Éric Zemmour avait affirmé, sur , en 2019, que le maréchal Pétain avait « sauvé » des Juifs français pendant la Seconde mondiale. La a confirmé sa relaxe en appel, ce jeudi 12 mai, rapporte Ouest-France.

Le parquet général avait requis 100 jours-amende à 100 euros, soit 10.000 euros, contre l'éditorialiste qui avait affirmé, sur , que Pétain avait « sauvé » des Juifs français, lors d'un débat face à Bernard-Henri Lévy dans l'émission « Face à l'info ». C'était la même peine que celle demandée devant le tribunal correctionnel, fin 2020. En première instance, Éric Zemmour avait été relaxé, mais le ministère public avait demandé à la cour d’appel d’infirmer cette décision.

Éric Zemmour, quant à lui, estimait qu'il ne contestait pas, par ses paroles, de crime contre l'humanité. Selon lui, il s'agissait d'un sujet qui devait être tranché par les historiens et non par la Justice.

Des propos prononcés « à brûle-pourpoint »

Lors de son jugement confirmant la relaxe du candidat aux législatives, le tribunal a évoqué des propos qui auraient été proférés « à brûle-pourpoint lors d’un débat sur la en Syrie ». Toutefois, le tribunal a reconnu que ces mots contenaient « la négation de la participation [de Pétain] à la politique d’extermination des Juifs menée par le régime nazi ».

12 mai 2022

Les commentaires sont fermés sur cette publication.