Le repos aura été de courte durée pour Gérald Darmanin. En vacances sur les bords de la Méditerranée, le ministre de l’Intérieur doit gérer, à distance, une nouvelle polémique au sein de la majorité présidentielle.

En cause, la proposition de loi constitutionnelle visant « à accorder le droit de vote et d’éligibilité aux élections municipales aux étrangers non ressortissants de l’Union européenne résidant en France » rédigée par Sacha Houlié, nouveau président de la commission des lois et membre de Renaissance (ex-LREM). Un texte déposé « à titre personnel » en catimini, le 2 août dernier, quelques jours avant la clôture de la session parlementaire. Plein d’espoir, le député de la Vienne annonce à nos confrères de La Croix qu’il présentera cette proposition à son groupe dès le mois de septembre « dans la perspective qu’il la reprenne ».

Mais au sein de la majorité présidentielle, l’unanimité semble loin d’être atteinte. Car si l’aile gauche du parti pourrait se ranger derrière cette proposition, vieux cheval de bataille des socialistes, rien n’est moins sûr en ce qui concerne le gouvernement. Le ministre de l’Intérieur a ainsi fait savoir par son entourage qu’il était « fermement opposé à cette mesure ». Le président de la République lui-même a déjà exprimé sa réticence à ouvrir le droit de vote aux étrangers extra-européens. En 2019, lors d’un débat en banlieue parisienne, déclarait : « Quand je vois parfois le taux d'abstention à certaines élections, je me dis que la bataille est plutôt là qu'à donner le droit de vote à ces mêmes élections à ceux qui ne l'ont pas aujourd'hui, c'est plutôt les accompagner dans un chemin qui consiste à demander la nationalité française s'ils sont là depuis longtemps. » Face à l’engrenage médiatique qui pointe les dissensions au sein de Renaissance, tente l’apaisement et se range derrière Gérald Darmanin. Auprès de Info, il assure : « Je n'ai pas d'écart avec le ministre de l'Intérieur, je suis d'accord avec lui quand il dit qu'on ne juge pas les étrangers pour ce qu’ils sont mais pour ce qu’ils font. » Et de préciser : « Les positions que je défends s'inscrivent dans cette philosophie. »

De cette polémique, Gérald Darmanin pourrait donc bien sortir renforcé. En effet, la proposition de loi de n’a pas manqué de faire réagir. À droite, elle a suscité un tollé. Éric Ciotti, député Les Républicains, dénonce un texte « grave et dangereux ». Du côté du Rassemblement national, accuse le député d’organiser « la dépossession finale des Français de leur pays ».

À gauche, au contraire, les députés semblent se réjouir d’une telle proposition. Sur Europe 1, ce mercredi 10 août, Manon Aubry, chef des Insoumis au Parlement européen, a ainsi fait savoir que la NUPES pourrait voter en faveur de ce texte. En maintenant son opposition ferme contre un texte issu de sa majorité, le ministre de l’Intérieur assoit donc sa crédibilité sur la question du droit des étrangers et de l’immigration et s’inscrit en rempart contre l’extrême gauche. Un signal envoyé à l’électorat de droite alors qu’un débat sur l’immigration doit être organisé au Parlement à l’automne.

4445 vues

10 août 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

35 commentaires

  1. Comme toujours, les complices de l’oligachie autoproclamée « progressiste », brouillent les pistes. Le danger du vote des Etrangers n’est pas tant qu’ils votent à gauche, MAIS la fraude que ça entraîne…..On a beaucoup pointé du doigt le vote par correspondane douteux aux USA qui a permis à Biden de battre « curieusement » Trump grâce aux Etas Démocrates, beaucoup moins du fait que des Etas battent des records de fraude en laissant voter n’importe qui sans vérifier quoi que ce soit et utilisent justement les Etrangers. Un Eranger honnête est moins dangereux électoralement qu’un Français qui amène des migrants à un bureau de vote complaisant (tenu par la gauche)

  2. Je suis pour le remigrement de tous ces illégaux sur quelques générations d’enfants nés de ces illégaux et ré-instaurer les valeurs de la république, abolition de tous les signes religieux dans l’espace public, remise en place du service militaire obligatoire, allouer 3 % du PIB à l’armée, etc…

  3. Se rapprocher ainsi du but ultime de tous ces scélérats : la disparition de la nation française.

  4. Je demande ma nomination de cardinal, afin de participer au prochain conclave pour élire un pape – mais non, j’plaisante !!

  5. Cela devient vraiment fatiguant ! Ils veulent quoi disparaître ? Facile qu’ils continuent c’est l’imam du coin qui décidera de leur avenir, pauvres utopistes !!!

    1.  Macron, la Nupes, les compatibles macronistes de LR, ont la majorité absolue à l’Assemblée avec plus de 400 députés ! Autant dire qu’il y a de grandes chances pour que la loi soit votée le moment venu.
      Dans ce cas, seul le Conseil constitutionnel pourra encore freiner… Mais le conseil constitutionnel de Fabius est aux ordres.
      Faire accéder aux droits de vote les immigrés est à seule visée électoraliste. . Et il est évident que le poids de l’immigration va jouer sur les élections des maires. Pourquoi pas par la suite (autre petite loi) pour les élections de députés…

  6. J’avais oublié ! Sans être un vieux Conservateur rabougri mais :
    La possibilité de donner le vote aux étrangers extra européens pour ne pas dire d’Afrique n’est-elle pas un subterfuge pour cacher la transformation de la population française de souche par le fameux « Droit du Sol » ?
    Depuis les traitrises politiques de Chirac entre autre les politiques ont commencé y a bien longtemps à « Changer le vin en Eau ».
    Sauf que cette eau n’éteindra pas les incendies mais fera effet de « carburant »!

  7. Déjà sans aller à donner le droit de vote aux « étrangers » extra européens nous avons dans nos rangs politiques des élus issus ou plutôt d’origine extra européennes qui semblent plus préoccupés par leur communauté d’origine que par l’assimilation au pays hôte !
    l’argument du « grand remplacement » n’est que la causalité !
    Ne dit on pas « il n’y a jamais de fumée sans feu ? »

  8. La relance du vote des étrangers signifie plusieurs choses:
    Il faut faire le buzz pour cacher bien des chose dont l’accord franco-italien pour favoriser la prise de pouvoir de l’Europe. Il y a la rentrée qui se profile alors qu’il a des sujets urgents: carburant, énergie, pouvoir d’achat, sécurité et bien d’autres choses.
    Et puis la macaronie se fendille un peu; le ministre s’oppose au député. Les jeunes macroniens espèrent aussi des promotions par rapport à ceux arrivés il y a 5 ans.
    Comme sais bien le faire, MrMacron ratisse sur les minorités voire les extrêmes pour consolider sa place;
    Et quoi penser de la repentance en Afrique. C’est bien allumer des feux aussi.
    Que les français se redressent !!!!!!!!! une nouvelle classe de politiques doit arriver!!!

  9. Pas de droit de vote pour les étrangers ! Déjà les ressortissants de l’UE peuvent voter aux municipales , et ça suffit largement . .

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter