Contre l’avis de Zemmour, M. Maréchal appelle à soutenir la coalition de droite

©JordanFlorentin
©JordanFlorentin

Mise à jour 12/6/24 à 22h10 : À la suite de la déclaration de Marion Maréchal appelant à soutenir la coalition de droite, Éric Zemmour a annoncé son exclusion du parti. Il dénonce la « trahison » de sa tête de liste aux européennes. Le président de Reconquête a également exclu du parti Nicolas Bay, Guillaume Peltier et Laurence Trochu, à l’égard desquels il ne mâche pas ses mots.

Seulement 72 heures depuis l’annonce de la dissolution et, déjà, un nouveau rebondissement dans la construction d’une coalition des droites. Lundi 10 juin, après la rencontre à huis clos entre Marion Maréchal, Marine Le Pen et Jordan Bardella, les électeurs patriotes se mettaient à rêver d’une union des différents partis de droite pour les élections législatives à venir. Le lendemain, alors que les Républicains, par la voix de leur président Éric Ciotti, nouaient une alliance avec le Rassemblement national, Marion Maréchal annonçait que l’accord sur le point d’être conclu tombait à l’eau. Dans un communiqué, elle expliquait ainsi que « malgré [s]es tentatives de négociation, le regrettable argument qui a été avancé étant qu’ils [le RN, NDLR] ne souhaitaient aucune association directe ou indirecte avec Éric Zemmour ». En cause, des prises de position du président de Reconquête contre la liste RN jugées acerbes par Jordan Bardella et ses équipes. Mais ce mercredi 12 juin, en fin de journée, alors que plus aucun électeur de droite ne semblait espérer un revirement, voilà que Marion Maréchal appelle à « soutenir, dans toutes les circonscriptions de France, les candidats uniques de la coalition des droites ». Un appel à l'union qu’elle signe avec Nicolas Bay, Guillaume Peltier et Laurence Trochu, tous récemment élus au Parlement européen sous l’étiquette Reconquête, contre l’avis d’Éric Zemmour.

Soutien à la coalition des droites

Il est un peu plus de 17 heures, ce mercredi 12 juin, quand, dans les rédactions, circule l’annonce d’une nouvelle prise de parole publique de Marion Maréchal. Une heure plus tard, à quelques mètres de l’Assemblée nationale, l’eurodéputée fraîchement élue prend la parole, entourée de Laurence Trochu et Guillaume Peltier, devant une masse de journalistes. Le débit est rapide, le ton lapidaire. « Éric Zemmour a décidé, malgré notre opposition, de présenter le maximum de candidats contre cette coalition des droites dans toute la France, prenant ainsi le risque de faire perdre cette inédite espérance de battre Emmanuel Macron et l’extrême gauche », commence-t-elle. Dès le début de sa brève allocution, le divorce entre Marion Maréchal et le président de Reconquête semble consommé. Pour elle, investir des candidats Reconquête face à des candidats RN serait une terrible erreur. Outre « le risque infini de faire gagner des députes macronistes ou d’extrême gauche », elle craint que cette stratégie ne permette, in fine, « à Emmanuel Macron de continuer sa politique de destruction de notre pays ».

Dès lors, à rebours d’Éric Zemmour qui, selon elle, refuserait donc l'union des droites, Marion Maréchal demande aux électeurs qui lui ont fait confiance le 9 juin dernier de voter en faveur des candidats investis par la coalition des droites lors des élections législatives. « Faisons passer l'intérêt de la France avant l’intérêt des partis, clame-t-elle. Unissons nos forces pour infliger une défaite historique à Emmanuel Macron et empêcher la victoire de la coalition de la gauche et de l'extrême gauche qui plongerait la France dans le chaos. » Aussitôt le discours terminé, Marion Maréchal quitte les lieux, sans un mot pour les journalistes.

Un divorce consommé

Des candidats Reconquête seront-ils finalement investis dans cette coalition ? Le Journal du dimanche annonce que Marion Maréchal aurait réussi à faire investir certains de ses proches, dont Agnès Marion (numéro 7 sur la liste des européennes), Eddy Casterman (ancien membre des Républicains) ou encore Thibault Monnier (directeur de l’ISSEP, école fondée par Marion Maréchal). Mais pour le moment, « rien n’est fait », nous assure-t-on. Les discussions se poursuivent. Réponse le 16 juin, jour du dépôt des candidatures.

Du côté des proches d’Éric Zemmour, la déclaration de Marion Maréchal ne passe pas. Certains l’accusent de « mentir ». Selon eux, le parti n’aurait pas encore finalisé les investitures de candidatures, contrairement à ce qu'affirme l'eurodéputée. Malgré les justifications, le divorce apparaît désormais consommé entre Éric Zemmour et Marion Maréchal.

Clémence de Longraye
Clémence de Longraye
Journaliste à BV

Vos commentaires

176 commentaires

  1. Il ma semble nécessaire, dans la cacophonie actuelle, de faire entendre le ‘la’ càdire la note exacte de la VERITE : depuis toujours ERIC ZEMMOUR prône l’UNION des DROITES (refusée jusqu’ici à la fois par LR et par RN ) C’est donc un comble de lui imputer la responsabilité éventuelle de la division ALORS que toute sa philosophie est de RASSEMBLER, devant le péril islamiste notamment. La suite du feuilleton nous apprendra l’origine exacte et les causes de la calomnie fomentée par Marion Maréchal le Pen et ses complices dans la trahison à leur chef de parti E.Zemmour.

  2. Du grand n’importe quoi cette Marion… Selon elle, Reconquête devrait renoncer à présenter des candidats pour se ranger derrière les candidats RN/LR. N’a-t-elle pas compris qu’il s’agit d’un scrutin à deux tours ? Et que les accords interviennent entre les deux tours ? C’est vraiment de l’enfumage… Elle a juste cédé à l’exigence de sa tante de saborder ce parti et surtout Zemmour avec qui elle a un différent personnel.

  3. Il y en a marre de toutes ces querelles d’egos dans les camps de droite ! Il faut l’union de TOUTES LES DROITES ! En incluant les Dupont-Aignan, Asselineau, Poisson, Philippot, Zemmour et tous ceux qui ont la fibre patriote, sans mégoter ! C’est ce que veulent les citoyens qui veulent enfin pouvoir sauver la France du désastre qui menace. Et avec le passif que laissera Macron, il y aura du boulot pour tous !
    A moins que, si vraiment cela ne peut se faire, l’on trouve un général assez couillu pour faire un coup d’Etat avec l’accord de l’Armée pour prendre les affaires en main avec vigueur et sans pitié pour les fauteurs de troubles. Pour qu’enfin les casseurs, LFI, Black-Blocs soi-disant anti-fachos qui sont les pires des fachos, syndicats extrémistes et tous qui font la preuve chaque jour de leur peu de respect pour la démocratie soient empêchés de nuire ; pour qu’enfin les casseurs soient les payeurs de leurs méfaits ! A tous les niveaux de la casse du pays !

  4. Comme adhérent de RECONQUETE, je me sens trahi, blessé et même volé. Tous les efforts de toutes natures de tous les militants sont volés et détournés sans le moindre scrupule de la façon la plus moche. On peut reprocher tout ce que l’on voudra à Eric Zemmour, mais ni le RN, ni Marine le Pen, ni Marion et ses acolytes n’auraient obtenu les résultas qu’ils obtiennent sans Eric Zemmour et RECONQUETE (et sans CNEWS et ses équipes dont la percée doit tant à Eric Zemmour) . Les perdants de cette trahison ce sont la France et les Français. C’est le vainqueur, celui qui avait toutes les cartes en main qui était maître du jeu qui aurait du se montrer magnanime et rassembleur (comme en son temps le Général après la victoire). Il n’en est rien et prend la responsabilité de nous ostraciser. On lui souhaite quand même bonne chance, mais qu’il n’attende pas de nous un soutien joyeux, franc, massif et enthousiaste. La déception et l’incompréhension à l’endroit de Marion est immense et à la mesure des espérances que vous avions mis en elle. On le voit bien, son regard a changé. Difficile pour nous de voir encore la belle Marion. C’est infiniment triste.

  5. Union oui mais sans Zemmour… A gauche c’est avec Mélanchon (je ne fais pas de comparaison). Bravo les mecs !

  6. Vent de folie chez les LR, Ouragan chez Reconquête, la grande voile avec des vents favorables pour le RN,

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois