C’est l’hécatombe : le sondage d’OpinionWay de ce lundi 14 mars pour CNews donne Valérie Pécresse à 11 % d’intentions de vote, à égalité avec Jean-Luc Mélenchon, et Éric Zemmour à 10 %. Pécresse et Zemmour perdent, respectivement, 1 et 2 points par rapport au sondage du 11 mars du même institut. Il semble que les répercussions de leur débat sur TF1 et LCI, jeudi 10 mars, ne profitent véritablement ni à l’un ni à l’autre. Emmanuel et Marine Le Pen sont, à ce jour, en position d’accéder au second tour avec une grande avance : ils sont respectivement à 30 % et 19 %.

Pour le politologue Arnaud Benedetti, qui a accepté de nous livrer son analyse, cette baisse est le fait d’une tendance qu’on observe depuis plusieurs jours, voire plusieurs semaines, et qui possède plusieurs raisons différentes.

Côté Reconquête, « l’essoufflement de la campagne a commencé avant la guerre en Ukraine, explique Arnaud Benedetti, mais cette dernière a beaucoup détérioré l’image d’Éric Zemmour », contrairement à Marine Le Pen qui en a fait un levier pour sa campagne. Éric Zemmour est en effet assimilé à un courant politique pro-russe, et sa volonté d’aider la Pologne à accueillir les migrants ukrainiens plutôt que de les accueillir en France a fait un tollé médiatique.

Pour Valérie Pécresse, la raison de sa chute est plus ancienne et davantage liée à ce qu’est devenu le parti Les Républicains. « Il y a un problème de positionnement et de différenciation avec Emmanuel au centre et avec Éric Zemmour à sa droite, confie le politologue. Elle rencontre, de plus, des difficultés à être crédible et à incarner la présidentialité. C’est apparu nettement lors de son meeting au Zenith. » Cette tendance de fond semble s’accentuer, et la candidate ne parvient pas à changer son image.

Vers la fin du parti LR ?

Après le déclin du Parti socialiste en 2017, détruit par l’arrivée d’Emmanuel Macron, c’est au tour du parti des Républicains de se retrouver en grande difficulté sur le plan national. « Les Républicains n’ont pas été capables de résoudre leur équation politique depuis 2017, affirme Arnaud Benedett. Le seul qui a voulu se différencier d’Emmanuel Macron, c’était Laurent Wauquiez, qui a été vivement critiqué par d’autres cadres du parti, qui sont même allés jusqu’à délaisser le navire (notamment Valérie Pécresse et Xavier Bertrand). Ces départs avaient grandement fragilisé le parti et mis en échec le projet de Wauquiez. Cela s’est traduit concrètement par les très mauvais résultats aux élections européennes en 2019. En fin de compte, LR n’a pas réussi à redonner une offre politique différentialiste. »

François Fillon était arrivé troisième, avec 20,01 % des scrutins en 2017, Valérie Pécresse semble bien partie pour faire deux fois moins. Les Républicains rivaliseront-ils à nouveau avec le Parti socialiste en 2027, comme au bon vieux temps, mais pour obtenir les 5 % nécessaires pour le remboursement de la campagne ?

9752 vues

14 mars 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

101 commentaires

  1. C’ était prévu dès sa victoire à la primaire LR…Si les gens de droite ne se rassemble pas pour les législatives derrière Zemmour et Marion, la France s’écroulera avant la fin du 2e mandat Macron ! Si la majorité de l’assemblée est pour lui, ne laissez plus votre pognon en banques ….

  2. Je ne croix pas en ce sondage, quand d’autres sondage donne Macron 25.1,
    Zemmour 20.9, Le Pen 13, Mélenchon 10.6, Pécresse 9.6.

  3. La baisse de Zemmour dans les sondages est peut-être réelle, cela prouve que les gens se fichent de la France à condition de maintenir leur petit confort, aussi fragile soit-il, les gens n’ont pas le courage d’affronter un changement important qui remettrait le pays sur la voie de la récupération, ils préfèrent l’abandonner a son sort, les plus jeunes dans 20 ans nous maudiront en évoquant la lâcheté de la plupart d’entre nous.

  4. « L’essoufflement de la campagne de Zemmour  » , ce journaliste ne doit pas le suivre dans ses déplacements où ses meetings , il incarne l’espoir et ça se voit sur les gens , il y a un engouement extraordinaire . On s’en fout de son soit disant 10% , on sait très bien que c’est faux et Le Pen ne peut pas être à ce niveau elle qui depuis l’Ukraine ne fait plus campagne que sur les plateaux , à d’autres …

  5. Les mensonges éhontés proférés par Valérel Pécron face à Éric Zemmour, révélés par Fdesouche, sont édifiants et révélateurs de la mentalité de caméléon de la Présidente de l’Ile-de-France.
    Quant aux sondages, essentiellement destinés à dicter le vote des électeurs, il y a bien longtemps que je ne leur accorde aucun crédit.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter