Dans votre salon, ce week-end, Guilhem Carayon. À 23 ans, il est vice-président, porte-parole de LR et président des Jeunes Républicains. Il incarne la relève d'un parti qui a connu, en 2022, la pire défaite de son histoire à une élection présidentielle. Pour lui, la priorité est de clarifier la ligne politique : « On ne peut pas être à la fois le centre, le centre mou et une droite forte, une droite populaire », affirme ce militant engagé en politique depuis l'âge de 18 ans. Guilhem Carayon aborde sans langue de bois la situation de LR mais aussi les questions d'immigration, de sécurité, de réindustrialisation, des retraites... Il se veut le défenseur d'une droite héritière du gaullisme, attachée à l'Europe des nations, et en appelle au retour d'une « droite de panache ».

7802 vues

04 février 2023 à 19:36

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

29 commentaires

  1. Voilà qui est intéressant. Il est sans doute de la famille de Bernard Carayon qui a été pendant de nombreuse années un des mentors de l’intelligence économique « Professeur à l’école de guerre économique » et refusant la désindustrialisation de la France et la perte autant de son patrimoine matériel qu’immatériel.

    Bernard Carayon est a mes yeux aussi important qu’un Christian Harbulot qui est le fondateur de l’EGE (Ecole de Guerre Economique).

    Guilhem est donc a écouter avec attention.

  2. Ce jeune garçon, sans doute plein de nobles convictions, devrait mieux s’informer sur les penchants à la tromperie, pour ne pas dire trahison, de son parti. Pour preuve, l’excellent Ciotti vient tout juste de tomber d’accord avec borne à propos de quelques « arrangements » mineurs, sur la durée de corisation pour la retraite. Rien de surprenant là-dedans toutefois j’imagine la déception de ce jeune homme quand il se rendra compte avec quoi il s’engage.

  3. Bonnes idées mais encore un peu naïf. Qu’il commence déjà par réhabiliter Chaban (le dernier « gaulliste » connu) et par assumer que son parti s’est trompé en 74, puis qu’il dénonce le serment du b’nai brith de 86 (où Chirac s’est compromis)., et enfin qu’il reconnaisse que Sarko a trahi sur le traité de Lisbonne en 2008. Après on verra si on peut lui faire confiance.

  4. Pas du tout confiance. UNR UDR et surtout RPR UMP Lr ont TOUS TRAHI! Des exemples histoire de rire?

  5. Les LR n’ont fait que trahir, d’abord leur propre parti (cf. Bruno Le Maire) et ensuite les français en faisant voter les lois Macron, ils ne sont plus crédibles et ils le savent, la preuve cet article !

  6. « Il se veut le défenseur d’une droite héritière du gaullisme » écrivez-vous. Pourtant, il s’accommode du retour de l’impuissante Quatrième République à l’Assemblée Nationale, contraire à l’esprit de la Cinquième. Son fondateur De Gaulle aurait certainement procédé à une dissolution au lendemain des dernières Législatives, ce que ne réclame pas son parti en perdition. Ses députés rescapés préfèreraient-ils le confort de leur siège à l’intérêt supérieur du pays?

    1. 100% d’accord avec vous, il faut quelqu’un de nouveau et crédible comme David Lisnard pour siphonner le LR et créer un nouveau parti avec des gens fiables et courageux, cela nous changera des Ciotti, Estrosi, Pecresse, etc.

  7. Pour être crédible il faudrait que tous les liens avec le macronisme et le sarkoysme soient coupés . Et les compatibles exclus. Aucune chance ….

  8. Si Nicolas le nain avais moins d’affaires juridique et de risque de condamnations ( et aussi beaucoup d’autre LR) ils seraient sûrement plus opposants à macron la fausse couche de l’UE . Qui est meilleur avocat que le pouvoir?

Les commentaires sont fermés.