Accueil Santé Coronavirus Jeudi 20 heures : une allocution pour ne rien dire
Coronavirus - Editoriaux - Politique - 8 avril 2020

Jeudi 20 heures : une allocution pour ne rien dire

Jeudi 9 avril, à 20 heures, s’adressera aux Français. Dès mardi 7, Le Parisien annonçait avec assurance le menu de cette intervention.

En entrée : prolongement du confinement mayonnaise.

Plat de résistance : sauté de port du masque (ou comment contraindre à porter un accessoire dont on ne dispose pas).

Fromage : respect des règles de distanciation sociale (la rédaction du journal ne savait pas encore que le chef de l’État allait donner le contre-exemple lors de son déplacement en Seine-Saint-Denis).

Dessert : le recours aux données personnelles des smartphones.

Pousse-café : report du deuxième tour des municipales à la Saint-Glinglin.

Le seul point ignoré par le quotidien concerne la présentation de l’addition aux Français. Jeudi 20 heures ou plus tard ?

Pour compléter cet article très détaillé du Parisien qui laisse à penser que la rédaction vit son confinement sous le bureau présidentiel, la section bricolage de l’Élysée annonce que le chef de l’État expliquera comment fabriquer un masque avec un bulletin d’adhésion à La République en marche et deux élastiques. Un tutoriel très attendu par les Français. Selon les spécialistes, le stock de bulletins disponibles devrait permettre de confectionner des quantités astronomiques de masques, mettant à l’abri d’une prochaine élection d’un macroniste. « Protégez-vous de nous » serait le nouveau mot d’ordre de cette situation de crise.

Toujours selon Le Parisien et quelques autres médias mainstream surinformés, au menu de cette allocution ne figure pas la question du traitement à la chloroquine du professeur Raoult. Ce thème n’est pas même évoqué. Il n’existe pas.

Selon Europe 1, Emmanuel Macron et Olivier Veran échangeraient régulièrement avec le professeur. « Ils ont du respect pour lui », affirment les proches de l’exécutif. Les malades sont rassurés. Des pilules de « respect pour lui » pourraient être mises sur le marché. Guérison express assurée !

Le maintien de la prescription de la chloroquine dans les cas où il n’a plus aucune utilité demeure à ce jour inexplicable, de même que le refus du professeur Raoult de commenter cette mesure allant à rebours de ses recommandations. La confusion règne. L’inertie commande.

La date du second tour de l’élection municipale plutôt que les possibles avancées vers un traitement efficace. Ce discours s’annonce comme un chef-d’œuvre du « parler pour ne rien dire », de l’impuissance, de l’incompétence et du brassage d’air. La lecture du menu laisse peu de doutes à ce sujet.

À lire aussi

Jean-Jacques Bourdin va trop vite (dans ses explications)

À gagner dès demain sur RMC : un tour de périph en marche arrière dans la voiture d'Agnès …