Editoriaux - Polémiques - Politique - 7 novembre 2019

François Ruffin ne manifestera pas contre l’islamophobie : il a football

François Ruffin serait bien allé à la manifestation contre l’islamophobie mais, manque de chance, hasard du calendrier, aléas des années bissextiles : elle tombe un dimanche. Un lundi, pourquoi pas, le mardi avec joie, les autres jours avec plaisir, mais le dimanche, il joue au foot. « Et si Jean-Luc Mélenchon amène un ballon ? » a oublié de demander Léa Salamé à son invité.

Bien sûr, il a signé la tribune contre l’islamophobie, mais il était à Bruxelles en train de manger des frites et des gaufres avec ses enfants, et vous savez ce que c’est, dans ces moments-là, on signerait n’importe quoi. Les mômes qui demandent du ketchup, les doigts plein de gras… On n’a plus sa tête.

Les fidèles des interventions de François Ruffin se demandent où est passé son franc-parler. Le grand pourfendeur de la langue de bois adopte la technique de l’évitement du technocrate dès qu’il est question d’islam. Peut-être une posture en attendant le grand match qui se déroulera dans les locaux de La France insoumise : la ligne islam-soumise contre le reste du monde.

En attendant cette rencontre meurtrière pour le parti, l’ami Jean-Luc défilera fièrement aux côtés du CCIF et d’un certain Abou Anas Nader qui, dans une vidéo, livre sa conception du couple : « Les femmes vertueuses sont obéissantes à leur mari. La femme, elle ne sort qu’avec la permission de son mari » (à moins qu’elle ne soit partie manger des frites avec François Ruffin… Le cas s’examine). Concernant le devoir conjugal, la situation s’aggrave : « Les anges la maudiront toute la nuit si elle se refuse à son mari sans raison valable. » Même avec un mot d’excuse d’Edwy Plenel. Rien à faire.

La troupe mélenchonienne défilera alors que son maître à penser déclarait, en 2015 : « Moi, je défends l’idée qu’on a le droit de ne pas aimer l’islam, on a le droit de ne pas aimer la religion catholique et que cela fait partie de nos libertés. » Entre son électorat des banlieues islamisées et « nos libertés », Jean-Luc Mélenchon a choisi. La partie encore émergée de son navire ne tient plus qu’à cette bouée de sauvetage. L’islamophobie en mode petite épicerie.

Côté écolo, Yannick Jadot se rendra à la manifestation, mais sur une seule jambe. Un exercice fatigant mais révélateur de sa position sur le texte qu’il a signé mais ne cautionne pas dans son entier et qu’il a lu, lui aussi, d’un œil distrait. Le syndrome de la gaufre, encore.

Dans une tentative méritante de remonter l’épave du fond des mers, le PS a décidé de ne pas participer. En cas de réussite, celle-ci pourrait ainsi croiser le bâtiment de La France insoumise en pleine descente. Personne ne sait encore si François Ruffin sera resté sur le pont pour une partie de football endiablée.

À lire aussi

Une collection de vêtements islamiques présentée à un concours de jeunes talents

La prouesse consiste à montrer une collection de vêtements islamiques sans une seule fois…