France TV suspend la diffusion des « Complément d’Enquête » sur Attal et Dati !

7c3cf9e4-phpkwdvjo_png

Branle-bas de combat à France Télévisions ! C’est l’émoi parmi les journalistes de l’audiovisuel public depuis la révélation, dans la presse, de la terrible nouvelle : la direction a décidé de retarder la diffusion de plusieurs numéros de Complément d’enquête. Il s’agissait des émissions consacrées à Gabriel Attal, Rachida Dati et Alexis Kohler, le secrétaire général de l’Élysée. La stupeur est d’autant plus grande que cette décision est assumée par le directeur de l’information de France 2. Questionné à ce sujet par la Société des journalistes de France Télévisions, lors d’une réunion mercredi 24 janvier, Alexandre Kara a ainsi expliqué que cette « pause » avait un double objectif : garantir le respect du pluralisme dans le contexte particulier d’une campagne électorale et laisser la priorité de la couverture politique aux émissions de débat.

Du côté des journalistes, l’explication ne convainc pas. Mettre entre parenthèses les émissions d’enquête sur les personnalités politiques pourrait, selon eux, ouvrir la boîte de Pandore. « C’est une forme de chantage, un marché de dupes, qui peut donner lieu à des demandes encore plus extravagantes à l’avenir », s’émeut un journaliste dans Le Monde.

La liberté de la presse en danger ?

Légalement, rien ne s’oppose à la diffusion d’investigations portant sur des figures politiques, fût-ce en pleine période électorale. De telles émissions ne menacent pas nécessairement le devoir de pluralisme et de respect du temps de parole demandé aux médias publics. En revanche, les journalistes sont tenus à une certaine loyauté envers les citoyens, et c’est sans doute là que le bât blesse. Consacrer trois numéros de Complément d’enquête à la Macronie, après un portrait à charge de Jordan Bardella, la grosse ficelle commençait à se voir. On aurait aimé une investigation fouillée sur Raphaël Glucksmann - lui aussi candidat aux prochaines élections - et la bienveillance dont il bénéficie au sein des médias de service public, mais ce sujet n’a manifestement pas retenu l’attention des programmateurs de Complément d’enquête. Allez savoir pourquoi.

Un militantisme mis - provisoirement - en sourdine

Pour rappel, le « quatrième pouvoir » attribué aux médias ne doit s’exercer ni en faveur d’un parti politique ni en faveur d’une personne en particulier. Par ailleurs, il est à noter que le traitement audiovisuel des campagnes électorales ne se limite pas au respect du seul principe du pluralisme politique, mais que les textes prévoient également d’autres dispositions telles que l’interdiction des publicités à caractère politique. C’est sans doute pour cette raison qu’Alexandre Kara a mis Complément d’enquête sur la touche. Il craignait qu’on reproche à son antenne de peser sur les votes ou de rouler pour un camp en particulier. Comme si l’entreprise d’embrigadement de France TV était malvenue en période électorale mais parfaitement légitime tout le reste de l’année !

Jean Kast
Jean Kast
Journaliste indépendant, culture et société

Vos commentaires

27 commentaires

  1. cela ne m’étonne pas du tout, c’est la presse démocratique d’un pays libre (genre Corée de Nord).
    Ce qui me chagrine c’est que toute cette presse et TV sont financés avec nos impots quand même!

  2. Pas surprise du tout. Ne sort que ce qui est bon pour notre petit chef. Les points noirs passent à la trappe…

  3. La direction des programmes ne connaissait pas les dates des élections, mais à combien de mois avant le vote commence une campagne? L’émission sur Bardella était donc hors délai?

  4. Aujourd’hui la malhonnêteté intellectuelle, la fourberie et la lâcheté, méritent à eux seuls un grand ministère d’état, même le premier sans aucun doute. Les candidats qualifiés se bousculeraient au portillon.

  5. comme c’est bizarre, juste après Bardella il n’y a plus de complément d’enquête, Attal qui aurait été encensé, Dati remise à son niveau de profiteuse du système, la culture elle s’en tape, elle veut la mairie de Paris, les convictions aussi elle s’asseoit dessus, si elles l’empêche d’avancer, les copains ? juste des faire valoir.

  6. Le mensonge et la manipulation ne payent plus à la radio /télé publique? Les français ouvrent enfin les yeux?

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois