Franchement, cher confrère que vous fûtes, je ne sais pas où vous voulez en venir. Je suis prêt à vous soutenir, je vous écoute avec délectation lorsque vous mettez les pieds dans le plat de ces non-dits sur nos problèmes d’immigration, de faits sociétaux, etc. Mais, de grâce, cher Éric, arrêtez de critiquer à longueur d’interviews votre challenger.

Pourquoi affirmer que est une femme de gauche ? Pourquoi l’enfermer dans un ghetto d’ouvriers et de sans-dents ? Pourquoi l’attaquer de plein front ?

Vous et elle, vous menez le même combat. Celui pour lequel elle se bat depuis qu’elle s’est lancée dans la politique. Celui que vous avez dénoncé tout au long de vos éditoriaux, de vos magistrales interventions sur . Vos différences sont infimes et devraient trouver un terrain d’entente. Car, in fine, il n’est pas envisageable que vous ne vous battiez pas pour que celui ou celle qui se qualifiera pour le second tour soit élu(e). Alors, pourquoi la combattre alors que vous devriez vous concentrer sur le problème essentiel qui a fait de la France, en cinq ans, ce qu’elle est devenue. D’aucuns ont remarqué que la candidate du vous répondait rarement.

Comme Marine Le Pen , vous n’avez qu’un seul adversaire : Emmanuel Macron. J’ai constaté, d’ailleurs, que dans votre dernier ouvrage, Emmanuel en prenait très peu pour son grade. Il serait temps de rattraper ce manquement et de passer vos réunions, vos séances de signature, vos meetings électoraux à dépecer les lamentables résultats d’un quinquennat du « en même temps ».

Cinq ans pendant lesquels la France s’est enfoncée dans de multiples dérives. Vous avez le talent et l’expérience pour les détailler. Ne perdez plus votre temps à parler de Marine Le Pen. Laissez-la poursuivre son chemin, à son rythme, et si vous maintenez votre avance, vous serez très heureux de bénéficier de son soutien et de celui de ses électeurs sans lesquels votre victoire est quasiment impossible.

Vous m’avez attristé lorsque vous avez parlé de en la plaignant et en la traitant de femme de gauche. Je suis persuadé que ce jugement a été mal ressenti par la majorité de ceux qui vous ont entendu. Alors, changez votre fusil d’épaule.

Vous et elle, vous méritez tellement mieux que ces jugements outranciers.

Alors, revenez, cher Éric Zemmour, dans l’arène, pour combattre vos réels adversaires.

1 novembre 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

4.3 16 votes
Votre avis ?
106 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires