Audio - Editoriaux - Entretiens - Politique - 14 février 2019

Gilles-William Goldnadel : “Cette commission d’enquête parlementaire mériterait de s’appeler Ligue du LOL !”

[mashshare]

La commission parlementaire sur la lutte contre les groupuscules d’extrême droite, lancée à l’Assemblée nationale à la demande du groupe La France insoumise, devait convoquer Marine Le Pen et Marion Maréchal.

Réaction de Gilles-William Goldnadel au micro de Boulevard Voltaire.

La commission parlementaire de lutte contre l’extrême droite a convoqué Marine Le Pen et Marion Maréchal avant de se rétracter. Que pensez-vous de cette commission ?

Je ne vois pas d’inconvénients à ce qu’une commission d’enquête puisse investiguer sur les violences commises par des groupes extrémistes. En France, il y a des groupes de l’ultra-droite, antisémites, antisionistes, anti-beaucoup de choses. Ils sont peu nombreux, mais très violents.
Je ne vois pas pourquoi on n’aurait pas le droit d’investiguer contre eux. De la même manière qu’il y a des groupes d’extrême gauche autrement plus nombreux, souvent tout aussi antisémites et antisionistes et extrêmement violents. Je veux parler des antifas, Black Blocs, etc., qui mériteraient largement autant d’investigation.
Or, cette commission-là est une commission à la requête d’une députée Insoumise particulièrement hémiplégique. Puisque alors que les Insoumis regardent les violents d’extrême gauche avec les yeux de Chimène, ils focalisent sur les violences d’extrême droite.
Par conséquent, d’ores et déjà, je trouve que ça commence mal.
À partir de là, convoquer Marine Le Pen et Marion Maréchal, alors qu’elles n’ont strictement rien à voir avec l’ultra-droite violente est tout simplement ridicule.
J’observe, par ailleurs, que le député cogneur avec son casque de motard, M. El Guerrab, fait partie de la commission en question. Cela tourne au comique le plus extrême. Il a envoyé à l’hôpital le député socialiste Olivier Faure à la suite de je ne sais quel différend. Le pauvre a failli en mourir. Il est invraisemblable qu’il puisse encore faire partie de cette commission. Il est bien plus coupable que, par exemple, le boxeur Dettinger, qui vient d’être condamné à un an ferme, puisque l’autre a failli en mourir. Eh bien, non, il est là et il va siéger !
Comme si cela ne suffisait pas pour montrer le côté ridicule de cette commission, je sais de source sûre qu’à l’intérieur de cette commission a été invité, en sa qualité de sage, expert en matière de réseaux sociaux, M. David Doucet, qui est aujourd’hui suspendu de chez Les Inrocks pour avoir fait partie de la fameuse Ligue du LOL.
Je crois que cette commission parlementaire mériterait d’être baptisée Ligue du LOL.

Qu’a suscité, en vous, le scandale de la Ligue du LOL ?

Pour vous dire franchement, celui qui vous parle est connu pour avoir toujours considéré les membres de ce que j’ai appelé le camp du bien comme des tartufes, des petits marquis et des imposteurs en série. On se souvient, également, de l’affaire Medhi Meklat, ce journaliste du Bondy Blog, chouchou de France Inter, mais aussi adorateur d’Adolphe Hitler.
Dans mes pires cauchemars, je ne pouvais pas envisager que des journalistes, soi-disant progressistes, antiracistes et féministes puissent faire montre d’autant de stupidité, de méchanceté, de racisme anti-noir, d’antisémites et de mépris à l’égard des femmes qu’ils ont moquées pour leur physique ou leur faisant croire, après une nuit d’amour, qu’ils étaient porteurs du SIDA. À croire que, lorsque vous êtes censés incarner aux yeux des gogos l’esprit et la générosité, vous êtes finalement invités à faire montre de stupidité et de méchanceté.

Ce camp du bien a décrété, hier, que père et mère seraient remplacés par parent 1 et parent 2. En quoi cela vous choque-t-il ?

Il y a quelques années, lorsque des députés de droite avaient indiqué qu’on allait vers cela, je me souviens que le journal Libération avait dit que c’était des fantasmes de la droite. Aujourd’hui, on y est. On en est là parce que c’est la poursuite de la déstructuration systématique de la société.
On a commencé par la patrie, la nation et la famille. Maintenant, c’est dans le genre et dans le sexe. Cette réalité ne pourra jamais être changée. Pour faire un enfant, il faut un papa et une maman, un homme et une femme.

[mashshare]

À lire aussi

Gilles-William Goldnadel : « Je n’accepte pas que la radio d’État puisse inféoder France Inter à la gauche et à l’extrême gauche »

Gilles-William Goldnadel revient sur cette émission de France Inter mettant en cause CNews…