« Imaginez un pays où l’ n’est pas un sujet tabou. Imaginez un pays où la lutte contre le séparatisme ne reste pas un vœu pieux. Imaginez un pays où un gouvernement social-démocrate poursuit, en la durcissant, une politique "anti-ghettos" initiée par la droite. […] Non, vous ne rêvez pas ; ce pays existe, c’est le Danemark. » Ainsi s'introduit la longue enquête menée par Valeurs actuelles cette semaine, au sujet du Danemark, souvent cité comme exemple en matière de lutte contre le séparatisme et l’ massive.

Comme en France, c’est à partir des années 1970 que le Danemark ont vu déferler des vagues successives d’« origine non occidentale ». Mais la provenance de leurs immigrés n'est pas la même qu’en France : ils viennent de Turquie, du Pakistan, d’Irak, du Liban, de Somalie, d’ex-Yougoslavie, d’ ou encore de Syrie. Très vite, les pouvoirs publics perçoivent des problèmes de communautarisme dans les endroits où une forte population d’origine non occidentale s'est concentrée. « Nous nous sommes très vite aperçus qu’un nombre important d’immigrés préféraient inscrire leurs enfants dans des écoles coraniques », confie l’ancien Premier ministre du Danemark Lars Løkke Rasmussen, membre du parti libéral (droite), à Valeurs actuelles. C’est pour cette raison qu’en 1994, le gouvernement met en place un plan de lutte contre les « ghettos » et les « sociétés parallèles ».

Quelles mesures pour lutter contre l’immigration ?

Le gouvernement danois a multiplié les mesures. Cinq programmes gouvernementaux ont été adoptés entre 1994 et 2018. Dans le viseur de l’État, « les quartiers où plus de 50 % des habitants sont d’ascendance non occidentale ». Dans ces quartiers, « plus de 60 % des 39-50 ans ne sont pas allés au-delà du collège », écrit Valeurs actuelles. Toujours dans ces mêmes quartiers, « plus de 2,7 % des majeurs ont été condamnés pénalement, le revenu brut des habitants est inférieur de 55 % à la moyenne de la région et la proportion des 18-64 ans sans emploi ni formation est supérieure à 40 % ».

Les hommes et femmes politiques danois ont compris une chose : « La démographie, c'est le destin », comme le disent Éric Zemmour ou à la suite du philosophe Auguste Comte. Une fois les endroits sensibles identifiés, une batterie de mesures vient casser tout communautarisme. Sur le logement par exemple, le gouvernement compte réduire de 40 % des d’ici 2030. Pour ce faire, une partie de l’immobilier propriété de l'État deviendra un domaine privé, les habitants seront expulsés. En classe, « la proportion d’élèves d’origine immigrée ne peut dépasser 30 % dans les établissements du second degré », relate encore le journal. De plus, les riverains de quartiers difficiles sont dans l’obligation d’envoyer leurs jeunes enfants en crèche (25 heures minimum par semaine). Les parents qui contreviennent à la règle verront leurs allocations familiales supprimées. Objectif ? Couper les enfants en bas âge des influences familiales qui leur imposent la pratique des langues étrangères et débouchent sur la non- des us et coutumes du pays ou sur le rejet de l’Histoire nationale. Enfin, pour limiter le nombre de nouveaux arrivants, les demandes d’asile ont été externalisées au Rwanda.

Détail piquant, la politique migratoire danoise est appliquée par un gouvernement... de gauche. Et les habitants des quartiers immigrés sont satisfaits des mesures. « Certaines personnes ont été expulsées en raison des délits commis par leurs enfants, affirme ainsi Oumar, un habitant du quartier Lundtoftegade, qui fut une cité sensible de Copenhague. D’autres parce qu’elles ne cherchaient pas d’emploi. Certes, c’est très strict, mais au moins, tout est calme aujourd’hui. » De quoi inspirer ceux qui nous gouvernent.

8645 vues

4 août 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

19 commentaires

  1. Les politiques actuellement aux affaires (ainsi que leurs prédecesseurs de droite comme de gauche) sont paralysés à l’idée même de se faire traiter de « fachos » de « nazis » etc…. par cette infime minorité d’extrême gauche, s’ils devaient reprendre ne serait-ce qu’une partie du programe migratoire du RN.
    Particulièrement les LR (dit parti de gouvernement).
    Cette emprise des terroristes de la pensée unique doit cesser.
    QUI pour former un accord des partis de la droite patriote?

  2. Donc ce n’est pas la Super Europe qui nous empêche de faire le ménage mais simplement des politicards à la remorques des ultra-minoritaires qui dictent leur loi.
    Envoyons donc darmarin en formation continue au Danemark !!!

  3. Je crois rêver. Le Danemark qui au cours des dernières décennies et jusqu’à hier prônait la mixité sociale voire le communotarisme et défendait le principe de l’immigration serait devenu un modèle à suivre ? Vous ne connaissez pas la versatilité en matière politique des pays Anglo saxons qui est à la mesure de celle des français.
    Tout cela n’est que foutaises

  4. La reine Margareth II du Danemark a écrit un ouvrage dans lequel elle analyse parfaitement la situation,les illusions des années 60,la souveraine cite les populations du sud-est Asiatique qui se sont parfaitement intégrées,contrairement aux populations musulmanes.
    La France est l’exemple même à ne pas imiter dans les autres pays occidentaux,nous pouvons y ajouter la Belgique.

      1. Ce qui est valable pour les Danois ne l’est pas du tout pour les francais pour cause la gauche Danoise est patriote.

  5. L’assimilation et la lutte contre le communautarisme impliquent la « mixité sociale » et le « vivre ensemble ». Les Français peuvent renvoyer dos à dos ces politiques et aspirer à la remigration qui résoudrait beaucoup de problèmes.

  6. Ce sont les analyses des économistes de Harvard , Alesina et Glaeser, qui ont décidé les sociaux démocrates danois de mettre un terme à l’immigration. Ces chercheurs ont montré que dans les sociétés hétérogènes, la solidarité diminue beaucoup ce qui met en péril la redistribution sociale. Ce n’est donc pas une analyse zemmourienne qui est à l’origine de leur politique, laquelle n’est en rien d’inspiration libérale, mais le souci de préserver la solidarité et la redistribution des richesses. Le RN aurait intérêt à reprendre cette analyse à son compte.

  7. Voici des gens qui ont compris et surtout savent compter, je me souviens de Boumédienne disant à la fin de la guerre d’Algérie, « c’est avec le ventre de nos femmes que nous vous vaincrons », c’est ce qui se passe en France, pendant que nos politiques regardent ailleurs.

Laisser un commentaire

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter