Vincent Lambert est ce matin.

Débranché le 2 juillet, Vincent Lambert est neuf jours après. La sonde qui permettait de l’alimenter et de l’hydrater avait été « débranchée », comme on dit pudiquement. Est-ce ce qu’on appelait autrefois, lorsqu’on mourait à la maison, une longue agonie ? Il est vrai qu’il est des mots que l’on ne doit plus prononcer et que le mot « agonie » est banni du lexique aseptisé.

Une décision prise par l’équipe médicale après que la Cour de cassation avait cassé, le 28 juin dernier, l’arrêt de la cour d’appel de Paris qui ordonnait la reprise des traitements, et ce, après que le gouvernement s’était pourvu en cassation, ne l’oublions pas. C’est donc la fin d’une bataille judiciaire. Pas tout à fait, car les parents de Vincent Lambert, le 5 juillet, ont porté plainte auprès du procureur de Reims contre le docteur Sanchez pour homicide. C’est la fin d’une bataille médicale. La médecine d’Hippocrate sort-elle victorieuse de cette bataille ? On peut se poser la question et on a le droit de douter. C’est la fin d’une bataille humaine. Celle d’une mère qui se bat jusqu’au bout pour que son fils vive.

C’est aussi le début d’une bataille de civilisation. Car il s’agit bien de cela. En effet, n’a-t-on pas, aujourd’hui, en France, posé le premier acte d’ avec la bonne conscience que toutes les formes juridiques ont été respectées ? Vincent Lambert n’était-il pas cette vigie, malgré lui – mais sommes-nous toujours pleinement maîtres de notre destin ? Il faudrait être bien orgueilleux pour le penser -, qui gardait une porte solidement tenue par des siècles de civilisation de la vie ? Une porte qui permet d’accéder, de basculer, une fois enfoncée, de façon irréversible, dans un autre monde : celui d’une « civilisation » de la mort. Une porte ouverte sur un inconnu autrement plus effrayant que les espaces infinis au silence éternel, pour reprendre les mots de Pascal.

11 juillet 2019

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.