Macron et Attal prêts à discuter avec le RN : aveu de faiblesse ou stratégie ?

MARINE LE PEN 2

L'Histoire retiendra que c'est un 6 février que Gabriel Attal a déclaré au Monde : « Certains disaient qu’il ne fallait travailler qu’avec l’arc républicain. Moi, je considère que l’arc républicain, c’est l’Hémicycle. » LFI et RN compris, donc. Et que c'est le jour du décès de Robert Badinter, et en présence de Dupond-Moretti, son aboyeur anti-RN, qu'Emmanuel Macron lui-même a confirmé cette (nouvelle) ligne. Pour le chef de l'État, il est « tout à fait normal » d'avoir des discussions avec le RN à l'Assemblée nationale : « On ne va pas considérer que telle ou telle formation politique aurait moins de droits parlementaires, moins de reconnaissance. » Du bon sens politique élémentaire. Mais s'ils le disent, c'est que cela n'allait pas de soi. En parachevant - tout au moins dans le discours - la normalisation du RN, que recherche l'exécutif ?

L'absence de majorité à l'Assemblée

D'abord à sortir de son impopularité et à éviter la défaite aux européennes qu'annoncent les sondages. Des sondages qui, pour la première fois aussi, donnent Marine Le Pen gagnante à la présidentielle. En cessant de stigmatiser le RN et ses électeurs, en acceptant même que certains amendements soient votés par ses députés pour s'assurer des majorités ponctuelles à l'Assemblée, comme l'a indiqué Macron à Bordeaux vendredi, l'exécutif cherche à pallier son absence de majorité absolue tout en faisant mine de parler aux millions d'électeurs RN. En fait, la logique du « en même temps » poussée jusqu'au bout. Et le groupe RN étant plus nombreux que le groupe LR, le calcul est compréhensible. Mais cette stratégie est en voie d'essoufflement, comme l'a montré le fiasco de la loi Immigration où l'hypocrisie macroniste est apparue en pleine lumière. Et la cacophonie du remaniement, en particulier à l'Éducation nationale, vient confirmer que Gabriel Attal, considéré comme « une très bonne arme de dissuasion contre le RN » (un ministre cité par Le Monde), est surtout un premier ministre de la parole, des éléments de langage : on a eu droit à des propos aux accents droitiers lorsqu'il était rue de Grenelle ou dans sa déclaration de politique générale, mais au final, on a Belloubet !

« Pas une main tendue »

Belloubet, devenue indispensable alors que s'ouvrait un nouveau front à gauche, car c'est du côté de la majorité, et son aile gauche, que les répercussions seront peut-être plus lourdes. De ce côté-là, sentant la fronde, on minimise, comme ce conseiller de l'exécutif cité par 20 Minutes : « Ce n’est pas une main tendue au RN ! La manière dont ça a été dit peut, peut-être, interpeller, mais la ligne est la même. »

Au RN, on a le sourire

Au RN, évidement, on boit du petit lait, mais sans être dupe : pour Thomas Ménagé, député RN du Loiret, « ils ont enfin compris qu’il n’y a pas de sous-députés et de sous-citoyens. Après on ne va pas les applaudir pour un simple respect minimum, mais on sent une évolution. » Pour le moment, cette stratégie n'a causé aucun dommage au RN : la liste de Jordan Bardella domine le match dans les sondages.

Surtout, cette extension de l'arc républicain voulue par Gabriel Attal place le RN au centre du jeu, ce qui étonne un cadre RN cité par 20 Minutes : « Je ne comprends pas leur stratégie qui consiste à parler de nous H24. Ils nous mettent au centre du jeu. Je ne comprends pas que le Président réponde à ce genre de questions. Il parle de nous en bien et nous remet au centre ! »

Si la presse de gauche s'inquiète de cette « stratégie à double tranchant » (Le Monde), pour Attal et la majorité, le RN doit lui aussi se garder des risques qu'elle comporte pour lui : normalisation, banalisation, récupération de ses thèmes et jusqu'à ces sondages très flatteurs (10 points au-dessus de la liste Renaissance) alors que la campagne a à peine commencé et que 2027 est encore loin.

Frédéric Sirgant
Frédéric Sirgant
Chroniqueur à BV, professeur d'Histoire

Vos commentaires

61 commentaires

  1. Stratégie pour engluer le RN. J’espère qu’ils ne se laisseront pas prendre dans les filets de la Macronie . Macron et Attal (avec ses airs d’enfant de chœur),sont de redoutables pêcheurs . Ne rien croire venant d’eux et ne pas prendre la main tendue .

  2. Le RN comme les lr s’est fait avoir avec la loi immigration , il aurait dû voter contre et expliquer pourquoi ! En effet il était plus que probable que micron allait tout mettre en oeuvre pour la faire retoquer par le conseil constitutionnel ! Aux échecs c’est jouer avec un coup d’avance , et en l’occurence il a joué avec un coup de retard .

  3. N’oublions pas que ces félons, particulièrement Macon, a fait son mémoire de fin d’étude sur Machiavel : son admiration pour Machiavel est-elle à l’origine de son « en même temps » qui détruit la France à grands pas. Il suffit de voir ce qui se passe à Mayotte et qui sera la situation du pays entier d’ici 20 ans si les patriotes, les amoureux de la France, ne réagissent pas rapidement et de façon musclée.

  4. Les fantasmes de Bayrou, les interrogations du centre sur les incohérences et le balancier de la ligne politique du gouvernement, ainsi que les sondages et l’opinion publique, poussent Macron à rechercher des soutiens. Il pense pouvoir faire le baisser de la mort au RN. Y céder, voire simplement y songer, de la part de ce parti, serait une catastrophe t’en l’espoir d’un renouveau politique voir d’un « recet » démocratique est immense auprès des Français patriotes

    • Tout à fait, Macron et Attal se jouent de MLP et du RN afin de s’assurer que MLP sera bien au 2ème tour en 2027 pour mieux la démolir entre les 2 tours. Et comme je doute de plus en plus qu’elle ait vraiment envie du pouvoir (surtout si elle continue à refuser une coalition à droite) la stratégie du gouvernement réussira à merveille une nouvelle fois, et les français patriotes seront encore les grands perdants.

  5. Que le RN se méfie, ont-ils oublié qu’à la dernière élection présidentielle, aux derniers instants qu’à dit Macron, tout sauf le RN sous-entendant, mieux voter LFI. Le serpent n’attaque pas, mais vif comme l’éclair mort et injecte son venin, et regarde les effets de sa morsure. Sûre est la mort. Électeurs si vous voulez qu’il y ait un changement, faites avec convictions. Ne croyez pas que la France sera pire que maintenant. En temps qu’économiste, Macron nous amène à la banqueroute, il a bradé les fleurons industriel, ouvert tout grand du quoiqu’il en coûte. Et ce qu’on oublie de dire, c’est que chaque jour nous empruntons pour rembourser les encours exigible. Cela s’appelle de la cavalerie en finance. Le jour que les prêteurs prendront pour consignes le remboursement immédiat, l’Etat sera en banqueroute, et vos avoirs ne représenteront plus rien, que du papier. J’avais un professeur d’économie qui nous disait: « le paysan amène sa vache à l’Etat, l’état lui donne sa photographie ( c.-à-d. Les billets de Banque), et en rentrant chez lui fait tomber cette photo dans l’âtre de la cheminée, la photo flambe. Que lui reste-t-il ? Rien. Ne l’oubliez pas.

  6. Le RN ne s’est jamais franchement opposé au pass- sanitaire pourtant anti- démocratique, et a adopté la même ligne que la Macronie, sans nuance, lors du déclenchement de la guerre en Ukraine.
    Pour le premier parti d’opposition, on aurait pu s’attendre à mieux.
    Quant à G.Attal, lors de son bref passage à l’Education, il a joué une image de fermeté qui a bien plu dans les rangs des nationalistes…

    • Oh, Zemmour lui ausi ne s’est pas opposé au pass sanitaire (qui ne le dérangeait pas!!!). il a condamné “sans réserve” l’intervention militaire russe en 2022, tandis que Marion a dit, il y quelques jours : « il y a une vision partagée de l’Europe pour l’essentiel » (« ll y a toujours des singularités nationales, qui font que, parfois, les intérêts se confrontent et les options divergent”, a-t-elle ajouté..Ouf…).
      Bref. ils sont tous pour l’UE sauf Asselineau, Dupont Aignan et Philippot

    • En mars 2020 comme en 1920 avec la grippe espagnole bien malin celui qui pouvait prédire comment les choses allaient ce passer. Le pass sanitaire n’était pas démocratique cela est vrai mais honnêtement en termes de retenue de libertés nous avons connus pires Quand a l’Ukraine pensez-vous que laisser Poutine anéantir totalement ce pays fut une bonne idée ? Je fais partie des gens qui ne partagent pas la vision politique de ce gouvernement mais honnêtement en termes d’incompétences ou d’attentes a la liberté ne pensez-vous pas que nous puissions trouver mieux et sans trop d’efforts. Enfin Attal si prendre des décisions politiques aussi évidentes pour tenter de sauver ce qui reste de l’éducation nationale fait des parents d’élève ou des Français de dangereux nationalistes alors je suis fiers monsieur de l’être devenu n’en déplaise aux gauchistes et aux mondialistes dont je l’espère vous n’êtes pas lesquels depuis toutes ces années ont menaient notre pays la ou il est a savoir a la faillite avérée

      • Bravo pour votre positivité au test de recherche de réactivité à la propagande d’état !
        Si demain on demande aux Français d’ aller se couper une main pour échapper à la mort, beaucoup se retrouverons handicapés !
        Alors, la faute à la droite ou à la gauche ?
        Je considère pour ma part que la Liberté n’est n’est ni rouge, ni ( gilet) jaune, ni d’aucune autre couleur, qu’elle est une valeur suprême qui doit être défendue .

  7. C’est purement de la politique, Macron cherche une majorité, Marine Le Pen des électeurs donc Macron pense que Marine Le Pen voudra montrer que son parti n’est pas aussi à droite qu’on le pense et qu’elle le suivra dans certains cas, c’est du gagnant gagnant

  8. Ils sont prêts à toutes les félonies pour conserver le pouvoir, ils se foutent royalement du sort des sans dents et des gens de rien

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois