Accueil Armées Contrats avec Daech : le Franco-Suisse LafargeHolcim dénoncé par un cabinet américain
Armées - Editoriaux - Société - Table - 9 décembre 2017

Contrats avec Daech : le Franco-Suisse LafargeHolcim dénoncé par un cabinet américain

À chaque guerre son inévitable part d’ombre ; voilà qui vaut également pour la Syrie. D’où la convocation, devant les juges, d’éminentes personnalités du monde des affaires, longtemps à la tête du cimentier franco-suisse LafargeHolcim : Bruno Lafont, PDG de Lafarge de 2007 à 2015, et Christian Herrault, ex-directeur général adjoint, qui ont été mis en examen vendredi soir pour “financement d’une entreprise terroriste” et “mise en danger de la vie d’autrui” et placés sous contrôle judiciaire. Jeudi, c’était Eric Olsen, directeur général du groupe après la fusion de Lafarge avec Holcim en 2015, qui avait été mis en examen pour les mêmes chefs.

Ce qui leur est reproché ? Avoir contribué à financer indirectement l’État islamique. En effet, de juillet 2012 à septembre 2014, Lafarge Cement Syria, filiale syrienne de l’entreprise, aurait versé 5,6 milliards d’euros à diverses factions armées, dont 500.000 euros à Daech. La direction était-elle au courant ? Le contraire serait étonnant, ce type de contrats ne pouvant se traiter sans l’aval de la hiérarchie. Ils ne pouvaient d’ailleurs pas être conclus sans que le gouvernement français soit, lui aussi, tenu au courant. Ce qu’a confirmé Christian Herrault aux enquêteurs du SNDJ, le Service national de douane judiciaire : “Le Quai d’Orsay nous dit qu’il faut tenir, que ça va se régler.”

Ainsi, faudrait-il être bien naïf pour imaginer que le business puisse cesser en temps de guerre, surtout dans la cimenterie, secteur incontournable une fois le conflit terminé et qu’il s’agit de réparer les dégâts qu’on imagine. Durant les deux guerres du Golfe, les homologues américains de LafargeHolcim n’étaient-ils pas les premiers à se disputer les contrats de reconstruction ? Toujours à propos de naïveté, on peut encore se poser la question de savoir pourquoi cette société charge un cabinet américain, Baker McKenzie, de faire la lumière sur la question. Comme si cette officine n’était pas, elle aussi, en liaison directe avec la Maison-Blanche, tel que LafargeHolcim l’était avec l’Élysée…

Un journaliste très en pointe dans les affaires syriennes nous dit, sous couvert de relatif anonymat, car il se reconnaîtra : “Ce ciment était utilisé par les djihadistes pour construire des fortifications. On est alors passé à une guerre de position, non pas avec des tranchées, mais avec des bunkers souterrains. […] La quantité de ciment produite par Lafarge dans son usine de Jalabiyeh et remise aux djihadistes est équivalente à celle utilisée par le Reich allemand pour construire la ligne Siegfried. Ce sont ces bunkers que l’armée de l’air russe est venue détruire avec des bombes pénétrantes.”

Il est un fait qu’à l’époque, en 2013, personne n’aurait misé un euro sur la survie du régime syrien. Les Russes et les Iraniens ne sont pas encore entrés dans le conflit et Daech n’est encore qu’une des innombrables factions en présence. Et le même de rappeler : “Laurent Fabius et le général Benoît Puga [chef d’état-major particulier du président de la République, NDLR] pensaient que la France et ses alliés renverseraient la République arabe syrienne et placeraient au pouvoir le général Manaf Tlass.”

Ce dernier, fils du puissant ministre de la Défense syrien, Moustapha Tlass, demeuré fidèle à Bachar el-Assad, est alors réfugié à Paris, où il est effectivement considéré comme le prochain homme fort de Damas. Quant à son frère, Firas, il n’est autre que l’administrateur de la même usine de Jalabiyeh.

Mais rien ne se passe comme prévu. L’État islamique n’est plus et Bachar el-Assad est toujours là. Quant à l’Armée syrienne libre, celle qui aurait pu appuyer Manaf Tlass, elle n’existe guère que sur le papier. Il convient donc de tout démonter, de faire le ménage et de faire payer quelques responsables : pourquoi pas ceux du cimentier franco-suisse ? Maintenant, il serait peut-être intéressant qu’un cabinet français diligente une semblable enquête sur les concurrents américains de LafargeHolcim. L’espoir fait vivre, dit-on.

À lire aussi

Les « beaufs » plébisciteraient Raoult : mépris de classe de la bourgeoisie à l’égard du peuple ?

À croire que moins il y aurait d’études et plus il y aurait de sens commun. C’est une hypo…