La manœuvre est plutôt habile : les 234 migrants que la France a accepté d'accueillir « à titre exceptionnel » ont été accueillis dans la rade militaire de Toulon, interdite au public. Comme ça, au moins, pas de vidéos, pas de photos, pas d'interviews. Gérald Darmanin, qui, pour une fois, ne s'est pas « rendu sur place », a prévu une succession d'ateliers pour que tout soit bordé. Mon préféré est peut-être celui-ci : l'entretien avec la DGSI pour savoir si les nouveaux arrivants sont dangereux ou pas. On pense à ces questionnaires naïfs que l'on remplit en arrivant aux États-Unis, du genre « Avez-vous l'intention de commettre un attentat sur le sol américain ? »

Dès leur arrivée, ils ont été conduits en bus par rotations, nous précise Var-Matin, jusqu'à un village de vacances de la Caisse centrale d’activités sociales (CCAS) de l’énergie de Giens. Var-Matin parle d'un « centre d'hébergement » : ça fait plus spartiate et moins Club Med. On imagine quand même que ça doit pas être non plus le bagne ou un campement de militaires français en Roumanie. « Comment vont-ils payer ? », m'a demandé ma fille, pensant peut-être qu'ils arriveraient avec une carte bleue dans la poche de leur pantalon. Mais ils ne vont pas payer, ma chérie : c'est nous qui payons. Alors que des millions de Français renoncent, chaque année, à partir en et, aujourd'hui, à se chauffer. Une fois quelques formalités expédiées, ces neurochirurgiens, astronautes et philosophes seront vraisemblablement répartis entre différents pays de l'Union européenne et la France ne devrait finalement en garder que quelques dizaines. Du coup, ça va, j'imagine.

Dans les rues de Toulon, on n'a donc pas vu passer les migrants. Et puis, sur le fond, on hésite entre l'indifférence et l'exaspération. Il y a bien quelques familles de l'extrême-ultra-super droite la plus nauséabonde pour se révolter mais, honnêtement, le 11 Novembre tombait assez bien et a permis de régler le problème pendant le pont. Le peuple est en vacances, c'est encore l'été indien, dans le Var. Il fait un petit 22 °C et la mer scintille : au fond, les gens que l'on rencontre trouvent cela anormal, mais bon, que voulez-vous, c'est eux, là, à Paris, ils font ce qu'ils veulent. Calmez-vous, Madame, ça va bien se passer.

Tout va bien se passer, quoi qu'en pense Mediapart, en pointe dans le « devoir d'humanité », comme dit Darmanin, qui s'est rendu sur place (pas comme Darmanin...) et balaye l'image de carte postale que ces vilains fascistes veulent imprimer à l'occasion de cet accueil. « Des humains au bord du gouffre », dit un député dont le nom ne mérite pas d'être cité. Des membres d'associations, qui regrettent l'absence de prise en charge psychologique suffisante, pensent que l'état de ces migrants qui ont « failli se noyer » (ah bon ? Dans un bateau d'ONG qui fait la navette sans discontinuer ?) les empêchera de construire un « récit de vie » convaincant. Histoire de bien nous culpabiliser.

Dans de Mediapart, les entretiens avec la DGSI sont un « gage donné à l'extrême droite » (sic) et - probablement mon passage préféré - le village devient un « lieu de privation de liberté ». La seule bonne nouvelle de cet article dans lequel tout, fond est forme, fait hésiter entre le rire et la colère, c'est que SOS Méditerranée n'aura bientôt plus assez d'argent pour aller effectuer sa sinistre besogne de taxi. D'ici là, cependant, il est probable que les députés et les municipalités « humanistes » de l'arc républicain auront voté des crédits pour leur sortir de la tête de l'eau. « À titre exceptionnel », hein, bien sûr.

Avouons que Jean Raspail n'aurait pas pensé à tout ça. Son livre culte, prophétique et désespérant, aurait dû s'appeler Le Club des saints.

12545 vues

12 novembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

77 commentaires

  1. Qu’attend le Chef d’ETAT pour STOPPER ces invasions incessantes qui déstabilisent et ruinent la FRANCE à tous niveaux. La précarité chez les Français s’aggrave. Beaucoup n’ont pas d’emplois, sont mal logés, n’ont pas de quoi se nourrir normalement, ou se soigner mais pour ces peuplades, curieusement, tout leur tombe du ciel avant même qu’elles ne réclament.
    Faut-il qu’il y aie d’autres “13 NOVEMBRE 2015” ?
    Faut-il qu’il y aie encore au quotidien d’autres victimes dans chaque coin de France pour que ce Chef d’Etat comprenne l’objectif de ces envahisseurs ?
    Faut-il que d’autres CHEVAUX de TROIE franchissent encore nos frontières ?
    Concernant l’Enseignante et le Lycée mis sous Protection POLICIERE parce qu’ils sont menacés, c’est comme coller un pansement sur une jambe de bois car c’est toute la FRANCE qui est menacée.

  2. Après ce séjour de « rêve » dans un centre de vacances d’edf, ils vont déchanter ces futurs esclaves quand il verrons leur petite quechua sous un pont du périphérique… tellement humain cet accueil à Paris

  3. Il arrive quand le prochain bateau avec sa cargaison de touristes d’un nouveau genre. Genre: « Je viens profiter des largesses et de la générosité de ce peuple de mollassons. »

  4. Quand on sait tous les rapports qui existent entre ces ONG et les passeurs, que l’on voit que ces derniers sont prêts à jeter un bébé à la mer pour que les gardes côtes Lybiens les laissent partir, accepter l’accostage de ces navires dans des ports Européens démontre la connivence de nos gouvernants avec ces mafias. Ce sont des traîtres à leur fonction.

  5. Entendu sur TF1 récemment dans leur rubrique info/intox . Non les migrants ne sont pas accueillis dans le centre de vacances Belambra avec sa piscine et ses courts de tennis … oulala après vérification il sont dirigés dans le centre de vacances du CCAS fraîchement rénové avec aussi piscine et terrain de tennis . En effet ça valait le coup de la précision. .. TF1 se foutrait t’il de nous ???

  6. article décevant, tant il ignore les drames humains qui peuvent se jouer derrière l’histoire de chacun de ces migrants. Cela n’exclut pas la prudence, le discernement, la critique le cas échéant. L’ironie est trop facile, l’art est plus difficile.

    1. Les drames humains des migrants? Vous plaisantez j’espère. Quand on sait qu’en moyenne le voyage coûte 3000 Euros, ces gens feraient mieux d’investir cette somme chez eux que de faire vivre la mafia. Honte à nos gouvernants de ne pas faire preuve de fermeté et de ne pas bloquer ce navire. On doit aider ces gens chez eux et ne pas les exploiter. Et que faites vous des victimes des migrants qui n’ont rien à faire en France?

      1. Et qui a mis ces « mineurs isolés » sur le bateau? Ils sont montés tout seuls? Qui a payé leur voyage? On se moque de nous. Comme d’habitude!

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter