Audio - Editoriaux - Entretiens - Polémiques - 19 mars 2019

Charlotte d’Ornellas : “Assimiler Éric Zemmour au tueur de Nouvelle-Zélande est insupportable !”

Lors d’un débat sur CNews, Yassine Belattar s’en est pris à Éric Zemmour dont les propos, selon lui, auraient inspiré Brenton Tarrant au même titre que la théorie du Grand Remplacement.

Retour sur ce débat, qui avait pour thème “Qu’est-ce qu’être français ?”, avec Charlotte d’Ornellas au micro de Boulevard Voltaire.


Le débat entre Eric Zemmour, polémiste, et Yasmine Belattar, humoriste, mais également polémiste à ses heures sur les réseaux sociaux, avait été annoncé depuis plusieurs jours et beaucoup l’attendaient. Un débat houleux et tendu. Qu’en avez-vous retiré ?

La question posée était très intéressante : qu’est-ce qu’être Français ?
Au-delà des personnalités qui aiment le débat, et notamment le débat télévisé, que sont Eric Zemmour et Yasmine Belattar, il y avait vraiment deux visions très différentes de ce qu’est être Français. D’un côté, Eric Zemmour a défendu, comme toutes ces dernières années, le modèle assimilationniste. Il a commencé cette émission en disant que pour lui, être Français c’était avoir adopté tout ce qui fait l’Histoire de France. Il est passionné par cette Histoire et la connaît bien. Ce sont aussi les 1500 ans qui ont précédé la création de la République française.
De l’autre côté, Yasmine Belattar qui a une vision très légaliste de l’appartenance à la France. Il y a ce qui est permis par la loi et ce qui n’est pas permis. Puisqu’il respecte les lois aujourd’hui telles qu’elles sont dans le pays, cela fait de lui un Français.
Ce sont deux visions très différentes. D’un côté, on a un attachement beaucoup plus charnel à ce qu’est la France, et de l’autre côté, un des tenants de la vision multiculturaliste de la France. La France est un terrain sur lequel toutes les cultures peuvent vivre telles qu’elles sont aujourd’hui sans devoirs par rapport au pays d’origine et avec tous les droits d’expression.
Deux visions s’affrontaient ce matin et depuis de nombreuses années, bien au-delà des personnalités qui étaient sur le plateau.


Ces deux personnalités qui s’affrontent sont deux personnalités à part entière. Représentent-ils vraiment quelque chose ?
Est-ce la France de la patrie charnelle d’un côté et l’aspect mondialisé de l’autre ?
Monsieur Belattar a déclaré qu’il se sentait européano-africain ou africano-européen.

Ce qui était intéressant dans ce débat c’est qu’ils ont des parcours qui pourraient être assez similaires. Ils viennent pour l’un de l’Algérie et pour l’autre du Maroc à l’origine. En revanche, ils ont des parcours très différents. Eric Zemmour s’est assimilé complètement à la culture française. Yasmine Belattar se dit aujourd’hui : ‘’ j’ai le droit de rester comme je suis dans mes origines et dans ma tradition culturelle différente de la France tout en étant Français’’.
C’est intéressant de comparer des parcours très différents. Quand Eric Zemmour lui dit que c’est un choc de génération, je crois que c’est assez juste. Eric Zemmour ne fait que répéter ce qu’était le discours républicain de l’assimilation. On a tendance à l’oublier aujourd’hui, mais c’est quand même la République qui a prôné l’assimilation pendant de très nombreuses années. Yasmine Belattar représente le pendant beaucoup plus progressiste que mondialiste sur ce débat précis qui est de dire ‘’ je viens d’un peu partout’’. Quand Yasmine Belattar nous dit : ‘’ je suis afro-européen, je me sens autant Italien que Malien, que Sénégalais et qu’Espagnol’’. À la fin, on comprend bien que cela ne veut rien dire. Quand Eric Zemmour lui répond :‘’ moi, je suis Français point barre’’. Yasmine Belattar lui répond : ‘’ c’est bien cela votre problème !’’.
Les frontières sont trop étroites et finalement on est ce qu’ on veut où on veut. En réalité, dans la vision de Yassine Belattar, il y a un côté totalement relativiste et totalement déraciné.


Bien que le thème portait sur l’être Français, le public a davantage retenu la séquence où Yassine Belattar assimile les propos d’Eric Zemmour et l’attentat de Nouvelle-Zélande. Peut-on assimiler Eric Zemmour à la théorie du Grand remplacement et aux agissements de ce terroriste ?

Quand Yassine Belattar dit : ‘’vous avez fait tuer 50 personnes en Nouvelle-Zélande’’, c’est insupportable ! On dit souvent que les propos d’Eric Zemmour sont violents. Je ne vois pas alors comment on peut qualifier ceux de Yassine Belattar à son encontre.
On a affaire aux mêmes personnes qui nous expliquent d’un côté que l’islam et ses textes, qui pourtant contiennent des appels explicites à la violence, ne peuvent pas être tenus pour responsable des attentats islamistes, et de l’autre que Renaud Camus, et sa théorie du Grand remplacement, serait responsable de l’attentat de Christchurch. C’est totalement incohérent et profondément malhonnête.
Je ne crois pas que ce sont les idées qui tuent. Toute théorie peut être discutée rationnellement. Et les gens peuvent être d’accord avec le constat dressé ou la théorie du Grand remplacement, selon le sens que l’on met derrière ces mots-là et ne pas cautionner le meurtre de Nouvelle-Zélande.
C’est donc malhonnête et injuste. On sent bien que certains sont contents de se concentrer sur certaines tueries plutôt que sur d’autres. Soit il y a une cohérence et je veux bien discuter des idées qui conduisent à cela.
En réalité, Eric Zemmour fait partie des gens qui disent qu’une société multiculturelle est une société multiconflictuelle et que des personnalités, au nom de certaines théories, vont aller tuer les uns ou les autres parce qu’ils seraient représentants de ce qu’ils veulent viser. On voit bien que le tueur de Christchurch est bien plus un miroir des djihadistes, qu’il n’est un disciple d’Eric Zemmour. Dire le contraire n’a aucun sens et est totalement malhonnête.

À lire aussi

Charlotte d’Ornellas : “Parler de peste brune est absurde et indécent par rapport aux gilets jaunes”

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleDes membres du gouvernement ont parlé de ̶…