Editoriaux - Histoire - 29 avril 2019

Génocide arménien : pourquoi on ne me l’enseigna pas, en France, au lycée, en 1989 ?

1989-2019 : trente ans, trente petites années. 1989 : je passe le bac. 2019 : fin de quarantaine, c’est l’heure des bilans de vie, sans fard. Pour notre pays, tout le monde le sent bien avec les bouleversements actuels, il en va de même.

1989 : le mitterrandisme à son apogée fête le bicentenaire de la Révolution sans rien voir de celle qui monte dans les pays de l’Est et nous impose, avec SOS Racisme et Jacques Attali, immigration et Europe de Mastricht.

Qu’avons-nous fait, pas fait, mal fait pour que la France en soit là, passe de la petite main jaune « Touche pas à mon pote » au gilet jaune qui dit, quelque part, « Touche pas à mon … » ? Étant entendu que cette situation dépend de décisions ou de non-décisions prises il y a trente ou quarante ans. Les deux seuls exemples actuels du problème de l’islamisation ou de l’incapacité de l’État à éviter la catastrophe de l’incendie de Notre-Dame nous renvoient à ces Trente… Oublieuses ? Insoucieuses ? Autrucheuses ? Restons gentils.

Mais aujourd’hui, deux jours après la première commémoration officielle par la France, à l’initiative du Président Macron, du génocide arménien de 1915, et de la réponse cinglante du président turc, qui persiste dans la position négationniste de la Turquie, voici un nouvel exemple de ces années oublieuses. Oublieuses de la vérité historique du génocide arménien.

Qu’en disait-on, dans ces années 1989 ? Que nous en apprenait-on, au lycée, en histoire ? Je n’ai aucun souvenir que mes professeurs d’histoire, pourtant très sérieux et très compétents, m’en aient parlé, pas même au détour d’une phrase ou d’un chapitre. Sur le génocide arménien, toutes mes connaissances me sont venues après, par curiosité personnelle ou en suivant le fil de l’actualité, au fur et à mesure que la question de l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne avançait. Aujourd’hui, les choses ont heureusement changé et mes enfants et mes élèves, dès le collège, connaissent le génocide arménien au même titre que la Shoah.

Je suis donc allé chercher mon vieux manuel de première, le Scodel 1982 de Dubreuil, Trotignon et Wagret, qui, tout en étant « classique », proposait déjà de larges chapitres sur l’histoire cultuelle, les mentalités et, pour la Première Guerre mondiale, un regard large sur les spécificités et les conséquences du conflit. Le génocide arménien ne s’y trouve pas mentionné dans le chapitre sur l’année 1915, qui évoque néanmoins les Dardanelles, la retraite serbe et le débarquement de Salonique. Il n’est mentionné que dans les « mouvements migratoires » des « populations civiles » (p. 75), avec cette simple allusion dans une énumération : « Arméniens tentant de fuir le génocide », le mot faisant l’objet d’un renvoi et d’une définition : « massacre en masse de tout un peuple (les Arméniens furent, en 1915, victimes de massacres systématiques perpétrés par les Turcs) ». Les historiens auteurs du manuel ont dit la vérité historique, mais a minima, a maxi minima ! Elle est reléguée à un épisode très très secondaire de la guerre. Aucune fiche. Aucune image. Aucune double page. Une demi-ligne, une parenthèse en marge dans un manuel de 300 pages bien tassées traitant de la période 1914-1939…

Dans les années 1980, le génocide arménien n’était pas enseigné aux Français. Pourquoi ? Parce que la Turquie post-kémaliste était un allié sûr des États-Unis et que l’Europe « otanisée » envisageait son entrée. Il ne fallait pas fâcher ce peuple en l’embêtant avec ce génocide et cette culpabilité. Il ne fallait pas, non plus, fâcher les futurs citoyens français et européens que nous allions devenir en nous apprenant cette vérité historique qui en aurait poussé beaucoup à remettre en cause les choix que l’on nous préparait. Comme si, pour faire entrer l’Allemagne dans l’Europe, il avait fallu mettre la Shoah de côté. C’est, heureusement, le choix opposé qui a été fait. Mais cela donne à réfléchir sur ces « omissions » officielles…

L’Histoire, avec la chute du mur et l’islamisation de la Turquie et de l’Europe, a changé la donne et a permis un enseignement plus vrai.

Aujourd’hui, plus d’un siècle après le génocide, trente après le début de sa lente reconnaissance internationale, l’Occident continue à ménager la Turquie sur ce point. Jusqu’à quand ?

À lire aussi

Joseph Zimet, Muriel Pénicaud, Jean-Marc Borello : la Macronie est une affaire de coups de foudre

L'heureux élu est Joseph Zimet. Son nom ne vous dit rien ? Le mari de Rama Yade. …