Le 6 janvier, Laurent Fabius, président du Conseil constitutionnel, présentait les vœux de son institution. Ce fut pour lui l'occasion d'une mise au point d'ordre général, comme il est de coutume, mais aussi de développer certaines de ses craintes. Car, voyez-vous, au Conseil constitutionnel, on a un petit peu peur. Oh, pas grand-chose, rassurons-nous : M. Fabius lui-même, à son âge désormais respectable, sait qu'aucun obstacle n'est plus fort que le temps. Plus personne ne se souvient du scandale du sang contaminé, par exemple, qui faillit lui coûter sa carrière ; quelques décennies plus tard, tout est oublié. Ce n'est pas si compliqué. Mais enfin, tout de même, le contexte actuel donne quelques sueurs froides au président du Conseil constitutionnel.

Comme à chaque fois, c'est évidemment l'extrême droite qui provoque stupeur et tremblements dans l'appareil d'État. Aucun nom n'est cité mais, au plan international, Laurent Fabius, quand il constate qu'« il n’est plus rare désormais que, en comme dans d’autres démocraties considérées comme avancées, des doutes et des critiques s’expriment sur l’État de droit », pense évidemment à la Pologne ou à la Hongrie, démocraties « illibérales », c'est-à-dire décrétant, avec l'approbation du peuple, des mesures considérées comme autoritaires. En France, c'est vrai, on fait plutôt l'inverse : sans consulter les gens, on leur impose l'agenda de Soros. C'est une dictature libérale, si on veut. Il faut choisir.

Plus loin, il revient sur le cas français en regrettant que certains hommes politiques « laissent planer le doute » sur l'obligation de respecter « les décisions du Conseil constitutionnel », voire « sur l'existence de celui-ci ». Là encore, pas de noms, mais tout le monde sait qu'il est question d'Éric Zemmour, puisque le candidat de s'est clairement exprimé sur le pouvoir, qu'il juge exorbitant, de cette instance si souvent instrumentalisée à des fins politiciennes. Ainsi, on se souviendra de la validation des comptes de campagne d'Édouard Balladur (1995) par Roland Dumas, alors président de ce même Conseil, en dépit d'irrégularités et d'un dépassement du budget, afin de faire barrage à l'éventualité d'un surgissement du Front national.

Sacré Fabius ! Rien ne l'arrête. À deux doigts de nous rejouer les « bruits de bottes » et les hordes brunes prêtes à saisir le jour de l'élection de la droite nationale. Ils sont forts, ces socialistes. Finalement, il est amusant et allégorique que ce soit lui qu'y s'y colle. Il représente tellement le système au sein duquel il a exercé absolument toutes les responsabilités (sauf la magistrature suprême) qu'il incarne mieux que personne l'oligarchie méprisante, l'entre-soi parisien, les conflits d'intérêts (y compris avec McKinsey, puisque son fils Victor est responsable du conseil en stratégie vaccinale du gouvernement), que cela en devient presque trop gros.

Merci, Monsieur le Président du Conseil constitutionnel ! Et, surtout, bon courage pour arrêter, en mais aussi en Europe, cette déferlante de bon sens, tellement rafraîchissante.

7424 vues

8 janvier 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

77 commentaires

  1. Monsieur Sang Contaminé, défiscalisateur des oeuvre d’art accumulé par sa famille, vendeuse de l’armure d’un roi de France aux américain, 1er ministre catastrophe . Et ce triste individu est président du constitutionnel. et roule ma poule, je vous sonne des leçon de morale.

  2. Je ne comprend pas comment un personnage aussi terne, aussi veule, aussi inconsistant, qui a deux fils, petite frappe pour l’un, second couteaux pour l’autre, d’un cabinet conseil fantôme, mais « placé », dans la gestion de cette épidémie, peux t il se voir confier la présidence du conseil constitutionnel.
    Tel une Ségolène Royal, ambassadrice des popôles(y’en a deux), on reclasse les vieux schnocks de la politique, comme pour les récompenser d’avoir été d’une inefficacité sans borne…

  3. Honte de RIEN cet irréprochable politicard ! Après avoir passé 40 ans à se prélasser impunément , comme un rat dans le  » Fromage  » , voila que maintenant ce  » Milliardaire Gauchiard  » vient nous expliquer le Mode d’Emploi de la  » Constitution  » ! Cette  » Règle du Jeu  » dont il est opportunément devenu  » arbitre  » et qui n’a jamais protégé personne d’autre que les « Politicailleux » comme lui , pour qui elle a été écrite , certainement pas pour les Citoyens lambda !

  4. Rappelons-nous le dessein qutidien du regretté Jacques Faizant à la une du Figaro : Fabius était toujours représenté avec un parapluie, ouvert ou fermé selon les circonstances.
    Tout un symbole.

  5. Robinson
    Si on s’en tient à la définition , un conseil ,fut-il avec une majuscule , d’état ou constitutionnel , des droits de l’ homme ou de l’ humanité , ne doit rester qu’un conseil .
    Il doit donner son avis auprès du décideur final …normalement le parlement élu .
    C’est ce parlement qui devrait avoir le dernier mot , est-ce ainsi que cela fonctionne?

  6. On peut avoir volontairement ou involontairement un peu de sang sur les mains, responsable mais pas coupable, le principal, c’est de pouvoir vivre confortablement sous les ors de la République d’arborer fièrement des décorations parmi les plus hautes distinctions, et de s’octroyer comme le dit si bien l’association « Contribuables associés » des indemnités et subsides supplémentaires, non votées par le Parlement, pendant que le pauvre peuple tire le Diable par la queue.

  7. ARTICLE 3.
    La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum.
    Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice.

    ⇒ Cette deuxième phrase ne le gêne pas, lui, en tant que garant de la constitution… Quand on voit à quoi servent les parrainages !

  8. Triste individu qui représente à merveille la classe politique qui nous dirige aujourd’hui , l’état de droit c’est le conseil qu’il préside qui s’assoie dessus en ne voyant rien à redire sur les mesures liberticides du régime .

  9. Certainement ce que la gauche française a pu produire de pire, extrême-gauche incluse : c’est Fabius, MAE sous Hollande, qui a personnellement pesé de tout son poids pour que la France soutienne non pas des opposants à Assad, mais bien d’authentiques jihadistes, liés à Al Qaïda ou aux Frères Musulmans (ces derniers, toujours pas dissous, s’appelant chez nous Musulmans de France, ex-UOIF). Lorsque les Français votent pour de tels individus, ils méritent tout ce qu’il leur arrive ensuite.

  10. qu’il fasse déjà correctement son travail vu le salaire très élevé qu’il perçoit, sans compter les autres avantages. Messieurs, arrêtez de nos dédaigner, Vous ne valez pas plus que nous mais vous avez eu la chance de naître avec une cuillère en or dans la bouche et de profiter du microcosme parisien . La France rurale ou d’en bas ne vous aime pas !

  11. Vivement la fin de cet Etat de droit dévoyé! Ne voit-on pas qu’il ne bénéficie qu’à la crapule, qui dispose au pénal de 5 (cinq!) juridictions (UE comprise) pour échapper à la sanction et diluer sa faute dans d’interminables délais? L’Etat de droit (et non état de droit, comme on l’écrit trop souvent) ne protège plus l’honnête citoyen qui, confronté à la justice, n’a besoin que d’impartialité, ce dont le syndicat de la magistrature et ses sympathisants sont incapables.

  12. Quand va-t-il enfin comprendre que les Français en ont plus que marre de tous ces charlatans ? A sa place, je la fermerai et je me ferai oublier car on est à deux doigts de voir exploser ce maudit système que ces individus ont mis en place pour leur propre gloire et sans se soucier du peuple de France qu’ils méprisent d’une manière abjecte et qu’ils pillent comme de vulgaires voleurs de grands chemin !

  13. surtout qu’il traîne une sacré casserole avec le sang contaminé et il n’as jamais été condamné comme son fils interdit de séjour aux states et à Monaco

  14. Ce sont des experts de la gestion des crises sanitaires dans la famille Fabius, le père avec l’affaire du Sang-Contaminé et le fils ( pas celui poursuivi pour escroqueries aux USA , l’autre ) pour le Covid.

Les commentaires sont fermés.