C’est une drôle d’affaire que l’affaire Gudin. Le corps du général du premier Empire, tombé sur le sol russe en 1812, retrouvé en 2019 par une équipe de chercheurs, doit revenir ces jours-ci à Montargis. Oui, mais voilà, il y a trois problèmes : la municipalité « n’en veut pas » ; le Français Malinowski, œuvrant pour qu’on rende au général l’ qui lui est dû, est un proche de Poutine et un ancien assistant parlementaire de Jean-Marie le Pen (c’est-à-dire deux fois l’ami de la bête immonde, dont le ventre, etc.) ; et surtout, Emmanuel , qui œuvre (sans doute dans l’ombre) pour rendre sa dignité à la fonction présidentielle, ne veut pas entendre parler d’un hommage. Rien, ou plutôt nitchevo. Le nom du général figure pourtant sous l’Arc de Triomphe. Mais bon, que voulez-vous, Napoléon n’a pas bonne presse et les relations franco-russes ne doivent pas, ne peuvent pas se réchauffer. Le général, condisciple de Bonaparte au collège militaire de Brienne, se contentera donc probablement d’un petit caveau de campagne.

Bien sûr, c’est indigne. Bien sûr, c’est honteux. Mais tout cela est habituel. L’opinion, indifférente à son sort actuel, ne s’émouvra pas pour un héros vieux de deux cents ans. L’argument massue est d’une autre sorte : cette absence d’honneurs est illégale. Gudin, brave et exemplaire, était grand aigle de la Légion d’honneur. On dirait aujourd’hui grand-croix. N’importe quel grand chancelier vous dira que les grands-croix ont droit, de par la loi, aux honneurs funèbres militaires. C’est comme ça. La République, en s’appropriant les honneurs de l’Empire, a accepté les contreparties de l’. Il faut donc rendre les honneurs à la dépouille du général Gudin : pas parce que c’est normal, pas parce que c’est moral, pas parce que c’est juste – tout cela, personne ne l’entend plus – mais parce que c’est la loi. Tout simplement. De même que le non-port du par toutes-et-tous-chacune-et-chacun est inoffensif mais illégal, le mépris des grands-croix de la Légion d’honneur est peut-être commode, mais tout aussi illégal.

Notre grand maître des ordres nationaux, des horloges et du reste, malgré sa morgue déconstructrice, n’est qu’un passeur. Il ne s’appartient pas et, malgré le soin qu’il met à tout abaisser, à tout parodier, à tout salir, il ne peut pas désobéir aux lois du pays qu’il gouverne.

Attendons !

4 juillet 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 3 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivé.

5 6 votes
Votre avis ?
25 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires