Editoriaux - Polémiques - Presse - 17 août 2019

Le « scandale journalistique » de La Provence : Stéphane Ravier flouté

15 août à Marseille, cérémonies catholiques en l’honneur de la Sainte-Vierge, entre la cathédrale de la Major et la basilique Notre-Dame-de-la Garde (La Bonne Mère). La Provence, le journal de Bernard Tapie, fait donc son petit reportage traditionnel avec une photo des fidèles dans la cathédrale. Rien de bien méchant. Et, miracle de la technologie, non pas une apparition, mais une disparition : celle du sénateur RN des Bouches-du-Rhône, Stéphane Ravier qui assistait à la cérémonie parmi une foule nombreuse. Son visage a été flouté mais, pour les connaisseurs, c’est bien lui, d’autant qu’on reconnaît à ses côtés deux élus régionaux du mouvement de Marine Le Pen.

Réaction immédiate du sénateur sur les réseaux sociaux : « Bonjour La Provence, dans votre page sur la procession de la Major pour célébrer la Madone, vous avez flouté mon visage ! Ça vous prend souvent d’agir comme la Pravda de Staline ? Honte à vous ! Et vous vous étonnerez d’avoir moins de lecteurs chaque jour. » Il a par ailleurs envoyé une lettre au directeur général de La Provence, Franz-Olivier Gisbert, lettre dans laquelle il demande des excuses publiques pour ce qu’il qualifie de « scandale journalistique et démocratique ». À l’heure où ces lignes sont écrites, aucune excuse ne semble avoir été envoyée et si l’on consulte le site de La Provence, sauf erreur de notre part, l’on ne trouve pas trace d’un compte rendu de cet incident. Mais il a, peut-être, lui aussi, été flouté.

Franceinfo explique de son côté que les raisons de ce floutage « restent obscures ». C’est le cas de le dire. Le directeur départemental de La Provence aurait immédiatement « démarré une enquête ». Cela ne doit pas bien être compliqué. Toujours selon franceinfo, « il s’agirait du fait d’un salarié ». On n’a pas osé la défaillance technique. « Salarié qui sera convoqué pour s’expliquer lundi ». Le week-end est sacré.

Martine Aubry disait que là où c’est flou, il y a un loup. Avec La Provence, on pourra dire désormais : là où il y a un flouté, il y a un loupé.

À lire aussi

Ce jour-là, ils auront piscine…

C’est malheureux à dire, mais ils savent que la loi sur la PMA sans père sera votée. « Ils…