Manifestement, la lettre ouverte signée par une vingtaine d’officiers supérieurs à la retraite et publiée sur le site de Valeurs actuelles n’en finit plus de faire des vagues. À droite, pour commencer, où l’on n’a jamais été tout à fait guéri du syndrome du militaire providentiel, entre généraux Boulanger et Villiers. Mais plus intéressantes sont les réactions d’une gauche stigmatisant une « désobéissance civile » à géométrie variable : « démocratique » quand pratiquée par son camp, mais donnée pour « factieuse » dès lors qu’elle concerne celui d’en face.

Évacuons, tout d’abord, l’anachronisme historique, pire ennemi des historiens, comme chacun sait. Avril 2021 n’est pas avril 1961. Le putsch d’Alger participe d’une autre histoire et, soixante ans après, il n’est plus tout à fait question de sauver l’ française. De plus, on se souviendra que les généraux Salan, Challe, Jouhaud et Zeller n’étaient pas « d’extrême droite », tel qu’on voudrait nous le faire croire aujourd’hui, mais seulement des héros de la Seconde Guerre mondiale, tous gaullistes, mais aussi déçus par ce même gaullisme. Ce qui n’empêche pas que les premiers résistants venaient de cette même « extrême droite », tel que rappelé par Simon Epstein dans son essai, Un paradoxe français. Mais il s’agit encore, là, d’une autre histoire…

On passera donc sur les déclarations de Florence Parly, ministre des Armées, qui voit chez ces pétitionnaires des « gens qui attisent la haine », alors qu’ils « ne représentent qu’eux-mêmes ». Il faudrait savoir : cette question est-elle dramatique ou tout simplement anecdotique ? C’est selon, l’une ou l’autre, mais pas les deux à la fois. Et là, le gouvernement se retrouve plus que gêné aux entournures.

Car aux origines de cette même « désobéissance civile », il y a un autre général, Charles de Gaulle, « l’homme qui a dit non », fondateur de notre Cinquième République, ayant opté pour la légitimité contre la légalité. Comme quoi les militaires révoltés n’ont pas fait que du mal à la République, même si fille de cette Révolution française parvenue au pouvoir par la force pour ensuite s’y maintenir par la terreur avant qu’un autre général, Napoléon, ne vienne y remettre bon ordre. Bref, ce ne serait pas la première fois que la gauche française se trouverait fâchée avec l’Histoire, la sienne, et celle de la France au passage.

Mais là où le « “Système » commence à dérailler pour de bon, c’est qu’il n’est plus capable de faire la différence entre « désobéissance civile » d’agitateurs professionnels, pro-migrants, pro-islamistes ou pro-mariage pour tous, ne risquant qu’une Légion d’honneur ou une montée des marches au Festival de Cannes, tel le cinéaste Cédric Herrou, et la sourde colère montant de cette France donnée pour être « profonde », cette majorité dite « silencieuse » ayant commencé à faire entendre sa voix, gilets jaunes en tête. La preuve en est que les militaires signataires, pourtant épris d’ordre – leurs devanciers n’ont-ils pas fusillé, sans pitié, le peuple des communards ? – s’émeuvent désormais face au traitement plus que sauvage exercé face à cette jacquerie.

Tous les pouvoirs ont toujours eu deux craintes. La première consiste en ce moment charnière où le gouvernement ne peut plus et où le peuple ne veut plus. La seconde, c’est quand les forces de l’ordre commencent à fraterniser avec ceux qu’ils sont censés réprimer.

La France n’est certes pas au bord de l’insurrection. Mais cela pourrait nous annoncer une prochaine élection présidentielle plus qu’inattendue.

27 avril 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

4.9 19 votes
Votre avis ?
124 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires