Editoriaux - Politique - 26 mai 2019

Les obsèques de Macron se sont déroulées sans fleurs ni couronne…

Il est mort très jeune. Même pas trois ans.

Vous étiez, Monsieur le Président, le saint Georges qui allait terrasser le dragon. Un dragon incarné par une cruelle diablesse blonde. C’était elle ou moi, proclamiez-vous. Tous les jours que le bon Dieu fait, vous alertiez la France sur le danger mortel que lui ferait courir une victoire du dragon.

À ce combat périlleux, vous vous étiez préparé depuis longtemps. Pendant des mois, on vous a vu à la télévision, vous montrant, parlant, pérorant, faisant don de votre personne à la France. Un entraînement nécessaire avant le duel mortel avec le Belzébuth femelle.

Au début, Monsieur le Président, vous aviez un peu sous-estimé votre adversaire. C’est pourquoi vous avez d’abord envoyé au casse-pipe un brave petit fantassin du nom de Nathalie Loiseau. Erreur, funeste erreur : il aurait fallu un soldat d’élite !

La diablesse, elle, avait choisi, pour porter ses couleurs, un petit jeune de vingt-trois ans. Il fut à la hauteur. Et votre candidate, Monsieur le Président, parut soudain très vieille…

La défaite se profilait. C’est alors que, n’écoutant que votre courage, vous vous êtes rendu à Domrémy. Là, vous entendîtes des voix qui vous disaient : « Emmanuel, va sauver le royaume de France qui est en grand péril ! » Dès lors vous n’hésitâtes pas à revêtir une armure et à payer de votre personne. Et même, poussant l’esprit de sacrifice jusqu’à des frontières inconnues, vous avez accepté de vous confier à un « youtubeur ». Le dragon, c’est sûr, allait être terrassé.

Mais la sorcière blonde avait jeté sur vous un maléfique sortilège. Plus on vous voyait, plus vous bombiez le torse, plus la liste du petit jeune progressait. À croire que vous jouiez contre votre propre camp…

Aujourd’hui, jour de deuil, le glas a sonné dans toutes nos églises : le dragon a triomphé. Il se pavane sans vergogne dans nos rues, dévorant au passage quelques petits enfants. Vous avez eu, Monsieur le Président, la plus belle mort qui soit : la mort d’un guerrier. Honneur ou courage malheureux ! Vos pages, vos seigneurs, vos serviteurs affirment pourtant que vous allez ressusciter. Mais Pâques, c’est déjà passé !

À lire aussi

« La communauté catholique ? » Bégaiements journalistiques !

Pourquoi le disent-ils ? Parce que, pensent-ils, ça met toutes les croyances à égalité. …