RN-Reconquête : en route vers un cartel des droites

Capture d’écran (47)

Mise à jour : à son tour, le président des Républicains Eric Ciotti annonce ce 11 juin une alliance électorale avec le RN au journal de 13 h de TF1. « Nous avons besoin d’une alliance avec le RN, avec Marine Le Pen. Il faut une alliance des droites nationales et patriotiques » .

A 16 heures ce 11 juin, un communiqué de presse de Marion Maréchal annonce que le RN a changé de position et refuse l'accord envisagé. Ils ne souhaitent selon ce communiqué « aucune association directe et indirecte avec Eric Zemmour ».

Article : Ambiance d’émeute, devant le siège du Rassemblement national, dans le XVIe arrondissement de Paris, ce lundi 10 juin après-midi. Les journalistes munis de perches et de caméras se bousculent sur le trottoir, devant le bâtiment où se joue une page majeure de la vie politique française : le possible retour d’une Assemblée à majorité patriote prête à conduire les destinées du pays. Le RN rassemblera-t-il suffisamment les Français, au soir du deuxième tour des législatives, le 7 juillet prochain ? L'enjeu est lourd.

Le premier parti de France le sait et ouvre grand les bras : « Nous avons souhaité lancer un appel à toutes les formations politiques », explique Bardella aux journalistes, qui évoque une possible cohabitation et le nécessaire « redressement du pays ».

Cette fois, le RN est au pied du mur du pouvoir. « Cette échéance et cette opportunité sont absolument historiques », explique Bardella, non sans préciser que « des discussions » ont lieu aussi avec « des cadres des Républicains ». Jamais les conditions d’une grande union des droites n’ont été à ce point réunies. Des programmes convergents sur de nombreux points, quoi qu’en disent les candidats durant la campagne, une faiblesse historique de la gauche et du macronisme, enfin, l’urgence d’un pays profondément abîmé et meurtri par des années de politique européiste et mondialiste.

 

Un bras de fer Maréchal-Zemmour ?

Première cible de cette ouverture, Marion Maréchal. « Contrairement à Éric Zemmour », la candidate « a fait preuve, durant toute la campagne, d’une démarche et d’une attitude constructive à l’égard du RN », dit Bardella. Le RN a dicté un accord cadre possible. À Reconquête d’étudier la proposition. Marion Maréchal doit en parler avec Éric Zemmour : elle n’a pas caché qu’elle était favorable à cet accord. Zemmour a toutes les chances d'y être très défavorable...

Lorsque Marion Maréchal a pris la parole, dans la soirée du 9 juin, entourée de ses colistiers, les observateurs ont immédiatement remarqué la mine interrogative et réprobatrice d’Éric Zemmour, debout à sa droite. « Je suis prête à rencontrer dans les jours qui viennent Marine Le Pen et Jordan Bardella, Éric Ciotti et Nicolas Dupont-Aignan pour travailler ensemble à l’alternative que notre pays exige », lançait-elle. Pas de quoi calmer les bruits de vives divergences au sein de Reconquête : les proches de Marion Maréchal, partisans d’alliances à droite, s’opposent au tandem Zemmour-Knafo, favorables à une guerre sans failles contre le RN. Des divergences que personne ne nie, mais qui se situent davantage sur le terrain tactique que sur le fond ou la stratégie, estime un cadre de Reconquête. Faut-il cogner sur le RN ou lui tendre la main ?

Éric Zemmour peut s’appuyer sur l’autorité de son poste de président-fondateur de Reconquête et sur l’appui indéfectible de Sarah Knafo. Mais le score de Marion Maréchal, qui a rempli le contrat des européennes, rebat les cartes au sein de Reconquête et apporte à la nièce de Marine Le Pen une puissance nouvelle dans un parti où elle est, par ailleurs, largement soutenue. « Sur le plan national, 80 % des cadres soutiennent la ligne Marion Maréchal dans ces négociations », assure un cadre régional de Reconquête interrogé par BV. Pour lui, « Éric n’est pas un politicien. Marion peut attaquer des idées, mais Éric attaque des personnes, ce qui laisse des traces. C’est une question de choix dans les mots. Du coup, là, elle peut négocier. »

Giorgia Meloni au centre des négociations

C'est le temps du marchandage. Vis-à-vis du RN, Marion Maréchal peut abattre deux atouts, l’un national, l’autre à l’échelle européenne. Au plan national, la nièce de Marine Le Pen va proposer au RN un accord électoral pour les législatives annoncées par Emmanuel Macron, selon un cadre Reconquête. Quelques circonscriptions gagnables dans lesquelles le RN soutiendra un élu Reconquête contre le soutien affiché du parti d’Éric Zemmour à l’ensemble des candidats RN. Si le RN veut obtenir la majorité des sièges, les voix de Reconquête ne seront pas de trop. Par ailleurs, le parti d’Éric Zemmour dispose de nombreux cadres parfois dotés d’une expérience politique supérieure à ceux du RN : de quoi muscler les équipes locales et les candidatures.

Mais cette solution, qui donnerait à Reconquête des élus, comporte un inconvénient majeur : moins de candidats présentés signifie moins de financement. Le parti devra faire une croix sur une partie des dotations publiques et, donc, de ses ressources.

Par ailleurs, Reconquête dispose dans la négociation d’un atout à l'échelle européenne. Ses cinq députés européens seront une contribution modeste au grand parti patriote européen dont tous rêvent sur le Vieux Continent. Mais Marion Maréchal est proche de Giorgia Meloni, la présidente du Conseil italien, couronnée d’une large victoire, le 9 juin, en Italie, et qui s’impose comme le pilier d’un futur parti patriote européen. Mariée à Vincenzo Sofo, député italien proche de Meloni, la tête de liste Reconquête a rencontré la présidente du Conseil italien, la semaine dernière. Elle avait déjà obtenu d’intégrer le groupe européen dont fait partie Meloni, ECR (Conservateurs et Réformistes). Alors que les relations entre Marine Le Pen et Giorgia Meloni restent très fraîches, pour ne pas dire distantes, elle peut proposer au RN son entremise. Objectif : que les élus RN français au Parlement européen rompent leur isolement et intègrent, eux aussi, le nouveau parti commun. Dans tous les cas, l’intérêt et l'amour de la France commandent une alliance : les électeurs de Reconquête comprendraient-ils le choix de l'isolement ? Pas sûr.

Marc Baudriller
Marc Baudriller
Directeur adjoint de la rédaction de BV, éditorialiste

Vos commentaires

112 commentaires

  1. Le RN n’est pas un partie d’extrême droite , Marine Lepen veut s’associer pour les législatives du 30 Juin et 7 juillet 2024 avec Eric Ciotti des républicains, le RN est hypocrite . Je préfère légèrement Reconquête au RN a la seule condition que Reconquête ne s’associe avec aucun autre partis politiques, il vaut mieux perdre avec dignité que de gagner avec une salade composée de parties politiques divergents en nombreux points , en résumé je ne vote que si le parti politique d’Eric Zemmour Reconquête est présent , garde sont indépendance , ces convictions . Le RN est pour la PMA pas reconquêtes, Minima sociaux + Logement même pour les non Européens est d’accord est dans le programme de Marine Lepen pas celui d’Eric Zemmour .

  2. Suite à différents contacts avec des groupes d’amis, soutiens de Reconquête !
    Beaucoup (environ 90 %) ne souhaitent pas voter pour le RN avec comme le leitmotiv « vu qu’ils ne veulent pas de zemmour, ils n’ont pas besoin de nous ! – Bon Vent à Eux)

  3. La fin de non-recevoir du RN est inelegante et inquiétante. Il n’y a donc pour MLP et JB pas d’intérêt,de légitimité à ce que la « tendance » Reconquête ait sa place dans une coalition ? C’est le harcelé qui se fait harceleur : le RN qui a tant souffert d’un injuste cordon sanitaire le fait à présent peser sur Reconquête. Tout cela est politiquement idiot et humainement moche.
    Je voterai reconquête au premier tour s’il y a un candidat mais je ne voterai pas rn au second tour.puisqu’on ne veut pas de nous…. j’avais de toute façon un problème de conscience en raison de la constitutionlisation de l’avortement, voté et applaudi par les plus hautes instances du RN.

  4. Assez de tergiversations! A gauche, ils n’hésitent pas à se rassembler. Que fait-on? On met de côtés nos querelles d’ego ou continuons nous d’être la droite la plus bête du monde? Si l’union des droites patriotes se fait et l’emporte, il sera toujours temps de discuter de nos (légers) différents.

  5. Mardi 17h30 …Mme Le Pen a prit la  »grosse tête  » après les résultats que l’on connait , donc elle choisi ses partenaires suivant son bon vouloir . Le rejet de Zemmour qui n’a pas été tendre avec elle mais qui a dit à sa manière des strictes vérités sur le potentiel de Mme pour diriger la France. Le RN repousse Reconquète
    persuadé qu’en nous refaisant le coup du vote utile, ils récupèreront plus d’un million d’électeurs qui se sont porté sur Marion . J’espère que les adhérents Reconquète ne vont pas tomber dans ce piège . Beaucoup comme moi si le candidat Reconquète n’est pas au second tour, je reste à la maison pour ce 2e tour .
    M.le P n’a surtout pas voulu qu’une personnalité comme E.Z vienne lui faire de l’ombre ! Elle n’a pas encore assimilé qu’elle ne sera jamais Présidente du Pays …..Voyez déjà ce qu’il se passe pour de simples députés sans pouvoir ….car tout se décide à Bruxelles . Pauvre France !

  6. Je souscris à 100% au commentaire exprimé ci dessous par ‘IDEM’ à 12h36 ce jour.
    Cher E.Z , votre mérite ne peut qu’être décuplé en vous ralliant à cette UNION DES DROITES (que vous même étiez le premier à appeler de vos voeux!!)
    Les adhérents de ‘Reconquête!’ y voient une opportunité unique pour SAUVER LA FRANCE.

Laisser un commentaire

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois