Toute cette agitation politico-médiatique qui grossit autour du mouvement des gilets jaunes devient véritablement exaspérante. Les prises de position à l’égard de cette révolte des moins favorisés d’une classe moyenne, passablement écrasée de taxes et d’impôts depuis des lustres, sont en train de devenir insupportables parce qu’elles sont injustes pour trois raisons.

1) L’attitude mutique de à son égard est, une fois de plus, une marque de mépris. Ce comportement se manifeste comme la marque dominante d’un Président qui semble vouloir agir selon son bon vouloir en oubliant qu’il est au service de la nation, et que la nation n’est pas au sien.

2) Le gouvernement, dont on voit bien qu’il commence à paniquer face à la persistance des blocages, se montre maladroitement menaçant, ce qu’il ne fait jamais lorsqu’il a affaire à des manifestants “professionnels” dont les actes entraînent des phénomènes collatéraux, souvent bien plus graves. Cette conduite pourrait avoir de graves conséquences que nul ne peut prédire.

3) Le pouvoir essaie désormais de minimiser les vraies raisons de leur colère et tentent de faire passer ces manifestants et leur révolte pour ce qu’ils ne sont pas.

Ces gens qui osent braver les intimidations du pouvoir, le froid et les intempéries d’un climat hivernal paraissent vouloir s’imposer. Et leurs concitoyens, qui bien que sympathisants dans leur grande majorité et bienveillants à leur égard, commencent à moins accepter les perturbations qu’ils subissent. Désormais, ils sont légitimés à réclamer plus d’équité dans la répartition des contributions.

Osons affirmer que les gilets jaunes ne sont nullement contre la transition énergétique dont ils savent, comme le reste de la population française, qu’elle est une mesure de survie pour les générations futures et pour la planète tout entière. Ils sont néanmoins en désaccord absolu sur la méthode employée pour contrevenir au risque majeur que le réchauffement fait peser sur le monde. La taxation les touche de plein fouet, et avec un impact qu’aucune autre catégorie de citoyens n’endure aussi fortement.

Nul besoin d’être savant pour considérer qu’il y aurait bien d’autres moyens plus efficaces et plus juste d’agir en ciblant les causes réelles du déséquilibre climatique. Qui nous dit qu’il ne nous sera pas reproché, dans quinze ou vingt ans, d’avoir utilisé des voitures électriques dont on ne saura pas comment se protéger des effets néfastes des batteries au lithium (comme on nous reproche, après nous y avoir incités, à faire usage des moteur diesel) ?

Pourquoi le kérosène n’est-il pas concerné par les mesures fiscales qui fâchent ? Sans doute parce que cela fâcherait les puissants lobbies du transport aérien. Pourquoi l’énorme trafic maritime n’est-il pas lui-même concerné ? Les lobbies des encore, appuyés par les syndicats patronaux de l’industrie et de la distribution.

Il n’est pas superflu de rappeler que 16 pays seulement – sur les 223 participants à la – appliquent ses recommandations, et la ne fait pas partie de ces bons élèves. C’est sans doute la raison pour laquelle notre gouvernement du “nouveau monde” n’a rien trouvé de mieux que de créer la taxe dite carbone. Ce faisant, il donne l’illusion d’agir contre les atteintes au climat. Quand Macron prend l’avion pour rallier Bruxelles, et quels que soient ses objectifs là-bas, il ne donne pas le bon exemple et ne concourt pas à améliorer la situation.

Serait-il impensable, au bout du compte, que la et ses mesures accompagnatrices ne soient destinées qu’à donner des gages de bonne volonté écologique et de rigueur budgétaire en vue du respect des normes européennes ?

25 novembre 2018

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.