Ils sont 59, plus trois apparentés : 62 au total. Le chiffre le plus bas de toutes les législatures de la Ve République. Un désaveu pour le parti qui se voulait l'héritier du fondateur de Gaulle, grand-remplacé par un groupe RN fort de ses 89 membres. Sans leader, comme le leur a cruellement rappelé Nicolas Sarkozy dans son interview du JDD, mais aussi sans ligne claire, les députés LR - tout au moins 54 d'entre eux - ont signé, samedi, une tribune dans le même JDD pour expliquer leur choix de ne pas voter la motion de censure déposée par le groupe RN. Une forme de ni-ni ou d'« en même temps » qui risque d'être de plus en plus inaudible. Et qui nécessitait, déjà, cette explication de leur part, en forme de leçon de droit constitutionnel pour les nuls : nous ne votons pas le budget, donc nous sommes dans l'opposition.

L'occasion, pour ces députés LR emmenés par Pierre Cordier, député des Ardennes, de mettre en avant leur visage libéral attaché à la réduction des dépenses publiques : « Le Président Macron et le gouvernement d'Élisabeth Borne se contrefichent du redressement de nos finances publiques. Cette attitude est d'autant plus irresponsable que la remontée des taux d'intérêt fait courir un risque considérable sur la soutenabilité de notre dette. » La droite sérieuse. Et un bon angle d'attaque contre un Président qui, avec ses quoi qu'il en coûte, ses chèques et ses boucliers, est en passe de devenir - tout grand banquier qu'il fût - un Monsieur Déficit dans le Livre des records.

Mais alors, pourquoi ne pas voter la censure contre un gouvernement « irresponsable » et qui ne prend pas en compte vos amendements ? Et là, l'explication est plus alambiquée. D'ailleurs, ils en donnent plusieurs. D'abord, ce gouvernement et cette majorité sont tout jeunes : « Parce que nous respectons le vote des Français du 19 juin, et que la nouvelle Assemblée nationale a siégé huit semaines, nous ne déposerons pas et nous ne voterons pas de censure », se justifient les 54. Comme s'il fallait laisser du temps à cette majorité macroniste qu'ils ont pourtant appris à connaître depuis cinq ans... Est-ce à dire que, dans quelques mois, le vote de la censure deviendrait possible ? La seconde raison avancée consiste à se présenter comme un parti sérieux, qui n'a « rien à voir avec les députés RN ou LFI » et qui ne souhaite pas ajouter à « une crise économique et une crise énergétique une crise politique et institutionnelle », ce qui serait, selon eux, « irresponsable ».

Une position d'attente, un ni-ni qui peut vite se révéler inconfortable avant l'élection de leur nouveau président dans quelques semaines. Car on ne sait même pas si le scrutin tranchera ce nœud gordien qui risque de marginaliser davantage encore les LR. Ce lundi, Éric Ciotti, favori pour l'élection à la présidence du parti, campe sur ce ni-ni dans une interview à nos confères de L'Opinion.

Et puis, au handicap de la faiblesse numérique s'ajoute, pour ces députés LR, un manque de cohérence et de discipline qui risque de leur être préjudiciable. Selon les évaluations très précises du Parisien, c'est le groupe qui s'est montré le moins discipliné dans ses votes. D'ailleurs, il a manqué une poignée de noms au bas de cette tribune : huit, ce n'est rien, mais quand on n'est qu'une cinquantaine, cela compte. Pencheront-ils côté Macron ou côté censure ?

Leur petit nombre, dans une situation où le gouvernement n'avait qu'une majorité relative, leur redonnait une importance. Mais ils savent la carte Macron usée et sans perspective. Alors, franchir le Rubicon pour aller de l'autre côté ? L'émancipation vis-à-vis d'un Nicolas Sarkozy qui les pousse vers Macron pourrait être un premier signe de cette tentation. Elle constituerait un tournant et augurerait d'une recomposition de la droite. On peut l'imaginer - la recomposition comme la censure- sur des textes plus régaliens que le budget.

Tôt ou tard, voter la censure s'imposera aux députés LR s'ils veulent survivre - et revivre : s'ils parviennent à retrouver une audience médiatique après un aussi mauvais score qu'en 2022, un retour aux urnes ne pourrait que leur être bénéfique. N'est-ce pas le sens de la sortie d'Olivier Marleix, président du groupe LR, dimanche, sur Radio J : « La motion de censure qui aurait une chance d’être votée, c’est la nôtre, par définition, ça veut dire que c’est nous qui choisirions le moment de la dissolution. On est tout à fait disposés à en affronter les conséquences. » En effet, les LR n'ont aucun intérêt à couler avec le macronisme en attendant 2027. Ces petits calculs ne règlent pas leur problème de clarification en termes d'idéologie et d'alliance (car oui, ils doivent se faire à l'idée qu'ils auront besoin d'alliance, et que le choix est limité : Macron ou Le Pen), mais c'est parfois par ces petits calculs que la politique avance. Surtout quand c'est une question de... survie.

Marine Le Pen, en annonçant que le groupe RN voterait la motion proposée par la gauche, les place davantage encore devant leur responsabilité : voudront-ils finir comme les derniers soutiens d'un macronisme en perdition ?

5055 vues

24 octobre 2022 à 14:03

Pas encore abonné à La Quotidienne de BV ?

Abonnez-vous en quelques secondes ! Vous recevrez chaque matin par email les articles d'actualité de Boulevard Voltaire.

Vous pourrez vous désabonner à tout moment. C'est parti !

Je m'inscris gratuitement

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

38 commentaires

  1. « LR s’est tiré une balle dans le pied « : Georges Fenech . Il résume le perçu de ces électeurs qui croyaient encore à ce courant politique. Si on se résume : LR accompagne la politique de ce gouvernement. LR cautionne la régression de la France conduite par la macronie. Ils ne sont plus un parti d’opposition. Ils sont la roue de secours de Renaissance. Grandeur et décadence. Qui plus est, leurs arguties ne tiennent pas debout. « Ne pas ajouter de la crise à la crise « . Si nous comprenons bien, ils préfèrent observer une France qui se désagrège au lieu de donner un grand coup de balai qui permettrait de changer de logiciel. Ce parti est perdu. Il est nécessaire de reconstituer cette droite avec des personnages dynamiques, entreprenants, vaillants, avec des constructeurs à l’autorité et au caractère affirmés. Et surtout des personnages qui n’ont pas des à priori ringards, qui croient avant tout à la valeur des Hommes.

    1. Tout à fait d’accord ! Il reste à nommer ces hommes (au sens large ce qui naturellement inclue les femmes telle Marion Maréchal par exemple.)

    2. Pardon pour cette question: quelle est la proportion des « votants s’étant exprimés » qui croyaient encore à ce courant politique en prenant en compte l’abstention dans cette proportion ? C’est une blague de de parler de « ces électeurs » » … La réalité a été donnée à de nombreuses fois et est totalement résumée par l’équation politique qui date de 2017 déjà: LR + EM = LREM ! ! ! …
      macron et ses copains ont fait « renaissance » pour anesthésier les moutons pour espérer le plus possible de « récupérations » de députés sans foi ni loi démocratique … La France est vraiment « mal barrée » dans tous les sens du terme !

  2. Les députés LR ont reçu un ordre de bataille signé Sarkozy, le bras droit de l’ombre de l’exécuteur Macron.

  3. Bonjour
    Et ça continue encore et encore tant que les intérêts personnels prévaudront sur l’intérêt général donc rien à attendre de ces LR de rien

  4. La seule marque de fabrique de LR est la traîtrise. Ils constituent le dernier joker de la macronie sous respirateur artificiel face à un peuple angoissé par un avenir sans projet ni espoir pour leurs enfants. Oui et comme déjà dit il faut aussi se souvenir des propos liberticides de l’épave Pecresse à l’enseigne des non vaccinés qu’il fallait enfermer.

  5. Ils sont les moins nombreux mais ils vont décider où et quand. Je ne suis pas sûr qu’ils ne peuvent pas tomber plus bas. La gamelle, toujours cette foutue gamelle.

  6. En 1917, Clemenceau attendait les américains pour contre attaquer , aujourd’hui les LR attendent les maroquins pour trahir !

  7. Au delà des mots, les faits. Lors des dernières régionales, en PACA, M. Ciotti a, in fine, appelé à voter Muselier contre Mariani… Je reste convaincu que ces gens-là, malheureusement, préfèreront toujours les salons tièdes et feutrés de la collaboration aux tranchées froides et humides du combat…

  8. Il y eut l’UMPS, LR.LREM, etc, de fait rien ne change pour cette classe politique des copains/coquins, l’intérêt du pays est leur moindre des soucis, tout réside pour eux dans leur sièges à l’assemblée, à leur pouvoir lucratif, etc.

  9. La lâcheté de LR n’est plus à démontrer : ils ont accepté sans broncher toutes les privations de liberté pendant la crise sanitaire, Pécresse allant même jusqu’à demander l’enfermement des non vaccinés.
    Pour un parti qui se veut libéral, ça fait tache !
    Si on en croit leur silence assourdissant, les députés LR sont également d’accord avec la transition écologique qui va définitivement couler nos entreprises.

  10. Les Républicains sont au pied du mur. Le sort de la France est entre leurs mains. Même le RN vote la motion de la NUPES. Et eux, ils tergiversent. La gamelle, toujours la gamelle.

  11. LR des vendus à la botte de la macronie .Rien à espérer de ces traitres ,qu’ils disparaissent .

  12. LR pratique la politique du en même temps chère à Macron. les LR critiquent vertement Macron mais dès qu’il s’agit de voter une motion de censure portée par le RN , on entend revenir les appels aux  » front républicain  » et autres sornettes . LR qui ne cessent de dénoncer à juste titre les incapacités de Macron, Sécurité , Immigration, deux thèmes où les positions PN et LR sont pratiquement identiques , on a vu la réponse de Mme Borne à B. Retailleau , qui demandait des explications sur la présence sur le sol français de la meurtrière de Lola , Mme Borne qui parle d’indignité , d’indécence , pour toute réponse, rien que pour ça les LR devraient voter cette motion de censure .

  13. LR est inaudible tout comme le PS l’est …ce dernier fut neutralisé par un «  président » en scooter , LR fut achevé par un snobinard bling bling plus habitué aux yachts de milliardaires qu’aux float tube ou aux zodiac de pêcheurs de maquereaux . L’un comme l’autre furent élus grâce à leur fourberie , mais on pensait avoir touché le fond du marigot du coup ..il nous restait à découvrir macron , un curieux mélange de Sarkozysme et de Hollandisme , par contre lui a été élu 2 fois et c’est là où on se dit que le pire est peut-être devant nous ,

Les commentaires sont fermés.