Interview de José Pérez, arboriculteur au Temple-sur-Lot (47), après la vague de gel exceptionnelle qui a ravagé les cultures : « 70 % de la production pruneaux d’Agen est décimée […] Tout le secteur est impacté : pommes, kiwis, etc. Ce sont des pertes financières énormes. »

 

A la suite la vague de gel du mois d’avril, on parle beaucoup des dégâts que cela a pu causer sur les cultures de vignes. Vous êtes cultivateur en Lot-et-Garonne et vous avez été extrêmement touché. En quoi est-ce que le gel a-t-il impacté votre production ?

Nous sommes arboriculteurs et avons été fortement impactés sur toute la production. Aujourd’hui, nous sommes gelés à 80-90 % en prune. Globalement, 70 % de la production de pruneaux d’Agen est décimée par le gel. Concernant les pommes, nous sommes aux alentours de 50 % et les kiwis à 90 %. D’autres productions ont elles aussi été gelées, mais c’est moindre puisque nous avons des systèmes de protection anti-gel. Malheureusement, chez moi ces systèmes n’ont pas fonctionné pour une raison que je cherche encore.

Qu’est-ce qui peut expliquer une telle perte dans vos cultures ?

 

Ce gel est tout à fait exceptionnel. En 1991, je n’étais pas bien grand, mais je me souviens que mes parents parlaient d’un gel aussi exceptionnel. Il restait de la production, alors qu’aujourd’hui, il ne reste rien. C’est incroyable ! Nous avons des vergers à différents endroits, dans les coteaux et dans la plaine. Tous les secteurs sont impactés à 90-100 %.

 

Dans ce de situation, êtes-vous assuré ?

En arboriculture, nous avons une assurance grêle, mais pas d’assurance contre le gel. Je pense qu’elle n’existe même pas en arboriculture. Nos pertes sont énormes.

Le conseil départemental et la municipalité vous soutiennent-ils dans cette  ?

À ce jour, c’est en négociation. Au niveau du département, ils n’ont a priori pas pris de décisions. Nous attendons des aides massives de l’État. Si aujourd’hui nous n’avons pas ces aides, je ne sais pas comment nous allons faire pour passer cette année et l’année prochaine. Jusqu’à octobre , il n’y aura aucune rentrée d’argent.

Votre entreprise est menacée. J’imagine que c’est aussi le cas de la plupart de vos collègues…

Dans le département, beaucoup d’entreprises sont menacées. J’ai 40 ans, je suis dans la fleur des crédits et de l’investissement et aujourd’hui, je me retrouve avec zéro production. Je me pose sérieusement la question de ce qu’il va se passer. Beaucoup d’entreprises sont comme moi. La filière pruneaux était assez compliquée jusqu’à aujourd’hui. Cette année, elle aurait eu tendance à repartir. On a joué à flux tendu jusqu’à maintenant. Les trésoreries ne sont pas terribles et nous reprenons cela par-dessus.

Avez-vous le moral et avez-vous confiance en l’avenir ?

 

Franchement, agricole est paniqué. Nous attendons des réponses rapides, mais elles n’arrivent pas assez vite à mon goût. Cela fait plus de 10 jours, nous voulons des réponses et nous n’en avons pas. Je me doute bien que ce genre de situation ne se gère pas du jour au lendemain, mais c’est compliqué.

21 avril 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

5 1 vote
Votre avis ?
9 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

À lire aussi

Un policier vauclusien : « Assez d’hommages, de bougies, de marches blanches ou de tweets. Maintenant, il faut des actes »

Oui, le policer est le gardien de la paix et non un soldat, comme peut l’exprimer le minis…