Violence, terrorisme, haine de la France, défaillance de l’État. Depuis l’agression d’Yvan Colonna, la Corse est en proie à de violentes émeutes. Car chez les Corses, bougies et Bisounours n’ont pas vraiment cours. Le « Vous n’aurez pas ma haine » n’existe pas, c’est même plutôt le contraire. Ainsi, depuis une dizaine de jours, les indépendantistes sont sortis du maquis, des manifestations se succèdent à Bastia, Ajaccio, Calvi et Corte, cette ville berceau du nationalisme corse. Leurs banderoles ? « Gloire à toi Yvan » et « État français assassin ». Il est reproché à l’administration pénitentiaire de ne pas avoir assuré la protection d’un terroriste, meurtrier de préfet, face au danger… du terrorisme djihadiste.

Depuis l’arrivée de Gilles Simeoni à la tête de la collectivité territoriale en 2015, une coalition de formations autonomistes dirige la Corse. D’aucuns, comme Arnaud Benedetti, regrettent la méconnaissance de la Macronie de la réalité corse et de sa complexité. Selon lui, la soudaine flambée de violences n’est que le fruit amer du refus de poursuivre les discussions sur l’autonomie de la Corse. Il explique que « l’arrivée aux responsabilités des nationalistes depuis 2016 n’est pas le fruit du hasard, ni d’un accident de l’Histoire. C’est une réalité tangible, résultat d’un long processus de maturation démocratique et de “l’adieu aux armes” opéré aussi par les organisations clandestines. Toute politique à partir de Paris qui ne tiendrait pas compte de ce nouveau contexte prendrait le risque de constituer un retour en arrière. »

Le refus de la France d'organiser le transfert des détenus dans leur île (refus sur lequel Jean Castex vient de revenir) a été vu comme une humiliation par les indépendantistes, infligée par l’État français. Car c’est bien contre le France, et non contre le terrorisme djihadiste qui a infiltré la société française et qui, en l’occurrence, est responsable de l’agression d’Yvan Colonna, que les Corses manifestent. C’est leur rejet de la France qu’ils expriment, à travers tout ce qui, pour eux, représente l’État. Dans la seule journée de dimanche, à Bastia, 39 CRS, 27 gendarmes mobiles et 3 policiers locaux ont été blessés. Selon le journaliste William Molinié, d’Europe 1, des cocktails Molotov et des bombes agricoles ont été utilisés contre les forces de l’ordre, qui ont même essuyé des tirs de carabine à plomb.

Vu du continent, il y a un certain paradoxe dans le rejet de la France revendiqué par les autonomistes corses : la Corse est, juste après l’Île-de-France, la région la plus dotée en fonctionnaires par rapport à la population globale : 81 agents de la fonction publique pour 1.000 habitants dans les trois fonctions territoriales confondues – État, territoriale et hospitalière -, contre 73 pour 1.000 habitants en moyenne pour les autres régions. Ce sont les agents territoriaux qui ont le plus de poids, 36 pour 1.000 contre 26 pour 1.000 dans le reste de la France, avec une augmentation de 8,2 % entre 2015 et 2018, selon la note d’un ancien rapporteur général de la Cour des comptes, François Ecalle, relayée par Corse-Matin. L’emploi public représente en Corse 28 % de l’emploi salarié (Le Figaro).

Par rapport aux gilets jaunes et autres manifestants anti-passe contre lesquels il n’avait pas de mots assez durs, voire carrément méprisants, le ministre de l’Intérieur use envers les Corses d’un langage beaucoup plus… sobre, pour ne pas dire irénique : il appelle « au retour du calme sans délai », après des scènes ultra-violentes où l’on a vu les forces de l’ordre battre en retraite face aux militants. Il se rendra sur l’île mercredi et compte engager sans délai des discussions sur l’évolution de son statut, vers plus d’autonomie.

Sans se prononcer sur l’opportunité de cette évolution destinée à être inscrite dans la Constitution, on ne peut que déplorer un signal mauvais adressé à une société française fracturée et en crise : en France, désormais, tout s’obtient par la violence ?

5402 vues

14 mars 2022 à 20:55

Partager

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

94 commentaires

  1. entièrement d’accord , il n’y a que la violence et les armes pour obtenir quelque chose ! Que tous les élus se le disent ! eux qui ne défendent que leurs intérêts personnels et non l’intérêt général ; pour s’en convaincre il n’y a qu’à s’intéresser aux mesures prises par les députés . J’adresse tout mon soutien aux corses .

  2. Comme l’a dit un jour très justement Jean-Marie Le Pen »La Corse mérite amplement une tête de maure sur son drapeau ».
    Encore un effort et on y verra un joli minaret.
    Si l’état français a incontestablement failli,c’est avant tout la démission des deux ministres régaliens qu’il fallait exiger plutôt que de casser et blesser des flics.Et faut-il le rappeler,c’est un djihadiste qui a agressé Yvan Colonna!

  3. Si Yvan Colonna n’est pas l’assassin, comment se fait-il que celui qui a effectivement tiré dans le dos du préfet ne s’est pas dénoncé? L’honneur corse a bien changé!

  4. J’ai du mal à comprendre la différence entre indépendance et autonomie, certaines régions demandent la première et d’autres réclament la deuxième. Comment les corses ou les guyanais pourraient survivre sans l’aide de ce que l’on appelle la métropole c’est-à-dire l’argent de nos impôts (oui, j’habite en métropole et je fais partie de la classe moyenne, vous savez, celle qui paie et n’a droit à aucune aide!).
    Moi je suis pour leur accorder l’indépendance.

  5. Les Corses savent tres bien profiter de ces situations pour obtenir plus, ils ont bien compreis que les francais sont laches et peureux.

  6. Il n’y a malheureusement plus aucune autre possibilité que la violence. Si, les élections, mais quand on voit les sondages, nos espoirs diminuent. Que va-t-il falloir que ce foutriquet à la botte des Américains nous fasse pour que nous nous en débarrassions ? Bien sûr, on nous supprime le passe vaccinal bien à propos, on annonce une hausse des salaires des fonctionnaires, toujours au bon moment. Il faut tout de même être bien naïf pour se laisser prendre à des manœuvres aussi grossières.

  7. La Corse indépendante ? Je souris ! Perpétuelle adolescente qui vit avec l’argent de Papa…

  8. C’est là que notre super Chef de Guerre va avoir l’occasion d’agiter ses gros muscles comme “Popeye” et nous verrons à nouveau à quel point sa compétence est grande et sans limite…Il sait bien parler à l’oreille de V. POUTINE pour le guider, pourquoi lui et Darmanain n’iraient-ils pas cette fois-ci, parler à l’oreille des CORSES pour leur donner la marche à suivre à eux aussi ainsi, ils verront de quelle trempe ils sont, ça les changera de la communauté LGBT….

  9. L’élu Simeoni a déclaré que l’agression contre Ivan Colonna n’était pas arrivée par hasard et que les détenus nationalistes corses sont agressés par leurs codétenus islamistes depuis 2016. En révélant ces faits, il a accusé l’Etat de complicité et jeté de l’huile sur le feu.
    Comme l’écrit Paul-François Paoli « les Corses refusent d’être une minorité parmi d’autres dans une France abimée par la mondialisation ».

  10. « haine de la France, » il faut préciser haine de la France qui se soumet à l’islam, on ne présente pas le problème sous cet angle là, le politiquement correct l’interdit, regardez attentivement le drapeau corse.

Les commentaires sont fermés.