Folle journée : le RN repousse la main de Maréchal et saisit celle de Ciotti

Capture d'écran X
Capture d'écran X

C’est une incroyable bascule qui saisit la politique française : une recomposition majeure, inédite, attendue depuis des décennies, prend forme en quelques jours… dans la douleur. Sur TF1, le président des Républicains Éric Ciotti a tranché, ce 11 juin, dans le sens de l’intérêt de la France : « Il y a la nécessité aujourd’hui de servir le pays qui est en danger », a-t-il lancé. Il voit dans le pays deux blocs, l’un macroniste ouvre un avenir « avec plus de violence et d’insécurité ». « Et puis, il y a un bloc des droites, un bloc national », explique Ciotti. « LR est trop faible face aux deux blocs les plus dangereux », soit le macronisme et l’extrême gauche. « Le pays n’a jamais été aussi à droite et il attend la droite, il attend des actes de droite. On ne peut plus être dans l’impuissance. »

Salué par le RN, ce mouvement logique au vu des positions développées par la tête de liste LR François-Xavier Bellamy durant la campagne européenne a suscité l’adhésion sans réserve de Céline Imart, la jeune agricultrice numéro deux de la liste LR aux européennes, du porte-parole, vice-président des LR et patron des jeunes LR Guilhem Carayon et de nombreux députés, assurés de renouveler leurs mandats grâce aux voix du RN. Mais il a aussi provoqué une levée de boucliers de la part de nombreux caciques LR comme Xavier Bertrand, Bruno Retailleau, Michèle Alliot-Marie (qu’on avait oubliée) ou Philippe Juvin.

 

Patatras !

 

Le RN a réussi ainsi, en quelques heures, à enfoncer un coin de fer au cœur de l'ancienne droite dite de gouvernement qui risque d’éclater entre Macron-compatibles et RN-compatibles. Simultanément, Marine Le Pen et Jordan Bardella enfoncent un autre coin, cette fois dans le parti… d’Éric Zemmour et de Marion Maréchal, après un étonnant aller et retour. Ce 10 juin, Jordan Bardella ouvrait grand les bras à Marion Maréchal et recevait la candidate de Reconquête au siège du RN pour discuter d’une alliance. On parlait d’une soixantaine de circonscriptions accordées aux zemmouristes. Le lendemain, patatras ! « Alors que nous étions sur le point de finaliser un accord », écrit Marion Maréchal dans un communiqué, « Jordan Bardella m’a informée cette après-midi d’un changement de position et du refus du RN du principe même d’un accord ».

Au cœur de ce recul inattendu, la personnalité d’Éric Zemmour et ses violentes attaques passées contre le RN, selon Marion Maréchal elle-même. « Le regrettable argument qui m’a été avancé étant qu’ils ne souhaitaient aucune association directe ou indirecte avec Éric Zemmour », explique-t-elle. Cette fin des négociations douche les espoirs de ses partisans d’avoir des députés à l’Assemblée. Ce 11 juin au soir, les cadres de Reconquête n’étaient pas joignables pour commenter ce retournement inattendu.

Côté RN, le député européen Jean-Paul Garraud, joint par BV, explique : « Ce qui était prévu, au départ, ce n’était pas un accord de parti entre Reconquête et le RN, mais plutôt une ouverture à Marion Maréchal elle-même et à quelques personnalités. » Comme Guillaume Peltier. Des contacts entre Marine Le Pen et Marion Maréchal avaient déjà eu lieu : un éventuel rapprochement était au menu du Bureau exécutif du RN dès dimanche soir, après les résultats des élections.

 

Zemmour appelle à l'union des droites

 

Que s’est-il passé ? Éric Ciotti a-t-il exigé auprès du RN une absence d’alliance avec Reconquête ? Au-delà de l’apport en voix, l’alliance avec LR, un parti fort de l’expérience du pouvoir en France, est précieuse pour le RN. C’est aussi un atout pour déminer une diabolisation qui ne cherche qu’à refleurir. Le Bureau exécutif du RN a-t-il dressé un mur contre la candidate Reconquête du fait de ses positions conservatrices sur les mœurs et l’économie ? Impossible de répondre à ces questions, à ce stade.

 

 

Reconquête conserve ses cinq élus au Parlement européen, mais ce retournement express ouvre la question de l’avenir de la candidate Marion Maréchal et de ses proches au sein du parti. Ce 11 juin, Éric Zemmour, à l’antenne de CNews, a clairement cherché à calmer le jeu. Loin d’attaquer la démarche de Marion Maréchal qui avait semblé le surprendre, dimanche soir, il appelle à l’union des droites. « Je parle de l’union des droites depuis 25 ans », dit-il à Christine Kelly. Il souhaite « un grand rassemblement entre nos trois partis pour gagner les élections législatives et changer de politique ». Il encourage les personnalités de Reconquête qui ont des liens avec le RN comme Stanislas Rigault à nouer des accords. Et affirme ne rien demander pour lui, acceptant de ne pas se présenter dans sa circonscription du Vaucluse. « Je passe sur mon orgueil et mon ego, nous pouvons encore le faire… », dit-il. Mais pour se marier, il faut être deux. Or, le RN peut miser sur un report naturel des voix de Reconquête sur ses candidats au deuxième tour, même en l’absence d’un accord. Reste le symbole d’une union des droites dans toutes ses composantes qui avait du souffle : elle accélérait l’élan donné au retour de la nation le soir des européennes, embarquant tous les acteurs, du RN à Debout la France de Nicolas Dupont-Aignan, qui se réjouit de rejoindre ce cartel des droites.

Quoi qu’il en soit, l’épisode n’entrave en aucune manière la marche inexorable du RN vers le pouvoir, contre laquelle Emmanuel Macron se prépare à mobiliser toutes ses forces et toute la mauvaise foi dont il est capable.

Marc Baudriller
Marc Baudriller
Directeur adjoint de la rédaction de BV, éditorialiste

Vos commentaires

166 commentaires

  1. Avoir raison trop tôt est un crime impardonnable en France. CIOTTI, après ZEMMOUR, en ont fait les frais. En se désolidarisant des LR et de Reconquête, le RN risque de donner du poids à la « pseudo-gauche unie ». Marine Le PEN et BARDELLA sont en train de se tirer une balle dans le pied. Beaucoup de Français qui croyaient en eux vont être hésitants le 30 juin, et seront sans doute absents le 6 juillet. micron 1er doit se réjouir de son coup en jouant la put… effarouchée devant les micros à Venise.

  2. En 2022, Vincent Bolloré a soutenu la campagne d’Eric Zemmour. Marine Le Pen? «Elle est de gauche», fustigeait-il. Mais, depuis l’échec de Reconquête, il s’est résolu à faire avec le Rassemblement national, dont il apprécie le nouveau président, Jordan Bardella. Il a donc mis une partie de son groupe, qui s’étend des médias jusqu’à l’édition, au service de ce dessein politique.Bolloré a donc laché Zemmour au profit de Bardella.Ca pourrait expliquer en partie le double jeu de M. Maréchal

  3. Triste droite, Désopilante droite. Marine Le Pen se comporte vis à vis de Reconquête comme autrefois Jacques Chirac s’était conduit avec le FN. La sottise et l’orgueil l’emportent toujours chez nous. Moi aussi, Denis, j’ai voté pour elle alors même qu’elle me semblait loin d’être d’avoir les capacités nécessaires à l’exercice des responsabilités qu’elle visait. À sottise, sottise et demie : je ne voterai plus pour elle « quoiqu’il en coûte » à mes idées. Je suis suffisamment âgé pour m’accommoder encore un peu de notre brillantissime président. Président peut-être pas si bête que cela : il s’est au contraire révélé très intelligent en spéculant à travers la dissolution sur la sottise des animateurs de droite. Il pourra continuer à ruiner le pays. J’ai fait partie de ceux qui avaient rêvé, je m’en retourne à mon jardin potager.

  4. Maladresse de Zemmour qui critique bêtement le RN et maladresse de Bardella qui repousse Reconquète !
    En fait, pas très malins ces deux là !

  5. L’attitude du RN et surtout de sa Présidente avec qui rien ne se décide sans son accord est IGNOBLE !
    Je m’explique …La rencontre Marion Bardella n’a pu se faire qu’avec l’assentiment de M.Le Pen en ce qui concerne le feu vert donné à Bardella . Elle a attendu les discours de satisfaction de Marion et de Bardella pour sortir son prétexte Zemmour….Résultat: elle s’est moqué de sa nièce , qui a perdu la G….. de Bardella qui un petit toutou avec sa patronne et cerise sur le gâteau elle s’est vengé de Zemmour et a affaibli Reconquète .
    Si elle s’était comporté comme un vrai leader en politique sans faire déjà un coup tordu il lui suffisait d’empêcher Bardella de voir Marion et c’était fini !

  6. Intellectuellement parlant Zemmour a raison au sujet du changement de peuple et de la menace sur notre civilisation. Mais la majorité des français qui ont voté RN n’en sont pas conscient et refusent même d’y croire. L’attitude de Zemmour vis à vis de Marine le Pen peut choquer, mais elle vient d’un parti jeune qui a besoin de s’affirmer et tout à gagner en tentant de faire partager ses idées qui sont mieux élaborées que celles du RN.

    • Le propre d’un parti politique c’est d’évolué, s’adapter au contexte. Voir les LR qui sont appelés à évoluer ou disparaître.

  7. Le parti Reconquête! ne doit pas disparaître. Il porte des idées solides. J’apprécie beaucoup Eric Zemmour mais je ne l’idolâtre pas. Il a commis beaucoup d’erreurs en ne maîtrisant pas ses déclarations alors que Jordan Bardella domine son langage et impressionne par sa maturité. Zemmour s’est trompé en disant que le vote Bardella ne servirait à rien. La preuve : le Président a dissous et toute la France est en émoi. Zemmour n’aurait jamais dû invectiver les personnes de RN ou ridiculiser son programme. Zemmour est un être passionné ne sachant pas retenir sa fougue : tout le contraire de Bardella. Zemmour a toujours dit qu’il n’était pas intéressé par les postes mais par les idées. C’est le moment de le prouver. Pour sauver Reconquête!, il devrait faire le sacrifice total de sa personne en démissionnant de la présidence du parti et en le confiant à Nicolas Bay ou un autre. Marion sera bien occupée au Parlement européen. Si aucun accord électoral n’intervient avec le RN, il n’y aura pas un seul député Reconquête! à l’Assemblée. Les électeurs seront trahis. Ce parti est nécessaire à la vie politique française en tant qu’aiguillon. Zemmour étant un obstacle à l’union, il doit partir et sauver son parti.

  8. un accord avec les LR était judicieux, mais les vieux « gamèlards » de ce parti risquent de ne plus avoir leur pâtée. Alors ils usent encore et encore de la vielle ficelle du « cordon sanitaire », il faudra attendre que le stock soit épuisé. Malheureusement le situation s’aggrave de législature en législature jusqu’à la disparition complète de la FRANCE

  9. Je crains que le RN déçoive beaucoup. Pour moi c’est fait et je voterai pour les candidat de reconquête.

    • Moi non plus je ne voterai pas aux législatives pour la stupide poissonnière qu’est Marine le Pen !.. Je dirais même qu’après coup, je suis très content qu’elle ait rejeté l’offre de Zemmour, car au moins cette fois-ci, lorsqu’elle sera en cohabitation avec Bardella et qu’elle échouera (ce que vise évidement Macron) nul ne pourra dire que Zemmour faisait partie de l’équipe qui a échoué… ce qui permettra à ce dernier de prendre le relais de la « vraie droite » … car « SEULE » une vraie droite peut relever les défis qui se présentent à nous et qui ne vont faire qu’empirer !..

  10. Marc, désolé mais je vais vous contrarier.  » La marche inexorable du RN vers le pouvoir…. » . Pas tout à fait de votre avis. En faisant du Macron, c’est-à-dire en rejetant une partie des électeurs de droite, ceux de Reconquête!, Bardella fait une faute de carre. Donner la primeur à la satisfaction de l’égo au détriment du redressement de la France, ce n’est pas ce qui est attendu. Le RN a besoin de toutes les voix de droite, de toutes les forces de droite pour parvenir au pouvoir et surtout pour redresser la France. Faire la fine bouche est contreproductif. Il aura contre lui toute la gauche, ce qui restera de Renaissance et de LR, et une partie de Reconquête, beaucoup trop pour obtenir une majorité. Bardella, le RN ont fait un grand faux pas, ce qui se ressentira aux législatives.

    • Zemmour n’a eut de cesse de critiquer, injurier, mépriser le RN et Marine le Pen, depuis qu’il s’est inscrit en politique il y a 2 ans, visant le RN comme son premier adversaire à combattre, voir même son ennemi… L’égo démesuré de Zemmour lui fait perdre toute décence. On peut très bien imaginer son comportement pour rabaisser et faire plier MLP en imposant ses « conditions » pour lui « offrir » ses voix… Allez savoir, il peut très bien lui avoir demandé d’être lui 1er ministre. Cet homme n’a aucune limite.

  11. C’est très simple. puisqu’il en est ainsi, que Reconquête présente un candidat dans chaque circonscription, ou par suite de cet accord, un LR se présentera. Et on verra bien qui les électeurs choisiront…

    • C’est très malin en effet… à ce petit jeu nous pourrons avoir Mélenchon à Matignon le 7 juillet, ou, au moins pire le retour de Macron…

  12. La gauche immédiatement s’unit. La droite fait la fine gueule. Certes le RN aura un bonne majorité relative et on recommencera les 21 avril 2002 pour se faire empoudrer par la Macronie. A la sortie les électeurs de droite resteront les dindons de la farce à cause des ego démesurés des politicards. Ils ne nous méritent pas.

    • Les « plumes » du LR s’en moquent. Ce sont les présidentielles que ces messieurs visent. Le choix de Ciotti gênent leur plan. Autre point qui séparent les LR : un groupe Europe fédérale (macron compatible) et l’autre Europe des nations (Ciotti-RN)…

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois