Macron au pays de Gengis Khan

gengis khan

Visiblement, Emmanuel Macron a bien aimé son escale en Mongolie, au retour du G7 à Hiroshima. Littéralement conquis par la sagesse mongole, qu’il nous rapporte en France comme d’autres des mugs ou des boules à neige, avec ce tweet : « Deux personnes solidaires sont fortes comme l’acier, vingt personnes isolées sont fragiles comme le papier. » C’est beau. Et sans doute vrai. On aurait pu dire ça jadis, lorsqu’on évoquait, les larmes aux yeux, la solidité du fameux couple franco-allemand, désormais rangé au musée des grands mythes de l’humanité, pour ceux, tout du moins, qui ont gardé un certain sens des réalités. De Gaulle nous avait fait « la mano en la mano » au Mexique. Macron, lui, a trouvé un créneau qui était libre avec ce pays coincé entre Russie et Chine. Il ne manque pas de ressource. La Mongolie non plus, ça tombe bien. Donc, la sagesse mongole, « cette sagesse des descendants de Gengis Khan, j’en fais la devise de nos combats communs avec la Mongolie », ajoute le Président.

Il y a bientôt trois ans, nous avions conseillé, ici même, aux fans de déboulonnage en tout genre de se rendre dans ce pays qui est, à n’en point douter, des plus charmants. On y a édifié une statue de ce terrible héros du XIIe siècle pesant pas moins de 250 tonnes (la statue, pas le héros). Un sacré bonhomme, ce Gengis Khan qui fait l’objet d’une véritable vénération en Mongolie. Pas du genre déconstruit comme les aime Sandrine Rousseau. Pourtant, il faut le dire, il existait, au temps de Gengis Khan, une sorte d’égalité hommes-femmes, ces dernières exerçant par exemple la fonction de maître de camp. En moins de vingt ans, ce fils de chef de clan établit un vaste empire entre mer Caspienne et mer Jaune. Marie Favereau, maître de conférences en histoire médiévale à l’université de Paris Nanterre et auteur d’un ouvrage intitulé La Horde.Comment les Mongols ont changé le monde, avait répondu, en 2021, à une interview sur France Culture. Mettant en avant le génie militaire et politique de Gengis Khan mais aussi sa tolérance religieuse, elle n’en occultait pas moins sa cruauté : « Les guerriers mongols mettent en scène leur violence afin de déclencher une panique chez les habitants et obtenir des conditions de reddition avantageuses », expliquait-elle. En clair, le massacre - les historiens évoquent des victimes par centaines de milliers, voire millions – ne relevait pas des vulgaires exactions comme, malheureusement, les guerres depuis toujours en ont produit, mais d’une véritable action raisonnée. Certes, on pourrait dire qu'il y a prescription, mais quand on voit les précautions prises, aujourd'hui, en France, pour commémorer le souvenir napoléonien, on ne peut que sourire à l'évocation historique de Macron, sans doute concoctée dans l'avion par un conseiller entraîné à la lecture rapide de Wikipédia.

Parlons tout de même des « descendants de Gengis Khan » évoqués par Emmanuel Macron. La réalité est qu’ils ne se cantonneraient pas aux seuls habitants de la Mongolie actuelle. On prête en effet à celui qui fut nommé Temüjin à sa naissance des centaines d’enfants au gré de ses conquêtes militaires à travers l’Asie. Une étude ADN de 2003 a même démontré que des millions d’hommes, à travers le monde, pourraient descendre de Gengis Khan. On a, ainsi, déterminé un petit groupe de chromosome Y similaire conduisant à un ancêtre commun qui vivait à l’époque de Gengis Khan. Or, les chercheurs estiment que le seul homme qui avait, à cette époque, l’occasion d’engendrer une descendance aussi nombreuse ne pouvait être que Gengis Khan lui-même. La guerre offrait quelques avantages, entre deux massacres.

Pour ses prochains voyages à l’étranger, on ne saurait trop conseiller à Emmanuel Macron d’évoquer le nom du grand ancêtre de l’étape : Attila en Hongrie, Caligula en Italie ou Dracula en Roumanie. Ça plaît toujours.

Georges Michel
Georges Michel
Editorialiste à BV, colonel (ER)

Vos commentaires

30 commentaires

  1. Notre président, très « cher « président profite de son séjour élyséen pour faire le tour du monde à nos frais et que crève la France: « après moi le déluge »

    • En outre, il n’oublie pas les copains puisque le sieur Zelensky a fait le voyage au Japon à nos frais. Je croyais que nos caisses étaient à sec…

  2. le psychopathe n’en finit pas de s’agiter dans tous les sens pour la destruction totale de la France !!!

  3. Macron s’est encore trouvé un nouveau costume à ajouter à sa large panoplie de déguisements en tout genre, cette fois c’est celui Gengis Khan.
    Le prochain 14 juillet il pourra descendre les champs Élysées vidés de tout spectateurs, perché sur un cheval, en tenue mongolienne.

  4. La Horde un livre à lire, ce qu’aurait dû faire notre Président. Gengis Khan, toutes les religions étaient acceptées, hommeredoutable mais qui a laissé son nom.

  5. La ressemblance est frappante. Macron est un Gengis khân, ou Attila, pour la France. Après son passage tout est détruit et rien n’est construit. A quand la destitution du stagiaire incompétent de l’Elysée ? Qu’attendent le sénat et l’assemblée nationale ?.

  6. Le sort des peuples massacrés, violés, suppliciés, exterminés.. ne sont que des dommages collatéraux pour les dirigeants assoiffés de pouvoir et de conquêtes, et ce depuis la nuit des temps.
    Pour eux, la fin justifie les moyens, et nous ne sommes à leurs yeux, que de méprisables fourmis…

  7. Pour ce qui est de saccager et piller, Macron n’avait pas besoin d’aller en Mongolie voir entre autres la statue de Gengis Khan: il se suffit à lui même !

  8. Les Chinois sont passés à Oulan-Bator derrière Macron. Notre chéri va tout rater une fois de plus.

  9. « cette sagesse des descendants de Gengis Khan, j’en fais la devise de nos combats communs avec la Mongolie »….

    Toujours dans le verbiage ampoulé et la posture. Dramatique.

    Guignol qui se prend pour Marco Polo

  10. Excellente votre conclusion mon colonel, ouf vous avez évité celui qu’il ne fallait pas nommer !

  11. Cette sagesse des descendants de Gengis Khan, j’en fais la devise de nos combats communs avec la Mongolie. C’est quoi nos combats commun avec la Mongolie ? Toujours cette volonté infantile de se faire passer pour un chef de guerre alors qu’il n’est même pas chef tout court et qu’il reçoit ses ordres d’une corrompu d’UVDL et d’un gâteux made in US.

  12. il y a eu la saga « Martine à … » et depuis mai 2017, il y a « macron en macronie ! … » il l’a dit haut et fort: » je ne démissionnerai pas ! … » Donc la question est posée : Quand est ce que les « élus du peuple » vont faire le boulot pour lequel ils ont été élus à savoir protéger la souveraineté de la FRANCE ?
    Cet auto proclamé « premier de cordée » est coupable responsable et totalement conscient des trahisons envers la Nation FRANCE et mise en danger de la vie des français avec préméditation ! … Encore faudrait-il qu’ils soient dans l’état d’esprit de « faire le taff » et non « sauver par tous les moyens leurs gamelles à la cantine de la « république » ! …

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois