Ces temps derniers, déborde d’énergie, entendant « travailler » à la création d’une « nouvelle force politique » dans la perspective de 2022. Et d’affirmer, à France Inter, ce vendredi 13, date idoine : « Sans cette nouvelle force politique, la de gouvernement n’aura pas de candidature capable de gagner l’élection présidentielle », tout en remarquant que « si la colère monte, si la grogne s’installe, alors on aura des mouvements sociaux ». Sandec ? Et de résumer ce projet quasi millénariste : « Je veux qu’en 2022, il soit possible de remettre la démocratie française en état. » C’est-à-dire celui dans lequel il l’a trouvé avant d’y entrer ?

Mais cette énergie, il lui faut encore la consacrer à d’autres grands chantiers : l’amour des arts en général. Et celle d’une jeune danseuse, Juliette Gernez, en particulier ? L’hebdomadaire Voici vient, en effet, d’immortaliser l’une des promenades affectueuses que l’ancien Président aime à faire au Bois de Boulogne. Officiellement, pour promener le chien ; officieusement pour balader un rat d’opéra.

À en croire un ponte de la presse  : « Avec Closer a réussi un coup gigantesque et Voici a besoin de remonter ses ventes. Le problème, c’est que cela n’aura pas le même impact, François Hollande n’étant plus à l’Élysée. » Bref, il n’y a pas qu’auprès de l’électorat que Hollande est démonétisé ; auprès du lectorat aussi.

Au fait, qui est cette jolie blonde de 33 ans ? Elle est l’ex d’ de 2003 à 2008 ; ce qui fait toujours plus chic, en société, que d’avoir été celle de Dieudonné, son ancien comparse. Son grand projet à elle, ce n’est pas de reconstruire la « gauche de gouvernement » mais de faire du  ; ce qui, d’une certaine manière, revient peu ou prou à la même chose. Après quelques publicités, Juliette Gernez a enfin décroché un premier rôle dans la Dix pour cent, dans laquelle a joué une certaine Julie Gayet. est décidément un petit village.

Toujours selon la même source, nous apprenons : « Juliette Gernez montre une certaine constance dans son envie de réussir. Après un premier comique, Semoun, voici le tour d’un second comique, Hollande. Elle est sur la bonne voie… » Il est vrai que le Président des bisous porte chance. Grâce à lui, une journaliste peu connue, , l’est enfin devenue, connue. Idem pour Julie Gayet, dont le moins qu’on puisse prétendre est qu’elle n’était pas exactement une locomotive du box-office français avant de rencontrer le bourreau des cœurs.

La rencontre remonterait à juillet dernier, quand Juliette a été présentée à François lors d’un repas organisé par Laurent Joffrin, ancien patron de Libération, qui, lui aussi, entend refonder la gauche par le biais de son mouvement, Engageons-nous. Quand on vous dit que Paris est un petit village… Cité par Voici, un proche du Président rapporte : « Hollande ne peut pas s’empêcher. Il lui faut toujours une maîtresse au final. » Ce que confirme Luc Ferry : « Il est plus grand séducteur que George Clooney et Brad Pitt réunis. »

Et Julie Gayet, dans tout cela ? Sa seule riposte a, pour le moment, été de mettre en ligne une photo d’elle avec son Roméo, le tout assorti d’un joli cœur.

À propos du grand ménage à gauche, François Hollande assurait aussi, sur France Inter : « Il faut dialoguer si on veut qu’il y ait une acceptation, il faut que la décision soit partagée. » Voilà qui pourrait éventuellement valoir pour son ménage à lui si, d’aventure, il lui fallait expliquer à Julie Gayet que le changement, c’est maintenant !

16 novembre 2020

À lire aussi

Marlène Schiappa ferme l’Observatoire de la laïcité : la gauche au bord de la crise de nerfs ?

À quoi servait le machin ? À observer la laïcité, bien sûr, mais surtout à tenir lieu d’ar…