Les gouvernements européens peuvent-ils encore, en toute indépendance, mener leur propre migratoire ? C’est un coup dur pour le gouvernement de Boris Johnson. Nous vous en parlions en début de semaine, le Premier ministre britannique avait décidé de renvoyer tous les migrants arrivant sur son territoire vers le Rwanda. Alors que le premier vol était prévu mardi, il a été annulé par un recours de dernière minute et une décision de la Cour européenne des droits de l’homme. Cette décision a suscité de vives réactions de la part du ministre de l’Intérieur britannique Priti Patel, "déçue" : « J’ai toujours dit que cette politique ne serait pas facile à appliquer et je suis déçue que les contestations judiciaires et les réclamations de dernière minute aient empêché le vol d’aujourd’hui de décoller. […] Il est très surprenant que la Cour européenne des droits de l’homme soit intervenue malgré des succès antérieurs répétés devant nos tribunaux nationaux. » Mais le gouvernement ne compte pas baisser les bras. « On ne nous découragera pas de faire ce qu’il faut et de mettre en œuvre nos plans pour contrôler les frontières de notre pays », a précisé Priti Patel. Le gouvernement a d’ailleurs annoncé que la préparation du prochain vol « commence maintenant ».

Une politique ferme sur l’immigration impossible en France ? 

En attendant, le Royaume-Uni oriente ses combats sur ce thème dans plusieurs directions. Le quotidien anglais The Telegraph révèle que le gouvernement britannique réfléchit à reconsidérer son adhésion à la Convention européenne des droits de l’homme afin de pouvoir mettre en œuvre sa mesure de lutte contre l’immigration.

Et en France ? Si, dans un futur plus ou moins proche, un gouvernement décidait de prendre des mesures fermes contre l’immigration, sa décision serait-elle suivie d'effets ?

La réponse est oui pour l’eurodéputée RN Mathilde Androuët, jointe par BV. Selon elle, il faut d’abord distinguer la politique britannique de celle de la France, car « ce n’est pas cohérent d’envoyer des personnes dans un pays qui n’est pas le leur ». L’élue au Parlement européen estime qu’il y aurait peu de blocage concernant des clandestins ayant commis des crimes ou des délits. En revanche, « le problème se pose pour les migrants irréguliers qui n’auraient pas commis de délit », explique-t-elle. C’est pourquoi il est nécessaire - toujours d’après Mathilde Androuët - d’appuyer les mesures anti-immigration par le soutien de l’opinion publique, avec un référendum notamment. Sur une éventuelle pression des instances européennes, la députée répond :« Il ne faut pas que ces instances deviennent un levier d’obstruction à la légitimité démocratique. Évidemment qu’il y aura de la résistance, mais tout dépend comment on s’y prend. Je pense que l’opinion est prête. »

2407 vues

15 juin 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

23 commentaires

  1. La collaboration du Rwanda ne doit pas être sans contrepartie. On continue quelque part à payer cette immigration clandestine en plus des coûts de transport et la gestion des clandestins pour un maigre résultat.

    1. Je l’ai déjà dit, il y a des solutions moins onéreuses. Si j’en parle, la modération supprimera mon texte.

  2. Trois sujets d’incompréhension :
    1/ Pour empêcher un avion de décoller, c’est 10 camions ou 100 personnes devant et rien d’autre. Qu’est-ce qui l’a cloué au sol ?
    2/ On parle de SEPT expulsés au Rwanda. Sur des centaines de milliers d’intrus par an. Mesure symbolique.
    3/ Le brexit, obtenu par referendum, montre son impuissance en l’espèce. La préconisation de Madame Androuet n’a aucune portée ni valeur.

  3. La CEDH va-t-elle nous imposer l’slam ? Nous en sommes à deux doigts.
    Avec Elle, les Droits de l’Homme sont illimités ! La Déconstruction des Peuples, assurée !
    Des Moralistes au petit pied. Sortons-en et Vite !

  4. Il faut passer outre de l’Europe est les mettre dans des avions de force et les rapatrier dans leurs pays .

  5. ON devrait affecter ces migrants, tous jeunes hommes en âge de travailler, sur des grands chantiers d’intérêt général, comme cela a été le cas pendant le new deal. Cette main d’oeuvre permettrait à ces chantiers de ce réaliser et de bénéficier aux nations. Je pense au canal Rhin-Rhône, au canal entre la Caspienne et l’océan indien, à des canaux d’irrigation des déserts, en Chine, en Australie…Ces travaux pourraient être organisés par l’ONU pour l’amélioration de notre vie sur terre.

  6. Les Pays-Bas pourraient les accueillir, eux qui sont demandeurs de nos jeunes désoeuvrés et pourtant si talentueux des banlieues sensibles. Après tout, ils ont peu ou prou les mêmes origines.

  7. Les clandestins sont des délinquants, si on ne peut pas surveiller chaque mètre des frontières, il suffirait de supprimer toute aide : logement, allocations, soins, emplois. S’ils savaient qu’ils ne trouveraient RIEN pour eux en Europe, ils ne viendraient plus.

    1. Il n’y a que l’extrême droite pour y mettre fin, tous les autres ouvrent leurs bras à cette immigration sauvage. Avant l’épisode des migrants il y avait 18 % de musulmans en France, combien sont ils maintenant ? 25 à 30 %, et à la fin du mandat de Macron, combien t en aura t’il ? plus de 50 %, pourquoi pas un candidat qui les représente en 2027 ? Moi, je voterais Reconquête et je serais pour, éventuellement, une réunion avec le RN pour battre les autres et restaurer une France patriote.

  8. « une décision de la Cour européenne des droits de l’homme. »
    Donc, le brexit n’a servi à rien puisque Bruxelles est toujours aux commandes.

    1. c’est justement la question que je me pose que vient faire l’europe dans cette affaire??

    2. attendons la suite puisque le gouvernement britannique envisage d’annuler son adhésion à la CEDH….

  9. Noyautée de longue date par une palanquée d’officines immigrationnistes, la nocivité de la CEDH en la matière n’est plus à démontrer.
    Ce qui n’empêchait nullement MLP, l’an dernier, de juger qu’il n’était plus « utile » de quitter la CEDH.
    Question : MLP a-t-elle vraiment envie de lutter contre la déferlante migratoire ?
    La réponse est dans la question …

    1. Elle n’a pas d’opinion, elle est pour et contre. Seul Zemmour n’a pas dévié de sa ligne de conduite.

    1. plus depuis Hollande , »l’homme de la pluie » a changé les règles ..Macron lui a élargi à la fratrie ,le regroupement familial (regretté par celui qui l’avait instauré ..feu VGE )

    2. Macron le déconstructeur a dit venez mes bras sont grands ouverts lors de son discours de Marseille.

  10. L’Europe depuis son origine est pour l’immigration de masse, voir le plan Kalergi.
    Les gouvernements nationaux, hypocrites, n’osent pas affirmer leur accord, ils laissent faire la chaine passeurs mafieux , ONG, détournement du droit d’asile et de sauvetage en mer.
    Les traités, accords internationaux , et autres pactes, peuvent toujours être dénoncés et modifiés. Et , curiosité, ils doivent être ratifiés par les parlements nationaux, et tous ne le sont pas, donc ne nous obligent pas.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter