Editoriaux - Education - Société - 27 septembre 2019

En ce jour où le père vient d’être écarté par l’Assemblée… merci Papa !

En ces temps où le père n’est plus tellement à la mode, où ne pas avoir de père est un « privilège », où on projette de priver des milliers d’enfants de l’identité de leur père, je voulais, papa chéri, te remercier.

Merci Papa de m’avoir câlinée, d’avoir brossé mes bouclettes de petite fille.
Merci Papa d’avoir joué à l’ogre avec nous sur les dunes de Noirmoutier.
Merci Papa de m’avoir appris l’amour des vieilles pierres en nous faisant retaper les murs du Gué.

Merci Papa de m’avoir emmenée aux puces avec trois euros en poche pour apprendre à négocier.
Merci Papa d’être un rêveur.
Merci Papa de m’avoir appris à danser.
Merci Papa de m’avoir considérée comme une grande, d’avoir discuté avec moi de politique, d’art, de m’avoir invitée à ces vernissages, à ces ventes.
Merci Papa d’avoir envoyé paître les brocanteurs qui n’aimaient pas les enfants alors que nous, on sait : « On touche qu’avec les yeux. »
Merci Papa de me permettre de fouiller dans tes affaires pour prendre ce qui me plaît.
Merci Papa de nous avoir fait grandir dans des pièces dignes de musée, de Cluny au quai Branly.

Merci Papa d’avoir séché mes larmes quand j’ai eu le cœur brisé.
Merci Papa de m’avoir offert un appareil argentique, merci de penser à moi à chaque fois que tu vas faire une brocante.
Merci Papa de m’avoir fait découvrir « Le téléphone pleure » de Cloclo.
Merci Papa de hausser la voix à chaque fois que je dis un prénom de garçon.
Merci Papa de m’avoir transmis tes passions.
Merci Papa pour tous les compliments.
Merci Papa pour l’amour du vrai, du bon, du beau.
Merci Papa de ne rien faire sans l’avis de tes petites femmes.
Merci Papa de t’être engagé, de nous avoir montré que nous devions nous dresser contre les injustices, que nous devions vivre debout.

Merci Papa d’être mauvais perdant.
Merci Papa d’avoir versé une larme en écoutant Bigflo et Oli.
Merci Papa d’avoir sauvé Alexis et Jeanne alors que nous étions incapables de bouger.
Merci Papa de faire mes démarches administratives pour la petite ingrate que je suis.
Merci Papa de t’inquiéter quand on va un peu trop loin dans l’eau.
Merci Papa pour tous tes mots d’encouragements pour le concours, merci d’y avoir cru plus que moi.

Merci Papa pour tous les trajets.
Merci Papa pour la fierté que j’ai entendue dans ta voix quand j’ai été reçue.
Merci Papa d’être fier de moi tout court.
Merci Papa d’avoir pardonné les colères de ta fille dure.
Merci Papa d’accepter que quand j’appelle, c’est souvent pour demander Maman.
Merci Papa pour les câlins, pour les guilis, pour la voix de Donald.
Merci Papa d’être aussi coiffeur, cuisinier, bricoleur.
Merci Papa pour tous les restos.

Merci Papa pour la manière dont tu prends un nourrisson dans tes bras.
Merci Papa de m’avoir fait tracter, manifester, débattre.
Merci Papa pour qui je suis aujourd’hui.
Merci Papa au nom de tous ceux qui ne t’ont jamais remercié.
Merci Papa de m’avoir montré ce que c’est que d’aimer.
Merci Papa de m’avoir montré ce que c’est qu’être libre.
Merci Papa de m’avoir montré ce que c’est que d’être un homme.
Merci Papa de m’avoir montré ce que c’est d’être un père.
Merci Papa.