Cherbourg : Nicolas Conquer, candidat LR-RN, agressé par l’extrême gauche

Nicolas Conquer © lui-même

Nicolas Conquer, candidat investi par Éric Ciotti pour conduire la liste LR-RN dans la quatrième circonscription de la Manche, s’est fait agresser dans le centre-ville de Cherbourg, au soir du 1er juillet. Vers 19h, place du Théâtre, alors qu’il battait les rues de la ville ensoleillée avec son équipe de campagne pour distribuer des tracts électoraux sur une place aux terrasses bondées, en fin de mission, des individus se revendiquant du Nouveau Front populaire les ont violemment pris à partie.

Interrogé par BV, Nicolas Conquer décrit l’agression. « Une horde de jeunes hommes, âgés de 25 à 30 ans et militants d’extrême gauche », est apparue subitement et leur a lancé des projectiles et assené des coups à bout portant « dans l’intention, souligne-t-il, de faire des dégâts ». Les insultes volent : « Sales racistes, enc…lés. » « Il y avait trois ou quatre individus auteurs et une dizaine de personnes accompagnant le mouvement », précise-t-il. « Un de mes militants, qui nous accompagnait, a été violenté alors qu’il s’agit d’un mineur. » « J’ai immédiatement déposé plainte pour violences en réunion et violences sur mineur », comme mentionné dans son communiqué de presse, paru au lendemain de l’agression.

Un des auteurs a été appréhendé et est en garde à vue. Une plainte a été déposée à « titre personnel » une plainte collective sera, elle aussi, engagée, nous confie-t-il. Choqué, Nicolas Conquer signale la « violence inouïe » des agresseurs. Des militants, selon ses mots, « agités par des leaders politiques d’extrême gauche ». « Je porte plainte car il faut que chaque candidat puisse s'exprimer librement sans être victime de violences. Il faut que la démocratie et la République soient respectées. »

Une violence condamnée même par ses adversaires

Concernant les messages de soutien adressé, Éric Ciotti, président des Républicains, a exprimé sa solidarité avec le candidat engagé sous les couleurs de l’alliance entre le RN et les Républicains de droite : « L’État se doit de faire régner l’ordre et permettre le libre exercice démocratique. Ces délinquants doivent être sanctionnés lourdement ! » Le candidat aux législatives remercie également le préfet de la Manche, Xavier Brunetière, un homme « volontaire dans sa démarche », nous dit-il. La candidate de l’Union de la gauche, Anna Pic, députée sortante de la quatrième circonscription de la Manche face à laquelle il se retrouve en ballottage, a elle aussi condamné l'agression. Du côté des dirigeants du Nouveau Front populaire, aucun message de soutien ne lui est encore parvenu.

Quant au maire socialiste de Cherbourg-en-Cotentin, Benoît Arrivé, il s’est exprimé, ce 2 juillet, sur X, condamnant « fermement cette agression. La violence n’a aucune place dans notre société », argue-t-il. Mais Nicolas Conquer tacle : « La violence est de votre côté », lui rétorque-t-il, sur X, estimant n’avoir aucune leçon de civisme à recevoir d’une gauche qui s’allie à des antisémites, investit des fichés S et soutient des rappeurs qui appellent au meurtre. Enfin, le candidat se dit reconnaissant à l’égard des nombreuses marques de soutien unanimes des militants et des électeurs.

Un ancien bastion de la gauche

Franco-Américain et ancien porte-parole du Parti républicain en France, Nicolas Conquer souhaite mettre en garde les Français du Nord-Cotentin contre le péril démocratique que représente l’extrême gauche. Il dénonce « une forme d’indignation à géométrie variable », un deux poids deux mesures de la part des élus et des responsables politiques qui s’accaparent, de manière discrétionnaire, le monopole de l’appartenance à « l’arc républicain »… tout en mettant sous le tapis des actes injustifiables dès lors qu’ils proviennent de leur camp. Une « indignation sélective » qui est aussi « un silence complice et préjudiciable au bon déroulement des élections », considère le candidat. « Ces intimidations peuvent également avoir des conséquences dans la mobilisation de notre électorat », déplore-t-il. Pour lui, la violence a bel et bien choisi son camp : « Cette alliance des gauches au sein du Nouveau Front populaire est une coalition de factieux. »

Mais Nicolas Conquer se dit confiant quant au progrès électoral historique réalisé dans ce bastion de la gauche : « Nous avons recueilli 30 % des suffrages, c’est du jamais-vu, ici, à Cherbourg ! » Dans cette circonscription emblématique de la polarisation du paysage politique français, où le camp de la droite nationale affronte le camp d’une extrême gauche de bric et de broc, recollée bout à bout, Nicolas Conquer se refuse au défaitisme de la partition. « Je refuse de considérer que nous sommes dans une France polarisée. Je m'inscris dans une démarche démocratique et respectueuse de l’opposition. »

Pour le candidat, la liberté d’expression et d'opinion se doit de primer sur les dérives sectaires d’une gauche intolérante et autoritaire. Né d’une mère américaine, ces deux libertés lui sont chères : « […] Ce ne serait pas la première fois qu’un Américain est parachuté dans la Manche pour défendre la liberté ! », confiait-il au JDD, le 27 juin dernier.

Anna Morel
Anna Morel
Journaliste stagiaire. Master en relations internationales.

Vos commentaires

18 commentaires

  1. La violence et la dictature c’est LFI le NFP et une grande partie de la gauche ça ressemble en partie à la philosophie hitlérienne et quand on observe qu’ils ont le soutien de la Macronie et que des LR vont voter communiste qui représente des millions de morts, le constat est bien que la racaille et le cartel se rassemblent.

  2. Les cher(petits)bourgeois, gavés d’argent public, quand ils ne sont pas fonctionnaires, ils sont employés des entreprises soi-disant privées mais de capitaux d’état, ou alors ils sont a la remorque de l’aide sociale, entre autres tous ceux qui font partie des “chances pour la France” et qui ne travaillent pas. Humanistes, ils le sont. « Venez comme vous êtes », mais pas chez moi, chez les autres, les collectivités, mais, derrière mes petites clôtures de nos pavillons durement gagnés, on a même du mal a saluer les voisins. Bien sur, ils n’ont pas lu le programme de LFI concernant les propriétaires, et la transmission de propriété. Ecologistes, alors qu’ils vivent souvent du nucléaires, ils militent pour les éoliennes, sans en être informé de ses dégâts, car écoutant France Inter, TF1 et A2, comment pourraient-ils le savoir. Bons salaires, bonne future retraite, bonne conscience, petit train de vie petit-bourgeois a la socialistes, baignant dans l’égoïsme quotidien du « chacun pour soi » mais préoccupés par les autres, ils votent comme ils sont, par reflexe, a l’écoute des officiels, et au mot, RN ou cordon sanitaire, ils vont aux urnes comme les chiens de Pavlov allaient a leur gamelle. Ah, les bons petits cher-bourgeois ! Et maintenant ils sont muscles, et veulent en decoudre, a dix contre un. Quel Courage !

  3. Ce ne sont que les prémices de ce qui nous attend si la gauche passe. Il faut une majorité absolue pour le RN dimanche prochain. De toutes les façons les émeutes sont prévues quel que soit le résultat alors en avant, ne nous laissons pas intimider.

  4. Ce qui nous arrive là c’est la conséquence de plusieurs années de l’extrème gauche c’est pour cela qu’il faut continuer à ce battre et donner le pouvoir au RN/LR dimanche voter Nicolas Conquer.

  5. quelle que soient ses opinions, le devoir de l’État est de protéger tout candidat aux législatives de tels débordements. Ne pas s’en inquiéter constitue une forme d’incitation à la haine. Merci au Préfet de la Manche pour sa détermination et à la candidate sortante pour la dignité de son comportement.

  6. Pour l’instant les hordes gauchistes semblent être tenues en réserve. Attendons le soir du second tout, les SA (SturmAntifa) sont en attente.

  7. L’extrême gauche est la honte de la française, elle n’est la que pour saccagée et saborder notre pays, cette extrême gauche est le diable

  8. Le Cotentin est plein de ces islamo Gauchistes faussement écologistes , fils de notables le plus souvent , qui se croient les maitres du monde. Et la Manche est aussi depuis 2 à 3 ans le lieu d’une invasion sans précédent de la bonne diversité issue de la banlieue.
    J’en veux pour exemple les alentours d’Avranches, où le migrant muni de son portable et de son beau sac à dos vient zoner en ville, et où surtout l’habit islamique a fait son apparition… Ce n’est pas encore le 93 ou le 95, mais même la chic Granville est touchée

    • Je vous rassure, dans les petites villes voir des fois villages, c’est pareille. Ça monte tout doucement mais surement et le plus étrange certains viennent sans emplois ni qualification, de quoi vivent ils.

      • Pour qu’ils comprennent, il faudrait obliger une quinzaine d’électeurs du NFP a retirer chacun 100€ a un DAB et qu’ils le distribuent a cette personne. Pour voir ce que cela fait.

      • Nous, les Pieds-noirs, nous n’avons cessé de vous alerter. Vous n’avez rien entendu. Le résultat est là et ce n’est qu’un début.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois