« Stop C8 et Cnews ! » Depuis le jeudi 8 février, Sophie Taillé-Polian a épinglé ce message en haut de son fil X. La députée écologiste du Val-de-Marne souhaiterait que les chaînes gratuites du groupe Canal+ soient bannies de la TNT. Pour ce faire, elle tente d’influencer l’Arcom (Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique), qui doit renouveler ou non les fréquences de 15 chaînes du réseau numérique au 31 août 2025.

Outre son message sur les réseaux sociaux, elle a lancé une pétition dans laquelle elle rappelle que des signalements ont été faits au régulateur pour « des faits de désinformation, de racisme, de sexisme, d’incitation à la haine, de non-respect du pluralisme et d’un manque "d'honnêteté dans l’information" ». Elle demande « que l’Arcom prenne toute la mesure du danger et ne reconduise pas l’agrément de CNews et C8 » car « le pluralisme et la qualité de l’information ne sont pas respectés ». Un manque de pluralisme dont elle pourrait en partie être tenue pour responsable puisqu’en juin 2021, alors qu’elle était invitée sur le plateau de la matinale de la chaîne d’information, elle a refusé de s’y rendre.

Acharnement médiatique

L’Arcom sera sans doute sensible à tant de cohérence au moment de prendre sa décision. D’autant plus qu’au vu du nombre de publications qu’elle consacre aux chaînes du groupe Canal+ sur son compte X, sa pétition et ses interventions s'apparentent plus à de l’acharnement ou à un coup de com’ qu’à une mise en garde bienveillante.

Il faut dire que Sophie Taillé-Polian est particulièrement douée pour s’emparer de sujets secondaires ayant un fort potentiel médiatique. Depuis son arrivée dans l’Hémicycle, elle ne fait quasiment que cela. Elle a déposé neuf propositions de loi, parmi lesquelles la création d'une contribution additionnelle sur les bénéfices exceptionnels des grandes entreprises, l’encadrement de l’ouverture du feu par les forces de l’ordre en cas de refus d’obtempérer et la condamnation de la « théorie du Grand Remplacement ».

Elle a également pris position, au nom du féminisme, en faveur du burkini, pour l’inscription de l’IVG dans la Constitution mais contre la mise en place d’une politique de natalité, car il faut « laisse[r] le ventre des femmes tranquille » et défend bec et ongles la liberté de la presse et s’oppose à la liberté éditoriale. Tout en ayant une action politique proche du néant, elle parvient, à grands coups de n’importe quoi, à faire parler d’elle.

Néant politique

En revanche, concernant son sujet de prédilection, elle se fait plutôt discrète. Sophie Taillé-Polian a beau être vice-présidente du groupe écologiste à l'Assemblée nationale, elle s’intéresse peu à ce domaine, comme en témoignent ses très peu nombreuses interventions sur les réseaux sociaux et à la télévision sur le sujet. D’ailleurs, elle ne fait pas partie d’un mouvement écologiste mais de Génération.s (en écriture inclusive évidemment !), le parti de Benoît Hamon qui mange à tous les râteliers en se disant à la fois humaniste, écologiste, féministe, solidaire, antiraciste, social, européen et populaire.

Est-ce à cause de ce multi-militantisme qu’elle se pense légitime pour attaquer C8 et CNews quasiment quotidiennement et sur tous les sujets ? La question se pose. Quoi qu’il en soit, elle a trouvé un os à ronger lui permettant d’exister et d’être très bien reçue sur les chaînes concurrentes, notamment BFM TV. Elle ne devrait pas le lâcher de sitôt.

 

 

21770 vues

09 février 2024 à 19:45

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

72 commentaires

Les commentaires sont fermés.