Editoriaux - Polémiques - Santé - 19 mars 2019

Faux procès en misogynie pour Jean Lassalle : l’indignation factice, ça suffit !

Et voilà à nouveau Jean Lassalle au centre d’un dérisoire « bad buzz ». Le gang des pinailleuses ridicules a encore frappé. Agnès Buzyn vient de présenter son nouveau projet de loi santé et cet infatigable hérault de la France périphérique, dont il a arboré le gilet jaune de la détresse à l’Assemblée nationale, désespère. Quid des déserts médicaux, qui ne sont pas pour rien dans l’amertume qui s’est exprimée ces derniers mois, quid des maternités fermées ? Lui-même s’est inlassablement battu pour celle d’Oloron-Sainte-Marie, en Béarn, supprimée à la fin fin de l’année 2017. Le décès in utero d’un bébé dans la Drôme, en février dernier, a relancé la polémique, les jeunes parents mettant en cause des délais de prise en charge trop longs liés à la fermeture controversée, en 2017 aussi, de la maternité de Die.

Alors, Jean Lassalle se lève et se tourne vers Agnès Buzyn : “La seule chose qui m’interroge, c’est comment des ministres peuvent, avec une telle constance, plonger le pays dans lequel ils l’ont plongé depuis une vingtaine d’années. Et quand je pense que c’est des ministres femmes… Avec tout ce que l’on dit à juste titre de la femme aujourd’hui… C’est des ministres femmes, des femmes qui portent l’enfant, nos mères, nos sœurs, nos filles qui sont capables de porter des textes pareils.”

Et voici qu’Ericka Bareigts, élue PS de La Réunion, intervient. Sur le fond ? Pas du tout, quelle drôle d’idée. Ce n’est pas le sort des femmes enceintes de la France périphérique – celle qui habitent loin des grandes métropoles et, donc, des maternités, forcées de faire une longue route pour consulter ou accoucher – qui semble l’intéresser mais son ego blessé, autrement plus préoccupant : “Je voudrais dire au collègue Lassalle, pour ses remarques genrées vers la ministre de la Santé, personnellement, en tant que femme, je n’admets pas ce genre de remarques. Et cette remarque m’a beaucoup choquée.”

Dire que la maternité concerne au premier chef les femmes – noter (quelle sagacité !) que le ministre de la Santé en est une – est, pour tout le monde, une évidence. Sauf pour Ericka Bareigts, qui voit dans tout cela du sexisme d’une grand indécence.

S’étonner que ces femmes fassent montre de si peu d’intérêt pour les inquiétudes légitimes et concrètes des Françaises, bornant leur solidarité – leur sororité, comme elles disent – à la féminisation autoritaire et méticuleuse des noms de métier, comme si la condition d’une seule femme pouvait s’en trouver améliorée, est aussi du bon sens : les Françaises enceintes se moquent bien d’être soignées par un médecin ou une médecine – puisque c’est désormais, dit-on, le mot consacré, même s’il évoque plutôt les imbuvables potions à l’huile de ricin des siècles passés -, pourvu que la personne sous la blouse blanche soit compétente et les aide à mettre au monde un beau bébé en pleine santé.

Le vrai féministe, en cet instant, c’est Jean Lassalle, avec son accent rocailleux, ses cheveux en brosse, son gros nez, ses paluches calleuses et ces petites maternités qu’il voudrait tellement sauver.

Celles qui lui font face se servent du féminisme comme d’un bouclier magique pour éluder les interrogations, s’exonérer de tout compte à rendre, se prétendre « choquées », prêtes à défaillir – qu’on leur apporte leurs sels ! – pour couper l’herbe sous les pieds de l’escogriffe du Sud-Ouest qu’il est tellement facile de faire passer pour l’agresseur.
Gilles Le Gendre, en écho, évoque des “dérapages”, “ouvertement misogynes” et “indignes”.

L’indignation factice est décidément devenue l’outil de stérilisation massif de tout débat.

À lire aussi

Pour Christophe Castaner, « Notre-Dame n’est pas une cathédrale » ? Ça y ressemble pourtant vachement…

Sur la Toile, aussitôt, les geeks farceurs ont évoqué la mémoire de ce gentil garçon qui a…