Jean d’Ormesson écrivait, en reprenant une phrase célèbre de Churchill : « À vingt ans, si on n'a pas le cœur à gauche, on n'a pas de cœur. À quarante ans, si on a toujours le cœur à gauche, on n'a pas de tête. » Et du cœur, nos étudiants en ont. Avec les élections des représentants nationaux des Centres régionaux des œuvres universitaires et scolaires (CROUS) organisées du 6 au 8 février derniers, l’élan progressiste l’a largement emporté. En effet, les listes de gauche totalisent 103 places sur les 182 disponibles. En tête, l’Union étudiante « contre la précarité et l’extrême droite » capte 64 sièges (soit 42 places de plus par rapport à la précédente échéance électorale). L’UNEF, quant à elle, perd 14 membres mais reste le troisième syndicat étudiant à l’échelle du pays.

L'EMF, un syndicat communautaire assumé

À Strasbourg, un pas de plus vers le communautarisme a été franchi. Gagnant un siège sous le nom « Active ton CROUS », l’association des Étudiants musulmans de France (EMF) s’implante pour la première fois au niveau national. Arrivée en troisième position, avec 17,14 % des voix, la présence de cette liste inquiète. Interrogé par BV, Vianney Vonderscher, président de la Cocarde étudiante (syndicat étudiant de droite), estime que « leur gain d’un siège à Strasbourg est révélateur de la montée en puissance des fréristes dans toutes les sphères de la société ». Et d’ajouter : « C’est inquiétant, car le monde étudiant ressemblant à la vie politique, la même chose se produira bientôt aux élections municipales, législatives, et la prophétie de Houellebecq risque d’arriver [cf. Soumission, publié en 2015, NDLR]. »

Si l’EMF réalise de faibles scores à Paris et à Lyon (dépassant à peine les 3 %), la liste communautaire frôle les 10 % à Lille et à Montpellier sans pour autant remporter de sièges. Tout comme l’UNI, syndicat historique des étudiants de droite, qui avait appelé à faire barrage à l’EMF, Vianney Vonderscher reste déterminé : « Notre rôle est donc d’alerter, de montrer qui ils sont réellement, malgré leur taqiya. Ce que nous allons continuer à faire ! »

La droite étudiante en large minorité

Malgré une importante mobilisation, les syndicats étudiants de droite restent largement minoritaires. N’ayant obtenu aucun siège aux élections nationales du CROUS, la Cocarde étudiante se félicite néanmoins, dans un communiqué, « d'avoir fait une percée tonitruante, prometteuse pour l’avenir ». À BV, son président confie : « Comme attendu, l’extrême gauche fait un très bon score, bénéficiant d’une participation record. Celle-ci est due à la présence de la Cocarde aux élections et à de nombreux appels à "faire barrage". » Le jeune militant de la droite nationale considère que « la surmobilisation des gauchistes leur permet de garder l’hégémonie au sein des CROUS ».

À l’UNI, aussi, on se félicite. Malgré la perte de trois sièges au niveau national, le syndicat étudiant en gagne un à Nantes, « première fois de ce siècle », nous annonce fièrement l’un de ses délégués nationaux, Yvenn Le Coz, qui précise : « L’UNI reste la seule force de droite dans les CROUS. » À la Cocarde, on affiche sa gratitude envers les militants : « De notre côté, nous avons su mobiliser une partie de l’électorat de droite et nos scores sont tout à fait honorables, jusqu’à 8,5 % dans certains CROUS. » Malgré les bonnes volontés affichées des syndicats étudiants de droite, la gauche communautariste avance et le ministère de l’Enseignement supérieur laisse faire…

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 11/02/2024 à 0:09.

9771 vues

09 février 2024 à 19:32

Partager

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

32 commentaires

  1. Cela s’appelle l’égalité des chances, surtout pas française. Si on veut avoir tous les droits et avantages, faudrait-il renier sa nationalité française et les religions judéo-chrétiennes? La FRANCE détruite par ceux qui nous gouvernent.
    Victorine31

  2. Les FRANCAIS vont-ils comprendre que l’envahisseur islamiste est partout et qu’il est temps de le chasser …..
    Il faut jeter ça hors de FRANCE !!!

  3. la plus part des jeunes sont de gauche voir plus et c’est normal, ce qui n’est plus normal c’est que après 40 ans ils restent toujours de gauche….des bobos de la gauche caviar …..à cet age on devrait commencer à réfléchir !

  4. Être de gauche c’est la facilité pas besoin de réfléchir et d’avoir des convictions. Le Formatage des coeurs et des âmes et fait depuis la tendre enfance

  5. La technique frériste est redoutable. C’est comme les cancers qui développent et multiplient les métastases en silence, jusqu’au jour où, découverts, c’est trop tard.

  6. C’est comme les cathédrales , il faut des siècles pour les construire mais des siècles après elles sont toujours là !! Même principe pour l’Islamisation hélas !!

  7. Patience, les islamiques ont tout leur temps pour arriver à leurs fins ;ce qui ne manquera pas d’arriver un jour ;sauf si les droites prenaient enfin leurs responsabilités.

  8. « Ils sont partout. »
    Ils s’immiscent sournoisement partout, en usant abusivement de nos lois et de notre système.
    C’est ni plus ni moins qu’une version islamique du cheval de Troyes revue et corrigée au XXIème siècle.
    Il serait intéressant de savoir où ils en sont dans notre système de défense, l’armée, etc.

  9. Déjà il ne faudrait pas permettre à du musulman de se constituer en groupement au risque que ça ne forme un pouvoir.
    Il faut les chasser purement et simplement . D’ici là ils ne vont pas tarder à faire construire une mosquée sur les terres de Strasbourg .. A bon c’est déjà le cas ?! alors réveillez-vous que diable.

    1. on a la plus grande mosquée d’européanisme grâce à notre Madame la maire écologique et qui voulait en plus leurs donner un peu d’argent….quelques millions d’euros des contribuables strasbourgeois. Heureusement que nous avons une préfète extraordinaire qui surveille tout cela, et donc pas de subventions…..merci Mr Darmanin également .

Les commentaires sont fermés.