marine Le Pen est comme par hasard un Emmanuel Macron, qui selon tous les sondages, écraserait notre Grand Z à 70 contre 30 au second tour de 2022… pour autant qu’Éric Zemmour puisse jamais y accéder.

    1. Eric Zemmour n’a aucune chance face à Macron. Toute la gauche fera barrage comme en 2002 contre JMLP.
      EZ, c’est retour assuré du front républicain.

  5. Un article qui n’apporte rien de plus sur ce que lon sait déjà. De l’hypocrisie à l’état pur. MLP bras dessus et bras dessous avec Ménard! Mort de rire! On connait déjà la fin.

  6. Robert Ménard me fait penser à Bayrou: Sous des prétextes nationaux, c’est sa petite personne sa principale motivation. Pourtant, fut un temps où je l’appréciais. Non, depuis quelques temps je ne le suis plus. La France est en grand danger et y en a encore qui se disputent sur le sexe des anges. On rejoue Constantinople !…

  7. Malgré les piètres résultats, les sondés conservent 25% de voix à Macron. En cas de finale Macron-Le Pen et sauf impondérables, la diabolisation plus la culture de la peur de la covid rétabliront le plafond de verre établi depuis 40 ans. Les moyens persuasifs dont disposent les commanditaires de Macron en ont la capacité.

  8. Soutien probablement au nom d’une longue amitié et peut-être d’une promesse… Grosse erreur. EZ a besoin de soutien. Dans un éventuel débat au second tour, EZ est le seul à pouvoir faire face à Macron et probablement le renverser. MLP n’a pas changé. Elle continue de répondre à une question embarrassante par un éclat de rire par exemple…. Elle a été nulle en 2017 elle se fera facilement piéger en 2022 si elle arrive au second tour. Évident. Si EZ n’a pas les 500 signatures, je m’abstiendrai.

    1. S’abstenir, c’est faire le jeu de Macron et en quelque sorte contribuer à sa réélection. Et en plus, le vote est le seul moyen démocratique pour défendre ses idées. Vous croyez que les petits bourgeoises urbain vont s’abstenir de voter Macron ?

  9. Comme quoi, Ménard reste un homme de gauche et il confirme que Marine l’est tout autant. Entre le fond de commerce qui représente l’extreme droite et leurs convictions finalement bien encré dans le centre-gauche pro UE, on reste dans les lignes autorisé par L’UE pour être éligible.

  10. Que le moins bien placé des deux candidats patriotes s’efface au profit de l’autre est une très bonne ligne de conduite. Ils sont d’accord sur le diagnostic de la situation calamiteuse de la France, après 40 ans d’alternance entre la gauche sectaire et la droite molle. Éric a raison quand il parle d’enjeu de civilisation, lors de ces élections. Et Marine a gagné en expérience. Il faut s’unir pour éviter le pire, qui serait la réélection du locataire actuel de l’Elysée.

  11. Ménard n’aurait pas été élu sans le soutien de MLP. Il renvoie l’ascenseur, ce qui ne veut pas dire qu’il préfère La candidate MLP au candidat Zemmour.

    1. Je ne trouve d’ailleurs pas normal que le parrainage ne puisse être donné qu’à un candidat. Un Maire représente, surtout dans les petites communes où il est souvent inscrit à aucun parti, tout un tas de tendances différentes, il pourrait donc donner sa signature aux candidats qu’il estimerait aptes à représenter une ligne politique, même si ce n’est pas la sienne.

  12. MLP n’a pas de « bras cassés » elle est entourée de personnes crédibles et honnêtes elle se bat courageusement depuis de nombreuses années, EZ doit se rallier sinon ils perdront tous les 2, seule cette alliance pourraient relever la FRance d’avant , je garde l’espoir.

    1. Marine Le Pen, que j’ai soutenue longtemps, s’est révélée une bonne bougeoise au caractère stalinien qui a bien dilapidé l’héritage politique de son père. Elle ne ferait tien de différent de Pécresse autre bourgeoise ou Macron. Seul Eric Zemmour semble avoir l’esprit tourné vers le sauvetage de la France, s’il est encore temps.

  13. Ménard et cioti représentent tout ce que l on rejette en politique avec Lemaire et estrosi , des gens prêts à tous les coups tordus pour retourner leur veste au dernier moment pour s adapter à la meilleure opportunité pour leur carrière , il faut vomir ces gens , il faut les chasser du paysage politique , Zemmour c est la reconquête et le ménage parmi tous ces traîtres

    1. Zemmour ne connaît que les plateaux mais pas la réalité du terrain où il faut composer pour arriver aux Pouvoirs de toute les sortes.

      1. Il l’a connaît mieux que quiconque , lui risque sa vie au quotidien pour dénoncer ce qui ronge la France

      2. J’ai risqué la mienne bien avant lui sans voir jamais voté pour Mitterrand et Chevènement.

Les commentaires sont fermés.