Fin de campagne : la Macronie sort l’artillerie lourde… très lourde !

Capture d'écran X
Capture d'écran X

Dans une semaine, on saura si les sondages avaient raison et si, en effet, Jordan Bardella dépasse les 30 %, si Raphaël Glucksmann double Valérie Hayer… et si Valérie Hayer elle-même signe, après Nathalie Loiseau, un nouveau chapitre dans l'histoire de la déliquescence de la Macronie.

Attal et les postures martiales

Pour éviter ce qui s'annonce comme une débâcle historique, on serre les rangs. Les ministres donnent de la voix, et notamment le premier d'entre eux, Gabriel Attal, qui a décidé de recourir aux postures martiales. Quitte à en faire des tonnes : en meeting pour essayer de sauver sa candidate, Attal a déclaré qu'il ne voulait pas que la France « envoie une armée de soldats du Frexit pour [les] représenter au Parlement européen pour tout gâcher, tout casser et tout bloquer ». Au-delà du ridicule de cette phrase totalement hors de propos, et au-delà de cet exemple parmi mille autres de la fascination des macroniens pour la guerre, on se demande surtout ce qu'il va se passer si les Français ne votent pas comme le gouvernement le veut.

On se permet tout : même dire n'importe quoi

Valérie Hayer n'est pas en reste, dans un rôle de potiche grandiloquente qui lui va comme un gant. Elle aussi, elle aime parler de la guerre. Elle aime les formules militaires surannées, qui rappellent peut-être le temps du service militaire à un électorat macroniste souvent âgé. De toutes façons, au point où elle en est, il faut tout sortir, y compris l'artillerie lourde. Alors Valérie Hayer fait tapis. Ainsi, en temps de guerre, selon la candidate Renaissance, « ceux qui disaient, il n’y a pas si longtemps, que la Russie n’était pas une menace [elle parle évidemment du RN, NDLR] auraient été accusés d’"intelligence avec l’ennemi" ». Rien que ça. Et on les aurait fusillés au matin. Au nom de la démocratie, quand on se pense dans le camp du bien, on peut décidément se permettre de dire à peu près n'importe quoi. À ce compte-là, il est certain que cette brave femme, elle, au moins, ne risque pas d'être accusée d'intelligence, ni avec l'ennemi, ni avec qui que ce soit d'autre, ni tout court. C'est toujours ça de pris.

Au cas où cette ficelle - cette corde - ne serait pas assez puissante, Renaissance a un joker. Un totem. Une carte qui est au débat politique ce que la carte « +4 » est au jeu de Uno. On n'utilisera pas la carte Hitler, en l'occurrence, car ça brouillerait le débat : en termes de représentation mentale, Valérie Hayer n'est peut-être pas le saumon le plus oxygéné de la rivière, mais elle sait qu'on ne peut pas accuser quelqu'un d'être nazi tout en lui reprochant de soutenir la Russie. Bref, l'autre joker ultime : Simone Veil. La déportation, la loi sur l'avortement, le centrisme, l'Europe, le Panthéon : elle coche toutes les cases. Deuxième phrase choc, donc : « Voulons-nous vraiment confier les clés de la maison de Simone Veil à ceux qui détestent l’Europe ? » C'est bien, Valérie. La maison de Simone Veil, carrément. On sait qu'il était question de donner le nom de l'ancien ministre de la Santé à notre futur porte-avions. On ignorait, en revanche, qu'elle avait fait du Parlement européen sa maison. Quel héritage !

Cet affolement dérisoire ne prouve qu'une chose : les macronistes vont perdre assez salement. Ils le savent très bien. Et, avec un courage qui tutoie l'inconscience, ils vident le chargeur. C'est trop tard. Ça va être assez agréable à regarder...

Arnaud Florac
Arnaud Florac
Chroniqueur à BV

Vos commentaires

85 commentaires

  1. En 1981 Mitterrand « mesurait le poids de l’histoire » effectivement ce fut un poids très lourd pour la France qui n’a cessé de peser jusqu’à aujourd’hui encore. Dimanche macron va pouvoir constater par les urnes, le poids de son histoire.

  2. Les déclarations d’Emmanuel Macron et de Gabriel Attal ne changeront pas mon vote ! Même si une guerre contre la Russie devrait être annoncé dans deux jours ! L’or des cérémonies du Débarquements Overloard du 6 Juin 1944, qui auront lieux le Jeudi 6 Juin 2024 prochain ! J’ai l’intention de voté pour les Patriotes de Florian Philippot ! Hervé de Néoules !

  3. Je ne peux m’empêcher de penser au coup fourré que Macron va nous sortir au soir du 6 juin lorsqu’il va s’exprimer sur les antennes des officines de propagande. S’il parle , ce n’est ,bien évidemment, pas pour commémorer le débarquement et remercier les alliés mais pour salir le candidat RN. Je m’attends à tout.

  4. Ce problème de Mme Hayer représente toute la macronie et son chef de file. Quand on monte une association politique, on peut prendre des fans ou des opportunistes, mais il faut les former aux joutes oratoires. Chez Macron, il ne faut surtout pas former les godillots, ils risqueraient de lui piquer sa place.

  5. Si vous ne pouvez pas répondre à l’argument de quelqu’un tout n’est pas perdu.Vous pouvez encore l’injurier
    Elbert Green Hubbard 1856-1915

  6. Valérie Hayer n’a pas joué les potiches durant la campagne. Représente du pouvoir en place, elle était la cible idéale de tous les candidats. Même Marion Maréchal, qui s’est révélée une bretteuse assez cruelle avec ses concurrents l’a un peu épargnée en saluant son courage. Valérie Hayer, disons le, fera mieux que Valérie Pécresse.

  7. Ca phosphore dur dans les officines de la Macronie, pour essayer de sauver le soldat Hayer. Elle ne fait pas le poids, et on l’a sciemment envoyée au casse-pipe.

  8. « …au Parlement européen pour tout gâcher, tout casser et tout bloquer. » : le 1er ministre fait-il référence à son propre parti ?
    « ceux qui disaient, il n’y a pas si longtemps, que la Russie n’était pas une menace auraient été accusés d’intelligence avec l’ennemi » : ça compte aussi pour les destructeurs de notre nation, immigrationnistes et surtout islamocompatibles ?

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois