Clément Armato, délégué national et porte-parole de l’UNI, est interrogé au micro de Boulevard sur les conséquences du pour les futurs : « une génération sacrifiée », selon lui.

Les se retrouvent avec un afflux inhabituel de nouveaux étudiants. Cela aurait pu être une bonne nouvelle, mais en réalité, cela va poser certains problèmes. Cela vous inquiète-t-il ?

Oui, c’est un réel sujet d’inquiétude, surtout lorsqu’on voit les premiers chiffres donnés par les présidents d’. Il y aurait 100.000 étudiants de plus que prévu. Cela représente un chiffre considérable d’étudiants. La véritable question est : où vont-ils aller ? Ces étudiants ne pourront pas être suivis correctement puisque certains n’ont pas le niveau.

Quand on voit les chiffres d’abandon ou de redoublement, la première année, on se dit qu’avec la génération 2020, cela va être encore plus compliqué.

C’est une génération sacrifiée. Avec le contexte particulier du confinement, ils ne sont plus scolarisés depuis le mois de mars. C’est un peu les grandes jusqu’en septembre. Du jour au lendemain, les élèves seront lâchés dans une université. Beaucoup vont décrocher dès la première semaine. Par conséquent, les résultats seront catastrophiques selon leur parcours.

Selon vous, qu’aurait-il fallu faire ?

Notre système éducatif est au bout du rouleau et notre système d’orientation ne marche pas. C’est le moment d’ouvrir le débat et de mettre sur la table la sélection à l’entrée à l’université. Aujourd’hui, des élèves sont envoyés en classe type, alors qu’ils n’ont pas le niveau. Ce n’est pas parce qu’ils n’ont pas eu cours pendant plusieurs mois qu’il fallait donner le bac à tout .

Cela ne va pas arranger les problèmes de décrochage et d’embouteillage dans les universités…

Cela va totalement aggraver ces problèmes de décrochage. La notation va être largement revue à la hausse et les enseignants d’université vont, eux aussi, donner des diplômes pour tous. L’année prochaine, ce phénomène va empirer.

11 juillet 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Clément Armato : « Les étudiants sont très inquiets, aucune solution n’est trouvée pour passer les examens »

Face à l’épidémie de coronavirus, le syndicat étudiant UNEF réclame le remplacement des pa…