États-Unis : en prenant la Chambre des représentants, que pourraient faire les républicains ? (1)

capitol_building_washington_dc_usa_congress_legislative_branch_architecture_government-770536

Vendredi 11 novembre, si les élections de mi-mandat sont à présent terminées, de nombreux décomptes sont encore en cours. Cependant, à l'heure où nous écrivons ces lignes, il est pratiquement acquis que les républicains prendront le contrôle de la Chambre des représentants (l’équivalent de l’Assemblée nationale en France) en janvier prochain, et ce, même s’il reste encore 31 sièges non encore attribués (sur 435). Actuellement, les républicains ont une avance de 18 sièges. Quoi qu’il advienne du Sénat qui pourrait rester aux mains des démocrates, on peut déjà esquisser une série de dix actions qui pourraient être entreprises par les représentants républicains, forts de leur nouvelle majorité.

1. Dissoudre le comité judiciaire du 6 janvier sur l’affaire du Capitole

À de très rares exceptions près, les républicains de la Chambre ont toujours rejeté ce procès considéré comme fantoche qui ne repose sur aucune base légale et qui n’a d’autre but que de salir leur image et harceler leur chef. Certains d’entre eux songent même à lancer des enquêtes contre les membres du comité du 6 janvier eux-mêmes.

2. Nommer une commission d’enquête sur Hunter Biden

Inutile de revenir sur le dossier du fils Biden ouvert il y a deux ans lorsque celui-ci abandonna son ordinateur portable dans un magasin du Delaware. Le contenu a été authentifié depuis et il est avéré que Hunter a profité de la position de son père, alors vice-président, pour faire commerce de son influence avec l’Ukraine et la Chine notamment. À cela, ajoutons des faits de fraude fiscale qui lui sont reprochés. Les agents fédéraux pensent qu'il y a suffisamment de preuves pour l'inculper, et les républicains, forts de leur nouveau pouvoir d’assignation, ont promis de se pencher sérieusement sur l’affaire qui impliquerait également le père. Le représentant Jim Jordan (R-Ohio), futur président du comité judiciaire de la Chambre des représentants, est pressenti pour lancer l’enquête.

3. Former un groupe d’experts chargés d’établir un rapport complet sur les irrégularités électorales du 3 novembre 2020

Plusieurs rapports ont été publiés, ces dernières années, comme celui du Sénat de Géorgie ou encore celui de l'économiste Peter Navarro, ancien conseiller spécial de Trump à la Maison-Blanche et, à ce titre, contestable et contesté. Aussi, une commission d’enquête nommée par le Congrès permettrait de faire la lumière sur cette question et de pousser des réformes indispensables avant les présidentielles de 2024.

4. Légiférer pour contrôler la frontière sud et stopper l’afflux d’illégaux

On évalue à près de 5.000.000 le nombre de personnes entrées illégalement dans le pays par la frontière sud depuis le départ de Donald Trump. Les républicains, qui se sont toujours opposés au laxisme manifeste de l’actuelle administration, entendent bien mettre un terme à cette hémorragie. Des mesures légales seront alors votées pour renforcer la sécurité aux frontières, comme une augmentation des contrôles et des agents. Une opposition du Sénat est toutefois à craindre si celui-ci reste sous le contrôle des démocrates. Bras de fer en perspective.

5. Dépolitiser le ministère de la Justice

Depuis plusieurs mois, les républicains dénoncent la « politisation » du ministère de la Justice avec l’installation du nouveau président. McCarthy, l’actuel chef de l'opposition, a annoncé que des enquêtes seraient lancées si lui et ses pairs deviennent majoritaires. Les tensions se sont accrues en août dernier lorsque le procureur général Merrick Garland a approuvé l'exécution par le FBI d'un mandat de perquisition à Mar-a-Lago suite à des allégations selon lesquelles l’ancien président aurait conservé illégalement des documents gouvernementaux après avoir quitté la Maison-Blanche. Jim Jordan a indiqué que des actions seront engagées.

À suivre...

Me Marc Amblard
Me Marc Amblard
Avocat - Maître de conférences en Sciences de gestion à l’Université d’Aix en Provence

Vos commentaires

6 commentaires

  1. Dans 4 à 5 années c’est chez nous et en moins de temps encore pour notre grand remplacement…ou notre conversion.

  2. La grande démocratie donneuse de leçons …. Biden ne gouverne pas , une marionnette manipulée par « l’état profond » , le VRAI pouvoir !!! des enjeux plus qu’énormes , le survie de la domination US ! Bientôt la fin du Dollar ?

  3. Avant le scrutin j’avais donné une avance républicaine à la Chambre mais pas assez pour contrebalancer et au Sénat j’avais imaginé un avance de un siège pour les démoncrates et cela sans boule de cristal, madame est témoin chez moi.
    Maintenant, je dis que plus on va vers la fin de l’année, plus le parti démoncrate va progresser avec les voix de correspondance, c’est en fin de parcours que se font la magouilles et malversations, comme dans le sport et les compettes, voyez la course de chars dans BenHur ou celui qui tire dans son but le jour de la finale du Mondial.
    Ah oui, Macron réélu, prévu aussi, mais les sondages avaient bien travaillé, je n’ai pas eu difficile !

  4. «  »La chaîne NBC News projetait samedi matin une frêle majorité de cinq sièges pour les républicains avec 220 élus contre 215 pour les démocrates. Près de 20 scrutins n’ont cependant toujours pas donné leur verdict, principalement en Californie.
    Le parti démocrate a remporté le 12 novembre le siège qui lui manquait pour conserver le contrôle du Sénat des États-Unis »
    Ceci selon Spunik Africa, car en France, il est difficile d’avoir des infos.
    Encore que, grâce aux fraudes le partie démocrassique de Biden ayant « gagné », nos médias, vont se faire une joie de nous assommer d’articles admiratifs devant cette « victoire »

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois