Audio - Culture - Editoriaux - Internet - Politique - Société - Table - 25 avril 2018

“Si la base pousse les chefs, l’alliance des droites se fera !”

Barbara Mazières, à l’origine de l’appel d’Angers en faveur de l’union des droites, explique au micro de Boulevard Voltaire les raisons et les modalités du mouvement.

“Nous voulons des alliances, pas un ralliement. Nous voulons en finir avec 50 ans de socialisme où la droite, à chaque fois, laisse à la gauche le social et la culture. Il faut que ce soit la société civile qui alimente ce site. Nous voulons en finir avec les querelles de partis.”

Il y a quelques semaines, vous avez lancé avec plusieurs personnalités de droite, L’appel d’Angers.
Dans quel cadre a été effectué cet appel ?

Cet appel a été effectué dans le cadre de l’association Anjou Conférences qui depuis plus d’un an organise des conférences sur l’impact du politique. L’objet de ces conférences est aussi bien social qu’historique.
Suite aux élections présidentielles et à la sortie du livre de Guillaume Bernard, nous avons décidé d’organiser une table ronde avec des politiques de droite.

Concrètement, qu’y a-t-il dans cet appel d’ Angers ?

Nous voulons en finir avec les 50 ans de socialisme où la droite laisse à la gauche tout ce qui est social et culturel. Cet appel reprend 5 points concrets sur lesquels les gens de droite sont en majorité en accord.
Nous entendons souvent parler de ralliement. Mais nous savons que les ralliements de partis ne fonctionnent pas. C’est pourquoi nous recherchons plutôt à ce qu’il y ait des alliances.

Sous quelle forme s’incarne cet appel ?

Nous sommes las des querelles des partis. Prenons l’exemple de l’immigration. Laurent Wauquiez et Marine Le Pen demandent tous les deux un référendum sur l’immigration, mais ils n’arrivent pas à se mettre d’accord. Laurent Wauquiez rejette le Front national, conclusion, la gauche gagne.
Notre initiative prend corps sous forme d’un mouvement, d’un élan de la société civile. Nous souhaitons que sur la base d’un site Internet cette société civile alimente le mouvement par des idées.
C’est donc une plateforme commune où nous travaillons à l’alliance et non pour un ralliement.

Pensez-vous qu’une alliance de droite peut se faire sans Laurent Wauquiez et Marine Le Pen ?

Je pense que si la base pousse ses chefs, alors oui je pense que cela peut se faire. Ce sera peut-être sans Marine Le Pen et sans Laurent Wauquiez, mais je pense que nos intellectuels de droite et la base peuvent faire changer les choses. C’est une reconquête par la base.

À lire aussi

Cercle Anjou Conférences : pour l’unité de la droite !

L’ambiguïté conduit à faire voter un conservateur de province pour un candidat jacobin, ét…