À l’annonce de la mort de Jean-Pierre Bacri, la réaction la plus naturelle, dictée par l’incrédulité, serait peut-être de se comporter comme l’aurait fait, en de semblables circonstances, l’un des personnages de râleur qu’il aimait incarner : « Ah bon ? Mais vous en êtes sûr, de ça ? Parce que je vous signale que, dans ce métier, on recoupe ses sources, hein ? Bacri mort ! (Haussement d’épaules.) Y a rien qui vous arrête, vous ! »

Jean-Pierre Bacri n’avait que 69 ans, et il faisait tellement partie du paysage cinématographique qu’on aurait été bien en peine de lui donner un âge. Révélé par Le Grand Pardon, d’Alexandre Arcady (une sorte de remake séfarade du Parrain, pour les plus jeunes), il avait ensuite exercé ses talents d’acteur à l’écran comme sur les planches, signant au passage une poignée de scénarios brillants en compagnie d’Agnès Jaoui, qui fut longtemps sa compagne à la ville. On pourra ainsi revoir Cuisine et dépendances, ou encore Smoking/No Smoking, d’Alain Resnais, pour constater que son coup d’œil acéré n’a pas vieilli.

Il connut le succès populaire avec Le Goût des autres, où il incarnait à la perfection un patron de PME un peu beauf des environs de Rouen, transi d’amour pour sa prof d’anglais, qui évolue, elle, dans le monde des cultureux. Son personnage s’était alors malheureusement fixé dans l’esprit du public et, malgré des numéros d’acteur toujours excellents, il n’avait alors plus guère changé de registre.

Si l’on pourrait, bien sûr, ergoter sur la clairvoyance de ses opinions politiques (il soutint, notamment, Anne Hidalgo dès 2014), je préfère, pour ma part, laisser ce genre de fanatisme au camp d’en face, pour qui il n’est pas concevable de jouer, d’écrire, de créer avec talent si l’on ne pense pas comme il faut. Je n’aurais pas été l’ami de Jean-Pierre Bacri à la sortie de l’isoloir, mais c’était un grand acteur, et surtout un de ces acteurs avec lesquels on se serait bien vu refaire le monde au zinc (quand il y avait des zincs).

Pour reprendre sa fameuse réplique du film Subway (deuxième film de Luc Besson), Bacri est mort, « fait chier ! »

20 janvier 2021

À lire aussi

L’application « Meandyoutoo », mètre-étalon des bonnes mœurs en entreprise

En fin de compte, lutter contre la violence symbolique en entreprise, cela passe par l'exe…