Editoriaux - Fake News - Médias - 20 avril 2018

Le « fake news » du « Pas de rue Colonel-Beltrame dans les villes FN »

La nouvelle était trop belle : la famille du colonel Beltrame refuserait que son nom soit donné à des rues de villes tenues par le Front national. Vous pensez, après la déclaration de Daniel Knoll qui, le 28 mars dernier, avait appelé “tout le monde, sans exception” » – sous-entendu : y compris le Front national (et La France insoumise) – à venir marcher en hommage à sa mère sauvagement assassinée, une telle nouvelle aurait redonné un peu de baume au cœur à ceux qui persistent et signent à vouloir exclure le mouvement fondé par Jean-Marie Le Pen de la communauté nationale et, tant qu’à faire, de celle des humains ! On aurait ainsi coupé les pattes à cette fameuse « récupération par l’extrême droite » du héros de Carcassonne, etc.

C’est le journal L’Essor de la gendarmerie nationale qui avait donné cette information mercredi. L’Essor, “le journal des gendarmes depuis 1936”, est en fait l’organe de communication de l’Union nationale des personnels en retraite de la gendarmerie. Il est donc complètement indépendant de la hiérarchie de la gendarmerie nationale. Bien évidemment, l’information fut abondamment relayée par les médias. Que du bonheur, si vous voulez !

Et puis, jeudi, le démenti tombe. La mère d’Arnaud Beltrame déclare dans les colonnes du Parisien : “Je rectifie le tir, c’est du n’importe quoi… Mon fils appartient à tous les Français.” Certes, Mme Beltrame ajoute : “De toute manière, qui sait si dans deux ans ou cinq ans les mairies seront toujours tenues par le FN ?” Mais elle a eu l’immense courage de l’honnêteté, ce qui confine à une certaine forme d’héroïsme, par les temps qui courent !

Ce vendredi, Alain Dumait, directeur de L’Essor, dans un communiqué publié sur le site du journal, déclarait : “Le mercredi 18 avril, sur notre site lessor.org, nous avons mis en ligne une information selon laquelle “la famille” du colonel Beltrame s’opposerait à ce que son nom soit choisi, afin de lui rendre hommage, pour dénommer une voie publique, s’il s’agissait d’une municipalité dirigée par le Front National. Cette information qui était de bonne source renvoyait à une déclaration faite par un membre très proche de la famille du regretté colonel. Mais il était inexact que ce vœu était celui de cette famille unanime. C’est ce que m’ont assuré directement, hier jeudi 19 avril, par téléphone, le neveu et la veuve du colonel Beltrame. Qui ont souhaité cette rectification. Dont acte !”

Un peu court. Mais bon, dont acte, donc.

À lire aussi

Veille d’élection : veillée d’armes…

À quoi peut-on comparer une veille d’élection ? …