Le 2 juillet au soir, Nicolas Sarkozy était en meeting à Châteaurenard, dans les Bouches-du-Rhône. Jamais à court de mots chocs, il a affirmé être engagé dans « une bagarre à mort » contre le FN. En ces temps de péril islamiste, il nous semblait pourtant qu’il y avait peut-être mieux à faire ! C’est du reste ce que semble avoir compris un ancien adjoint de M. Estrosi à la mairie de Nice, Olivier Bettati, qui sera tête de liste Front national dans les Alpes-Maritimes aux régionales.

Lors de ce meeting, Nicolas Sarkozy en a profité pour apporter son soutien à Julien Aubert, député du Vaucluse voisin, voyant en lui « un de nos brillants espoirs », version light du fameux « meilleur d’entre nous ».

Ce Julien Aubert, tête de liste dans ce département pour les régionales, a fait l’objet, la semaine dernière, d’une polémique déclenchée par Le Canard enchaîné. En 2012, la candidate RBM dans la 5e circonscription de Vaucluse s’était désistée, selon M. Aubert, de sa propre initiative pour faire barrage à la gauche et avait permis, ainsi, l’élection du sémillant haut fonctionnaire, qui l’emporta avec à peine 300 voix devant le socialiste.

Cette candidate RBM, Mme Furioli, aurait reçu de la part de M. Aubert, pour le prix de son désistement, la promesse d’une place éligible dans un scrutin à venir, en clair les régionales. C’est ce qu’elle a affirmé en contactant il y a peu l’équipe de campagne de M. Estrosi.

M. Aubert a nié, plutôt deux fois qu’une et très maladroitement - d’autant que Le Canard du 1er juillet fait de nouvelles révélations qui accréditeraient la version de Mme Furioli -, d’avoir fait une telle promesse et s’en est expliqué en début de semaine, en présence de M. Estrosi, dans le bureau de Nicolas Sarkozy qui l’a confirmé comme de tête de liste dans le Vaucluse. On imaginait mal Nicolas Sarkozy se tirer une balle dans le pied en retirant la confiance de celui qui fut conseiller à l’Élysée, d’autant que, dans cette affaire, il s’agit bien de la parole de l’un contre la parole de l’autre.

La confirmation de M. Aubert s’est accompagnée par ces paroles fortes dans un communiqué du président des Républicains : « Son combat, notamment aux municipales de Carpentras, démontre son engagement sans faille au service des valeurs des Républicains. » Vision très parisienne que les électeurs de de Carpentras apprécieront.

En effet, arrivé troisième au premier tour des municipales en 2014 avec 16,63 %, loin derrière le maire sortant socialiste Francis Adolphe (37,32 %) et le RBM Hervé de Lépinau (34,37 %), son maintien au second tour fit sombrer sa liste UMP à 13 % et permit au socialiste de l’emporter d’une courte victoire (avec seulement 306 voix d’avance devant le candidat Bleu Marine), remerciant ainsi à sa manière les électeurs FN qui avaient contribué à son élection en 2012 et mettant au goût du jour la phrase de Louis XVIII à propos des ultras : « Je saurai leur montrer mon ingratitude » !

Au passage, notons qu’en 2015, M. Aubert, qui ne s’est pas présenté aux départementales, a envoyé au casse-pipe, pour défendre les fameuses valeurs des Républicains dans le canton de Carpentras, l’un de ses anciens colistiers des municipales : il fut éliminé dès le premier tour ! Et le frontiste Hervé de Lépinau écrasa au second tour le candidat socialiste qui n’était autre que le maire de Carpentras. La preuve est donc rapportée que, contrairement à ce que dit Nicolas Sarkozy, dans une sorte de déni-ni de réalité, voter FN, ce n’est pas voter PS !

Pas sûr, donc, que les hurlements à la mort de Nicolas Sarkozy impressionnent les électeurs de en PACA. Pour terminer, une maxime de La Rochefoucauld : « Le ridicule déshonore plus que le déshonneur »...

68 vues

3 juillet 2015

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.