Editoriaux - Médias - Réflexions - 13 février 2020

Balkany, Saint-Valentin… stop aux infos inutiles !

La goutte, en matière d’« info » qui fait déborder le vase, est, à mon sens, la saga des époux de Levallois, qu’une horde de journalistes traque, depuis la sortie de prison de monsieur…

J’ai beau me creuser la tête, toutes leurs péripéties n’intéressent pas la majorité des Français, qui ont bien d’autres préoccupations et des sujets bien plus importants à traiter.

Je me prends à rêver d’un journal télévisé, avec des informations claires, justes, objectives et pour tous, sans, par exemple, des services qui ne prononcent le mot « saint » qu’une fois par an, pour la Saint-Valentin, ce 14 février !

Pour le moment personne n’a osé « on fêtera la “Valentin” demain ». Ce détail, c’en est un, montre combien les mots sont importants et peuvent cacher, par omission, une idéologie qui ne dit pas son nom. Il en est même, prénommées Marlène, qui font mine d’ignorer que leur prénom est d’origine chrétienne….

Cessez de nous abreuver de ces sujets qui ne nous intéressent pas : les deux habitants de Levallois, le retour rocambolesque au Liban de Carlos G., le devenir d’Alexandre B., l’ex-jeune protégé de l’Élysée, sans parler de la petite surdouée Greta T., la seule à découvrir dans sa boule de cristal le monde de demain…

Parlez-nous plutôt des oubliés de la France périphérique… Ce sont, entre autres, les gilets jaunes. Mais les images ont davantage montré les débordements commis par des groupes extérieurs que leur vie au quotidien, pour survivre du 16 jusqu’au 31 du mois, lorsque le frigidaire est vide, que la vieille bagnole diesel polluante – leur seul moyen de transport – est en panne. Ces oubliés n’intéressent pas.

Exceptionnellement, nous avons vu un reportage sur une retraitée qui survit (ou meurt doucement) dans sa voiture, loin des pleurnicheries redondantes sur les « quartiers » où il y a plein de talents. Mais j’ai vu aussi beaucoup de talents en dehors des quartiers et beaucoup à la campagne, où les agriculteurs crèvent à petit feu, loin des caméras, même si un cinéaste leur a consacré récemment un excellent film, Au nom de la terre.

Il est grand temps d’aborder les vrais problèmes que sont l’insécurité grandissante et la montée de l’islamisme radical. Beaucoup de nos concitoyens, me semble-t-il, voient des signes montrant que la République tolère certaines dérives (liste communautaire aux élections européennes autorisée, tolérance vis-à-vis du burkini, par exemple).

Donc un vrai sujet, tel que celui de la laïcité malmenée dans l’Hexagone, serait à mettre en lumière.

Au JT, pas d’images – sauf erreur de ma part – sur une église d’Albi pavoisée de drapeaux de pays musulmans.

Un jour, il faudra faire clairement son choix :  la nature a horreur du vide, il est urgent d’en parler avec clarté et courage.

Commentaires Facebook

À lire aussi

Laissez-passer, s’il vous plaît : pour qui ?

Je suis ulcéré par cette obligation de papier que les honnêtes gens devront remplir avant …