Looksmaxxing : Quand les diktats pèsent sur le corps des hommes

capture d'écran
capture d'écran

« Looksmaxxing ». À moins que vous ne soyez un utilisateur compulsif de TikTok âgé de moins de 25 ans, ce hashtag barbare vous est sans doute peu familier. Il désigne un nouveau mouvement de mode invitant les hommes à « maximiser » leur apparence. Mais loin de faire référence à une simple hygiène corporelle ou à une pratique sportive assidue, le « looksmaxxing » repose sur des injonctions d’un autre genre : il s’agit, par exemple, d’avoir des pommettes plus saillantes, une mâchoire taillée à la serpe ou encore des yeux dits « de chasseur »…

Pour y parvenir, les moyens à adopter dépendent de l’ampleur du chantier. Comme dans tout projet de ravalement. Les hommes dotés d’une génétique avantageuse et d’un visage à la structure déjà assez masculine n’auront pas grand-chose à faire. Il leur suffira de redessiner leurs sourcils pour obtenir un regard plus acéré, de mastiquer du chewing-gum afin de se muscler un peu la mâchoire ou encore d’essayer la technique du « mewing » qui consiste à positionner en permanence la langue contre le palais dans l’espoir de remodeler, à la longue, le bas de son visage.

Pour les moins chanceux, les choses se corsent. Certains auront recours aux injections, voire à la chirurgie, afin d’obtenir la « jaw line » de leurs rêves. D’autres devront aller plus loin et certains n’hésiteront pas à tester la pratique hasardeuse du « bone smashing » qui vise à se briser les os de la mâchoire en se frappant avec les mains, un outil de massage ou carrément un marteau, afin d’obtenir l’angle le plus saillant possible. Effet déstructuré garanti !

Sus aux « masculinistes » !

Si beaucoup de professionnels s’inquiètent, à juste titre, de cette tendance aussi vaine que potentiellement dangereuse, les médias ont choisi un autre angle d’attaque. Celui de la culpabilisation. Sans chercher à voir plus loin que le bout de leur nez, ils dénoncent tous en chœur un « mouvement aux relents masculinistes », une tendance « diffusant des idéaux particulièrement misogynes » dont l’origine serait à chercher du côté des affreux « incels », ces hommes célibataires involontaires qui auraient développé, dit-on, une haine féroce des femmes. Bref, nos amis journalistes restent dans leurs vieux schémas d’une domination masculine pourtant bien illusoire. Ils oublient un peu vite que ce sont les femmes qui font la loi, aujourd’hui, sur le marché de la séduction et imposent leurs préférences. Si ces messieurs veulent ressembler à des apollons aux mâchoires carrées, c’est pour plaire à ces dames qui, n’en déplaise à Sandrine Rousseau, fuient les hommes « déconstruits ». Il se trouve, par ailleurs, que les jeunes Occidentaux font désormais face à la concurrence de mâles venus du Sud, aux mœurs différentes et à la virilité souvent bien assumée. Voilà une des causes de la course à la masculinité qui ne sera jamais dite dans la presse mainstream.

Pas de pitié pour les garçons

Mais pourquoi diable voir du sexisme dans cette recherche de virilité ? Faut-il, dans ce cas, taxer de misandrie les femmes qui ont recours au contouring et aux implants mammaires dans le but de maximiser leur féminité ? Comme toujours, notre société médiatique s’illustre par sa pratique éhontée du deux poids deux mesures. Depuis des décennies, les femmes sont soumises à des diktats physiques diffusés dans les magazines et on prend leur défense contre ces injonctions. Désormais, c’est au tour des hommes de subir les mêmes diktats à travers les réseaux sociaux, mais on ne les défend pas. Pire : on leur en fait le reproche ! Discriminer les êtres en fonction de leur sexe… et si c’était cela, le sexisme ?

Jean Kast
Jean Kast
Journaliste indépendant, culture et société

Vos commentaires

13 commentaires

  1.  » ces hommes célibataires involontaires qui auraient développé, dit-on, une haine féroce des femmes ». On se demande bien pourquoi.

  2. Dans quels domaines ne va pas se nicher le délire de gens qui n’ont apparemment rien de mieux à faire ?
    Nous sommes décidément entrés dans un monde de fous.

  3. A bas ! À terre ! En enfer ! ce wokisme promu par les jaloux des gens normaux et les aigris mondialistes agressifs et destructeurs de la société des personnes intelligentes et responsables comme l’ont été les soviets il y a un siècle ! Le problème c’est qu’aujourd’hui ils sont complices des envahisseurs de l’occident par lesquels ils seraient anéantis si ces guerriers aujourd’hui encore à-peine dissimulés parvenaient à prendre le pouvoir!
    N’est pas intelligent qui veut !

  4. – « que les jeunes Occidentaux font désormais face à la concurrence de mâles venus du Sud, aux mœurs différentes et à la virilité souvent bien assumée. » La virilité en question attire les femmes en mal de plaisir au détriment du compagnon qui vie avec elle. Quand a la chirurgie esthétiques beaucoup le payerons plus tard tout comme les femmes qui ont vue leur corps devenue aussi lais que les momies égyptienne , le botox et autres modifications ne fonctionnant plus avec le temps , combien de femme sont devenue laide a force de manipulation sur leur visage, leurs seins , alors que si elle avait éviter le passage sous le bistouris , même âgés leur beauté serait encore la, même avec les rides.

  5. Je ne vois pas le problème. Il y a toujours eu des hommes qui se voulaient plus beaux qu’ils ne l’étaient. Ce sont les techniques qui ont changé. Sujet sans importance tant que ça ne coute rien à la collectivité.

  6. Le bon sens reviendra.Je me souviens la mode unisexe des années 70. Pas de poitrine apparente pour les filles. Depuis, les femmes ont remis les pendules à l’heure.

    • Je n’ai pas souvenance de cette mode sans poitrine apparente surtout qu’à l’époque c’était la mode des seins nus sur les plages.

  7. Cette société est devenue complètement folle ! Mais avec l’arrivée d’une certaine religion, les choses risquent de changer à leur détriment ! Mais après tout, le monde est comme on le fait !

  8. Une société ou le paraitre l’emporte sur d’autres valeurs quelle décadence . Ces jeunes sont ils seulement conscient du mal qu’on leur fait ainsi sur ces réseaux .

  9. Comme quoi, la nature reprend ses droits. Le mâle cherche à conquérir et la femelle à se faire désirer. Mais comme dit le proverbe: si jeunesse savait, si vieillesse pouvait. Alors un conseil à toute cette jeunesse perdue, arrêtez de courir vers des êtres fantasmés, restez vous même et tout se passera bien.

  10. La société marche sur la tête, à force de vouloir suivre des modes débiles les êtres humains vont tous ressembler à des robots sans âme et sans personnalité.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois