Laurence Rossignol salue encore et toujours le courage des Femen !

LAURENCE ROSSIGNOL

On avait fini par ne plus y penser : elles sont revenues s'incruster, dimanche, à la Marche pour la vie. Provocantes, obscènes, agressives, sans respect aucun pour les enfants et leurs familles qui défilaient, légitimement, tranquillement, simplement pour protester contre l'allongement des délais pour avorter, les Femen ont mené leur coup de com' habituel devant le podium, hurlant leur attachement à l'IVG.

On ne les présente plus. Le mouvement des Femen, cette organisation « féministe radicale » née en Ukraine en 2008, s'est exportée en France à l'été 2012 à la faveur de l'expulsion d'Inna Chevtchenko, sa fondatrice, condamnée dans son pays pour avoir scié à la tronçonneuse une croix érigée en mémoire des victimes de la répression stalinienne. Une époque où Paris se montrait généreuse ; Valérie Boyer s'en était émue, s'interrogeant sur leurs motivations profondes et l'origine des « subventions et aides en nature comme le prêt de locaux accordées par des collectivités locales comme la mairie de Paris ». Un formidable tremplin en tout cas pour donner au mouvement une envergure internationale.

Sous prétexte de dénoncer toute forme d'assujettissement des femmes, les Femen manient « le sextrisme » et la communication violente en se montrant poitrines dénudées couvertes de slogans pour cibler les religions et le patriarcat. Hasard parfait du calendrier, en France, les débats contre le mariage homosexuel leur offrent une véritable tribune. Elles s'invitent dans les cortèges de Civitas, de la Manif pour tous, de Marine Le Pen, miment un avortement obscène et blasphématoire à Notre-Dame de Paris, manifestent en burka pour dénoncer l'islam et multiplient les actions chocs pour stopper les viols des femmes. Leur campagne du moment cible Éric Zemmour, figure du patriarcat oppressif. Chouchoutées par les médias, elles bénéficient d'une certaine bienveillance des juges, écopant d'un non-lieu avec leur complice Caroline Fourest dans l'affaire Civitas. Inna, l'héroïne du mouvement, servira même de modèle pour le timbre-poste de l'année...

Mais derrière le romantisme hard des couronnes de fleurs, les zones d'ombre du mouvement Femen persistent. Un journaliste, Olivier Goujon, a enquêté. Dans son ouvrage, Femen. Histoire d'une trahison, il rapporte : « À un moment donné, il faut dire aux gens ce qui s'est réellement passé. Certaines ont eu un engagement sincère, profond et désintéressé quand d'autres n'ont cessé d'être dans le calcul ou la récupération. »

Depuis l'Ukraine déjà et le portrait de Viktor Sviatski, « idéologue » sulfureux du groupe, les accusations de dérives sectaires refont régulièrement surface. Plusieurs membres qui ont quitté le groupe décrivent « l'organisation dictatoriale des Femen » comme Eloïse Bouton, cette ex-militante auteur d'un livre qui raconte « les castings psychologiques », « l'armée de soldates » « prêtes à tout sans savoir pourquoi », le fonctionnement « désastreux, défaillant, nocif » du mouvement qui exige une « disponibilité totale ». Propos pas vraiment démentis par Inna Chevtchenko qui confirme « l'atmosphère martiale » qui règne chez les Femen par souci d'efficacité militante. Iseul Turan, fondatrice du mouvement des Antigones, a réussi l'exploit d'infiltrer le groupe pendant deux mois ; elle témoigne de cette opacité entre deux cercles de militantes : celles qui dirigent et planifient les actions et les autres, véritable « chair à canon » disciplinée que l'on propulse seins nus sur le terrain. En 2014, Georges Fenech suggérait que la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES) enquête sur ces risques de dérives sectaires.

La Brésilienne repentie Sara Winter, elle aussi, accuse le mouvement d'être « une secte qui promeut la destruction de la famille traditionnelle et de toutes les valeurs morales de la société » qui « l'a poussée à consommer de la drogue et à avoir des relations non consenties avec des inconnu(es) ». Depuis l'avortement de son premier enfant, Sarah Winter est devenue fervente des mouvements « pro-vie ».

Si l'action des Femen à Notre-Dame de Paris a fini par dégouter certains responsables politiques, Laurence Rossignol, vice-présidente du Sénat, ancien ministre des Droits des femmes, acharnée de l'IVG sans restriction, ne s'est à ce jour encore pas départie de sa passion pour le mouvement Femen. Encore ce dimanche, elle saluait leur courage.

Et c'est bien là le plus gros du scandale : ce soutien affiché d'une Laurence Rossignol, ancienne pétroleuse du MLF, toujours en place, pour un mouvement militant féministe douteux, sulfureux, agressif et ras les pâquerettes déjà responsable du malheur des unes.

Sabine de Villeroché
Sabine de Villeroché
Journaliste à BV, ancienne avocate au barreau de Paris

Vos commentaires

23 commentaires

  1. Un peu l’équivalent féminin des antifas, un mouvement anarchiste, mais ici plutôt nihiliste, de jeunes filles droguées et manipulées. Les gourous ivres de puissance exigeant tout et n’importe quoi des malheureuses victimes qui tombent entre leurs griffes.
    Je demande une enquête du parquet et l’intervention de la MIVILUDES pour sortir ces jeunes filles de la secte.

  2. À la fin de sa vie l’inventeur du socialisme moderne, Pierre-Joseph Proudhon rédigea un essai majeur (et inachevé) intitulé « La Pornocratie », ce qui rime évidemment avec « Démocratie »… par le plus grand des hasards !

  3. Que ne vont-elles pas dans les mosquées ou les prières de rue pour manifester leur désaccord ? La trouille car là les hommes les remettraient en place

  4. Quel courage ces Femens ! pourquoi n’ont-elles jamais été faire leurs saloperies, se promener à poil dans une mosquée ? Pourquoi ne portent-elles donc pas le voile en permanence puisque c’est tellement chouette ?
    En tout cas, on ne les a pas entendues lors des assassinats odieux de femmes qui voulaient vivre à la mode française.
    Mais c’est vrai, elles n’ont pas c….

  5. Les bons vieux sénateurs se dotent des vice-presidents qu’il peuvent. Que peut-on leur demander à leur âge…

  6. Laurence Rossignol existe que que par ses soutiens à des causes les plus méprisables -et dire que les français sont obligés de payer ces parasites – honte à elle.

  7. Le fait qu’elles soient à moitié à poil leur attire un certain intérêt ou de la curiosité comme on voudra..pas sûr qu’elles soient aussi intéressantes si elles ne jouaient pas en plein air un spectacle gratuit des Folies Bergères .

  8. Ma foi, si elles osent enfin s’attaquer à l’islam , elles remontent dans mon estime!
    Et il y a maintenant suffisamment de moyens de contraception pour ne pas être obligée de recourir à l’IVG.

    • « suffisamment de moyens de contraception pour ne pas être obligée de recourir à l’IVG. »

      Oui, mais voilà, pensez : être obligées de prendre une pilule tous les jours ou obligées de supporter le préservatif du copain, non mais! (je me suis fait injuriée par une gamine -à moins avis de pus de 18 ans- venant acheter la pilule du lendemain, soit disant mineure afin de ne pas décliner ses nom, prénom, âge… Puisque c’est gratuit!)
      Mais où est le droit à jouir sans entraves?

  9. Quel courage ces femens et autres « new » féministes d’attaquer là où il n’y a aucun danger. Par ailleurs, il suffit qu’un jour, une loi détermine que la vie commence à l’état d’embryon ou de foetus pour que notre génération rentre dans l’histoire comme celle ayant accompli le plus grand crime contre l’humanité n’ayant jamais été commis sur terre. Cela viendra forcement un jour quand le progressisme sera passé de mode.

    • A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire – Mais ça c’est passéiste ! Maintenant nous sommes dans l’art d’enfoncer les portes ouvertes… sur la bien-pensance :) !

  10. Comment une telle femme qui défend un mouvement microscopique, sectaire et violent peut-elle avoir ce titre au sénat ?

  11. Curieux comme certaines se croient devoir jouer un rôle par rapport à tout ce qui destructif de notre société.
    Encore une fois pas de reconnaissance juridique des bafouements de la loi et des appels à la haine…
    Il y a vraiment 2 mondes…

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois